Partagez | .
 

 Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Sam 3 Déc - 0:33

Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver...
Howie & Peggy

La nuit fut des plus agitée pour le play-boy sexy que je suis. La beauté et le succès a un prix à payé et ma tête qui tambourine comme un tambour automatisé semble être le fameux prix qu'elle doit actuellement payer. Mais je peux vous dire que ça en vaut la peine et ce n'est pas les deux beautés endormies dans mon lit qui vont me contre dire. Debout sur mon grand balcon, seulement vêtue de mon peignoir fétiche, je tire de manière détendue sur la clope entre mes doigts. Je recrache ensuite la fumée qui s'enfuit au vent. Je me sens bien ! Oui je vous jure, malgré la situation du moment avec toutes ses créatures bizarres costumés qui sont arrivés en ville, moi Howard Stark je suis relaxe ! Puis les costumes il faut dire que ça me connait, mais ceci est une autre histoire qu'un jour peut-être je vous raconterais, ou pas... Tiens on tambourine à ma porte ? Pourquoi diable Jarvis oserait il me déranger lorsque je suis en bonne compagnie ?  Ça doit surement être urgent ? Attendait que je réfléchisse... Non rien ne me vient là tout de suite. Il faut dire que je suis encore à moitié dans les vapes à cause de ma soirée d'hier. Vous croyez que si je l'ignore il va partir ? Je continue donc à fumer ma clope comme ci de rien était. Il tape encore ! Mais bon sang, il va bien finir par se lasser non ? Ben non ! Je tire une dernière latte de ma clope que je lance ensuite par dessus mon balcon puis je me dirige d'un pas traînant vers la porte. "Bon sang Jarvis mais que diable me voulez vous de ci bon matin ?" Mon Majordome me fixe d'un air exaspéré. Ses yeux se lèvent ensuite au ciel. Sa voix à l'accent anglais se fait à présent entendre : "Monsieur Stark, Miss Carter vous attend au bureau du Shield. Elle vient d’appeler pour la troisième fois. Je tiens à vous prévenir qu'elle n'a pas vraiment l'air de bonne humeur. Dois je lui dire que vous arrivez ?"  Je le fixe sans vraiment rien comprendre à ces mots. Mais qu'est-ce qu'il raconte celui là ? Bon sang ces anglais son bizarre surtout le matin ! Et puis ils ont cette manie désagréable de vouloir toujours être à l'heure ! "Monsieur Strak ? Dois je rappeler Miss Carter ?" Me rappelle à l'ordre mon Majordome. Et là ça fait tilt dans ma tête ! Et merde j'ai oublié mon rendez vous ! Nous devions nous voir au QG du Shield ce matin même à 9h pile ! Et là selon l'horloge du couloir, il est déjà 10h ! "Oui, oui appelez là  et dites lui que j'arrive de suite !"

Je retrourne dans ma chambre, je me prépare, je me lave vite fait, je brosse mes dents je remercie ces dames puis je descend les marches menant au rez-de chaussée puis une fois dehors je m'engouffre dans ma voiture en lançant à Jarvis : "Dépêchez vous Jarvis nous sommes déjà bien assez en retard !"

En un rien de temps Jarvis me conduit au QG du Shield. J'entre dans le grand théâtre, je salue la greffière d'un baiser main de gentleman puis je me dirige d'un pas rapide vers la porte dérobée derrière la scène. Lorsque j'arrive, les bureaux sont déjà très animées. La secrétaire pose sur moi un regard réprobateur en me faisant signe de me diriger vers le laboratoire, mon laboratoire de recherche ! Lorsque j'y arrive enfin, Peggy est déjà là et elle a l'air particulièrement en colère contre moi. Une chose est sur, en colère ou pas Peggy Carter reste une véritable beauté ! "Bonjour Peggy comment allez vous ce matin ? Et avant que vous ne disiez quoi que ce soit, je tiens à dire pour ma défense que je suis un homme particulièrement occupé et demandé, ce qui explique mon retard." Je lui souris de manière charmeuse en attrapant sa main que je baise en douceur. "Quel peau douce et délicate vous avez. Un vrai plaisir pour les sens." Je sais bien que mon charme légendaire n'a pas d'effet sur elle, mais c'est plus fort que moi je ne peux pas m'en empêcher ! Dragueur un jour, dragueur toujours c'est ma devise !  

Made by Neon Demon



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Sam 3 Déc - 16:35

« Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver»
WAKE UP, RISE AND SHINE. LET'S GET TO WORK ON TIME. NO MORE PLAYING VIDEO GAMES.
THINGS ARE ABOUT TO CHANGE 'ROUND HERE.



Thé en main, je regardais le soleil se lever sur la ville de New York depuis ma fenêtre.  Je devais avouer que le spectacle avait de quoi couper le souffle. Le ballet des couleurs ocres et roses faisait valser les hauts immeubles de la ville. Vraiment ce paysage enchanteur était le seul avantage que j'avais trouvé à être debout dès l'aube. A part travailler ou mettre de l'ordre dans son appartement, il n'y a pas grand chose d'autre à faire.  Malheureusement les cauchemars qui continuaient de venir hanter certaines de mes nuits ne me laissaient pas le choix.  Dans ces conditions, il fallait bien trouver quelque chose de sympathique à regarder pour essayer de se mettre de bonne humeur afin de commencer la journée sous les meilleurs hospices.  Une fois que je fus lassée de ce levé de soleil, je partis poser ma tasse à présent vide dans l'évier avant de me diriger vers ma salle de bain. La mise en beauté du matin était un élément essentiel de ma routine journalière. Je n'y passais pas non plus des heures mais j'aimais prendre soin de moi. Surtout que je n'avais pas toujours l'occasion de le faire. Mon boulot me demandait beaucoup de mon temps et il arrivait que je reste debout des nuits entières. Il était donc normal que lorsque j'avais l'occasion et le temps, je profitais de ces quelques instants de calme avant de retourner cravacher.  Une fois ma douche prise, je m'occupais de mes cheveux que je bouclés selon la mode de mon époque. Je les dégageais cependant de mon front avec une petite pince à cheveux. Il n'y avait rien de plus énervant que la petite mèche devant les yeux. Je ne supportais pas ça.  Une fois ceci dit, je brossais mes dents et lavais mon visage avant d'appliquer un maquillage léger mais élégant et surtout passe part tout. La seule chose que l'on remarquait vraiment était la couleur rouge habituelle de mon rouge à lèvres. Seule réelle petite fantaisie glamour que je m'autorisais. Lorsqu'on évoluait dans un milieu normalement réservé aux hommes, l'on faisait très attention à son apparence. Le tout était de paraître autoritaire et à sa place sans pour autant en perdre sa féminité. J'étais après tout une femme et ne comptais par devenir autre chose. Mon but n'était pas de me masculiniser. Loin de là. Je voulais bien faire certaines concessions mais jamais au point d'en perdre mon identité. J'étais ce que j'étais et j'en étais fière. Il était donc hors de question que cela change. J'étais persuadée qu'une femme pouvait très bien évoluer dans un monde telle que le mien en restant fidèle à elle même. Et je m'efforçais de le prouver à quiconque avait des doutes jours après jours. Je supposais qu'il fallait blâmer mes origines britanniques pour mon côté plus que têtu. Ça ou mon frère qui n'avait jamais cessé de me pousser en dehors de mes retranchements. Pour lui, le mot limite n'avait jamais voulu rien dire. Il n'y avait comme limite que la mort disait il. Il avait certainement raison pour certaines choses. Le fait qu'il était décédé n'invalidait pas sa théorie. Notre vie après tout ne dépendait pas que de nous. Le hasard , la chance et la malchance avaient aussi leurs mots à dire.

Finalement prête, je quittais mon appartement. Comme tous les matins, je m’arrêtais acheter le journal au garçon en bas de chez moi et suivais la marée humaines de personnes jusque dans le métro. Là, j'attendais patiemment le train avant de me faufiler à l'intérieur jusqu'à mon arrêt. Une fois dehors, je n'avais qu'à marcher cinq petites minutes jusqu'au petit théâtre presque abandonné qui servait de base au SHIELD. Un sentiment de fierté s'empara de moi lorsque je passais les portes de l'endroit. « Bonjour Beth , envoyez moi M. Jones dès qu'il se présente je vous prie » déclarais je à la secrétaire en passant à ses côtés avec un petit sourire. Une fois dans mon bureau, je me délaissé de mon manteau et me posais dans ma chaise afin de feuilleter les actualités. J'avais quelques grosses minutes d'avance avant que mon rendez vous de ce matin n'arrive. Lui et Howard d'ailleurs qui j'espérais allait pour une fois me faire le plaisir d'être à l'heure. « Miss Carter, c'est un plaisir de vous rencontrer ». «  M. Jones ! Le plaisir est pour moi. » m'exclamais je d'abord surprise de sa présence non annoncée dans mon bureau. Il aurait pu prendre la peine de frapper. Quel manque de politesse. Un trait commun chez ces hommes politiques qui se croyaient définitivement tout permis. «  Je vous en prie installez vous, M. Stark ne devrait plus tarder ! Est ce que je peux vous offrir un café ou un thé ? » le questionnais je. Si lui avait abandonné ses bonnes manières, ce n'était pas mon cas. Enfin abandonné, il ne s'en était pas donné la peine. Soyons honnête. J'étais une femme et il ne comptait pas me respecter.

Je le laissais un instant pour aller préparer sa boisson et en profitais pour jeter un coup d'oeil à ma montre. Howard était en retard.  Ce dernier ne s'arrangea évidemment pas puisque mon collègue et ami ne se pointa finalement qu'avec une heure de retard et après plusieurs coups de fil de ma part. «  Bonjour Peggy comment allez vous ce matin ? Et avant que vous ne disiez quoi que ce soit, je tiens à dire pour ma défense que je suis un homme particulièrement occupé et demandé, ce qui explique mon retard. » eut il le toupet de me sortir en justification. Je les connaissais moi ses occupations. Elles étaient blondes, brunes, russes s'appelaient Angela, Marguerite ou encore Amanda et elles étaient souvent accompagnés de madame champagne et monsieur bourbon. « Quel peau douce et délicate vous avez. Un vrai plaisir pour les sens. » continua t-il alors que je roulais des yeux. J'adorais Howard mais là tout de suite j'avais plutôt envie de lui tirer les oreilles que de m'amuser de ses idioties. Une heure que j'attendais. Moi et notre invité qui avait depuis longtemps perdu son sourire et son caractère à peu près sympathique. «  Arrêtez vos gamineries Howard, on a pas le temps pour ça. » le réprimandais je sans pouvoir m'en empêcher en le poussant à moitié vers mon bureau. « Howard, je vous présente M. Jones, il travaille pour le gouvernement» ajoutais je en le plaçant devant l'agent de l'Etat. Je les laissais se serrer la main alors de tirer une chaise pour mon ami. «  Alors dites nous, M. Jones, qu'est ce que le SHIELD peut faire pour le gouvernement ? » demandais je une fois que tout le monde fut installé et que le sérieux s'installa dans la pièce. «  Je ne vais pas vous mentir. Le gouvernement est sceptique. C'est pourquoi le président et ses conseillers ont décidé qu'il était préférable que le SHIELD, comme vous aimez l'appeler, soit dirigé par une troisième personne. Une personne venant de chez nous bien entendu » déclara t-il avec un air fier de lui devant nos mines soudainement assombries. Non , cela était une blague n'est ce pas ?  



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Dim 4 Déc - 0:26

Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver...
Howie & Peggy

Croyez le ou non, mais Peggy Carter est surement la seule et unique femme de New-York sur qui mon charme n'a aucun effet ! Je devrais en être vexé, mais c'est le contraire. Voyez vous, je n'ai jamais de toute ma vie réussi à avoir une relation de plus de une ou deux nuits avec les lady qui ont partagées mon lits alors je préfère autant qu'elle ne me voit pas ainsi. En fait si je la drague si souvent c'est plus par jeu, je sais bien que ça agace Peggy, mais je n'arrive absolument pas à m'en empêcher. Entonnement lorsque j'arrive, je trouve que Peggy n'est pas autant en colère contre moi que j'aurais pu le prévoir, mais avec les Anglaise on ne peut jamais être sur de rien. Alors que je complimente ses douces mains, elle me remet gentillement à ma place en me disant qu'on a absolument pas le temps pour mes gamineries habituelle et elle me présente alors un drôle de type. Jones ? Ben tiens en voilà un nom original ! Et quand elle me dit que ce Monsieur Jones est du gouvernement, je n'en suis absolument pas surpris ! Se type semble aussi coincé qu'une sardine dans sa boite. Sérieux, quelqu'un devrait vraiment lui apprendre à desserrer les fesse il a vraiment l'air d'être constipé !

Je me retourne lorsque Peggy me pousse un peu pour que je lâche sa main et je m'approche pour serrer la main que Jones me tend. "Bienvenue au Shield monsieur Jones. Je suppose que vos supérieurs vous ont envoyé pour vérifier qui tenait véritablement les rênes ici ? Et bien rassurez vous, Peggy Carter porte aussi bien le pantalon que moi. " Je me retourne ensuite vers Peggy et j'ajoute un sourire coquin aux coins des lèvres dans sa direction : "Sauf qu'à vous ça vous fait de plus jolies fesses." Et je ponctue ma plaisanterie par un clin d’œil avant de reporter mon attention à Mr Jones. Ma petite blague n'a pas vraiment l'air de faire rire le dénommer Jones ! Au contraire, il prends un air encore plus serrer du cul qu'à son arriver ! Peggy reprends ensuite en demandant à monsieur j'ai un balai la ou il ne devrait pas être de nous expliquer sa venue chez nous !

Voilà une chose qui m'intéresse. Et la réponse ne tarde pas à venir. Le gouvernement veut fourrer son sale nez crochue dans mes affaires ! Evidemment, maintenant que je ne veux plus être sous leur coupe malsaine, il faut bien qu'ils trouvent un autre moyens pour m'espionner et s'approprier mon génie et quoi de mieux que de placer un toutou docile et bien dresser sur l'échiquier ! Sérieux, vous savez ce qui m'aurait étonné à moi ? C'est qu'ils nous laisse totalement le champ libre ! Je me doutais qu'un torche papier aller finir un jour par débarquer chez nous avec des grands airs et ça n'a pas manqué ! Je soupire en passant deux doigts pour lisser mes moustaches puis je dis d'un ton sévère les yeux bien droit fixés sur Jones : "Et en quel honneur le gouvernement veut il fourrer ses serres crochues sur notre organisation ? Je vous signale que je finance le tout et que je n'ai pas l'intention de laisser un clébard même en laisse pisser sur mon territoire !" Oui ce n'est pas très polie ni élégant, mais ça a le mérite d'être clair !

Je me dirige à présent vers un bureau ou je m'assois les pieds sur la table puis j'ajoute un sourire aux lèvres : "Et puis vous savez ce qu'on dit, à deux c'est bien, à trois c'est trop."

Made by Neon Demon



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...



Dernière édition par Howard A. Stark le Dim 4 Déc - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Dim 4 Déc - 11:55

« Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver»
WAKE UP, RISE AND SHINE. LET'S GET TO WORK ON TIME. NO MORE PLAYING VIDEO GAMES.
THINGS ARE ABOUT TO CHANGE 'ROUND HERE.



Mon regard perçant se posa les traits du visage de ce cher M. Jones.  Mâchoire serrée à l’Extrême je le détaillais. Qu'importe le pays dans lequel on se trouvait, le gouvernement venait toujours fourre son nez là où il n'était pas invité. C'était maladif. Mais pas si étonnant que ça en toute honnêteté. Tout d'abord c'était même rassurant que le gouvernement vienne se mêler des affaires des autres surtout lorsque cela concernait de près ou de loin la défense nationale et internationale. Après tout, les activités militaires et para militaires étaient un pouvoir régalien de l'Etat américain. Il appartenait donc au président en tant que chef des armées et aux divers corps militaires. Au moins, on ne pouvait pas reprocher à l'Etat de ne pas faire correctement son travail et de ne pas s'intéresser à ce qui se passe chez lui, et en dehors des frontières de Washington. En outre, avec la guerre que nous avions tous subi et vu de plus ou moins près, les pingouins  étaient encore plus sur la défensive. Cette explication fournie par la partie rationnelle de mon cerveau s'effaça cependant rapidement face à l'indignation que je pouvais ressentir. Le SHIELD était ma création, ainsi que celle d'Howard. Comme tout parent, je détestais que l'on me dise que mon bébé avait besoin d'être surveillé car il représentait un danger pour certaines personnes dites haut placées. Dans le fond, il était quelque part amusant de voir à quel point ces hommes avaient qui on avait offert le pouvoir courrait après ce dernier lorsqu'il leur échappait. Ils n'étaient rien d'autres qu'une bande d'apeurés. Ils voulaient tout contrôler et il ne rien laisser en dehors de leur juridiction. Comme le disait le très célèbre dicton : ils voulaient le beurre et l'argent du beurre. C'était toujours pareil de toute manière.

« Et en quel honneur le gouvernement veut il fourrer ses serres crochues sur notre organisation ? Je vous signale que je finance le tout et que je n'ai pas l'intention de laisser un clébard même en laisse pisser sur mon territoire ! » s'emporta soudainement Howard après être resté silencieux un instant. Je ne pus m’empêcher de l'approuver malgré l'utilisation d'un vocabulaire malheureux. « Et puis vous savez ce qu'on dit, à deux c'est bien, à trois c'est trop ». «  Howard, vos pieds » le repris je presque avec habitude à présent. Howard Stark étaient un homme riche et influent mais ses manières laissés grandement à désirer. C'était à se demander parfois comment il pouvait se fonder avec autant d'aisance dans le gratin new yorkais pour qui les règles de bienséance étaient importantes. Vous pouviez être bête et sans avenir malgré l'argent de votre famille , si vous aviez les manières c'était suffisant. En ça, ils n'étaient pas bien différents de leurs collègues britanniques. Bien que ces derniers étaient tout de même un peu plus chics et réservés. L'Angleterre était un vieux pays et les familles influentes étaient  souvent là depuis plusieurs générations à présent. «  Je comprends votre....opinion M. Stark mais vous n'avez malheureusement pas le choix. La décision n'est pas entre vos mains je le crains». «  Et si nous refusions de nous soumettre à la surveillance du gouvernement ? » demandais je plus par forme qu'autre chose. Même si ce combat était perdu d'avance pour nous, je ne pouvais m'empêcher de pousser le bouchon pour voir jusqu’où ils étaient prêt à aller. «  Dans ce cas Miss Carter, le SHIELD sera démantelé sans procès. Quant à vous, je pense que l'Angleterre sera ravie de vous retrouver. J'ai ouïe dire que votre gouvernement cherchait à vous récupérer ». Jones m'offrit un sourire sardonique que je lui rendais plus par politesse que réelle envie. La menace était claire. Je savais qu'ils n'hésiteraient pas à la mettre à exécution, le moment où je dépassais les bornes. Ils avaient déjà été à deux doigts de le faire plusieurs fois lorsque je n'étais qu'une simple agent du SSR après la guerre. Pendant cette dernière, ils avaient eu besoin de bien trop de petites mains pour se soucier de moi. «  Bien sur aucun de vous ne veut ça ». «  Cela serait malheureux en effet »  répondis-je d'une voix calme alors qu'intérieurement je bouillonnais. Je ne pouvais pas en vouloir à cet homme qui ne faisait au final que son travail, et cela même si il y prenait clairement un certain plaisir. Cela ne devait pas être tous les jours qu'une personne comme lui pouvait se permettre de tenir tête à quelqu'un comme Howard Stark. Et puis, la partie rationnelle de ma personnalité ne pouvait qu'approuver leur décision. Bien sur, il était hors de question que j'avoue ceci à voix haute. Question d’orgueil tout simplement. Les anglais étaient réputé pour ne pas lâcher l'affaire, je ne dérogeais pas à la règle. Ce que je pensais et ce que je faisais transparaître pouvaient être deux choses bien différentes. « Très bon café Miss Carter, serait-il possible d'en avoir un autre ? ». «  Ne poussez pas votre chance trop loin, M. Jones » susurrais je avec plus de rébellion que nécessaire. J'avais beau être au fond d'accord avec la décision qu'il apportait, je n'avais pas à l'aimer pour autant ni à me prosterner à ses pieds. Jones perdit un instant son sourire avant de reprendre contenance. Ses traits figés ne trompèrent en revanche personne. Bien, il était mal à l'aise. Peut être allons nous retrouver un semblant de contrôle sur la situation. « Sommes nous libres de choisir ce troisième élément ? » m'enquis je finalement après quelques secondes passées dans un silence plus que tendu. Ni lui ni Howard qui fulminait dans son coin ne s'étaient décidé à briser le silence pesant. Connaissant Howard, il n'allait cependant pas tarder à encore une fois ouvrir la bouche pour montrer son mécontentement face à la situation. Lui, l'enfant prodige des Etats-Unis, l'inventeur de génie, le milliardaire, n'aimait pas qu'on lui dise quoi faire. Chose que je ne pouvais que comprendre. Néanmoins, il y avait des choses dont il pouvait se permettre et pas moi.



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Lun 5 Déc - 21:17

Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver...
Howie & Peggy

Il y a trois choses que je déteste en ce monde : Ne pas avoir la plus belle fille de la soirée pour finir ma nuit, manger mon sandwich sans une pointe de moutarde, ne pas avoir un verre de Brandy en main pour inventer et les fouilles merde du gouvernement ! Attendez que je compte... Ça fait 4 choses ça, mais ce sont les plus primordiales pour moi ! Ces grattes papiers ne se sont pas encore assit sur mon fauteuil que j'ai déjà étrangement l'impression d'avoir une aiguille planté dans le derrière ! Mon regard brun se pose à présent sur Peggy pour toiser sa réaction face à mes propos et malgré sont flegme Britannique, son visage laisse transparaître son agacement face à la situation. C'est ce que j'aime le plus chez Peggy, son habileté à masquer ses réelles émotions. Moi je suis l'opposé d'elle. Bien sur je sais me montrer rusé et sournois quand il le faut, je n'en serais pas là où j'en suis sans un peu de fourberie, mais la plupart du temps, je laisse aller mes émotions au point d'être désobligeant et au final de me foutre tout le monde à dos ! Il faut dire pour ma défense que j'ai la patience d'un gamin de 5 ans. Peggy elle c'est l'adulte censé et posée de notre couple, moi je suis le génie excentrique et irrévérencieux ! C'est tout le charme de notre duo en sommes.

Alors que mes pieds chaussés d'une pair de mocassin en cuir trônent fièrement sur le bureau en bois sombre de Peggy, celle ci me réprimande comme un gamin pour ma tenue. Je la fixe avec une pointe d'amusement dans le regard, je laisse un instant encore mes pieds traîner sur le bureau comme pour la défier, puis voyant le regard furieux de la brune anglaise, je les retires. "Tout de suite maman !" Puis en direction de Jones : "Vous voyez, quand je vous dit que c'est Miss Carter qui porte le pantalon dans notre couple je ne mens pas ! Regardez là, cette femme respire le savoir faire et l'autorité !" Alors que je commence enfin à me relaxer un peu en plaisantant, voilà que Jones s'adresse à moi de son ton coincé à l'accent guindé ! Il ose me dire qu'il me comprend et que moi, Howard Stark je n'ai pas le choix d'accepter que le gouvernement m'impose un de ses hommes ! Il faut que je me calme, je ne pense pas que Peggy pourra avoir gain de cause seule avec ce type. Surtout qu'il rajoute que si nous ne cédons pas nous serons démantelé par le gouvernement lui même ! Ils sont sérieux ?Ils ne vont pas lâcher l'affaire aussi facilement. Je me dois donc d'aider Peggy en me montrant pour une fois adulte. Je me lève donc de mon siège et je me poste face à Jones : "Je vais vous dire une chose, Peggy et moi même avons travaillés dur pour monter le Shield, nous y avons mis notre âme autant que notre savoir faire. Comme vous pouvez le voir, la gestion de l'endroit est très bien menée. Je gère la partie scientifique et Peggy administratif et tout se passe pour le mieux. Nous ne faisons aucune vague et nous sommes même prêt à collaborer avec vos services en cas de besoin. Mais nous n'avons pas besoin d'un homme de plus, car je suis sur que c'est un homme que vous envisagez de nous imposer ?" Si s'était une femme ça serait différent, je la séduirai et je la rallierai en un rien de temps à notre cause et au finale ce serait tout bénéf pour moi.

Aucune insulte, aucun mot plus haut que l'autre, je crois pour une fois avoir su me montrer calme et posé. Mais voilà que ce péteux prétentieux fait allusion au café comme ci Peggy était une simple secrétaire ! Je n'ai pour ma part jamais compris le sexisme. Le sexe faible comme certains hommes le dise a plus de chose à apporter aux hommes que du bon café ! "Mr Jones, la cafetière est dans le couloir, n'hésitez pas à aller vous servir si vous en désirez un autre." Bien que Peggy sache je le sais très bien se défendre, je ne peux m'empêcher d'être protecteur avec elle. Sans doute car je la considère vraiment comme mon égale, ou alors car je pense au fond de moi qu'une femme aussi forte qu'elle paraisse a toujours besoin de la protection d'un homme ? Au fond je suis peut être sexiste moi aussi... Jones se fige face à nous deux. Il n'est pas près de se dérider celui là. Puis alors que j'allais poser la question, voilà que Peggy demande si nous pourrons nous même choisir ce troisième éléments. Il n'est pas simple pour un homme aussi haut dans la société Américaine que moi de plier aux autres de personnes que je considère en dessous de moi dans tous les domaines ! Je suis sur que Jones n'a pas la moitié de mes qualifications en quoi que ce soit et encore moins celles de Peggy et pourtant, il se tient là face à nous fier de ses actions ! Son arrivé ici est la preuve concrète que le gouvernement a peur de ce que je pourrais faire ici ! Ils ne peuvent pas s'empêcher de vouloir avoir main basse sur mon génie. Comme durant la guerre, de grès ou de force ils me forceront à travailler pour eux ! Et comme durant la guerre, pour avoir la paix je devrais me plier ! Et moi qui pensais être libre, je me rends à présent compte que la liberté n'est qu'un illusion. "Sachez Mr Jones que je ne compte pas accepter n'importe quel autre homme au sein du Shield. Peggy et moi avons déjà un mode de fonctionnement complémentaire. Le troisième homme devra pouvoir s’adapter à nous deux ! Je tiens à ce que ce soit un homme de confiance en qui Miss Carter et moi nous pourrons nous fier sans avoir peur d'être poignardé à tout moment au moindre de nos mouvements !" Je respire ensuite calmement. Je suis très énervé, mais je ne peux pas me permettre de me mettre plus à dos cet homme qu'il ne l'est déjà...

 

Made by Neon Demon



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Jeu 8 Déc - 18:12

« Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver»
WAKE UP, RISE AND SHINE. LET'S GET TO WORK ON TIME. NO MORE PLAYING VIDEO GAMES.
THINGS ARE ABOUT TO CHANGE 'ROUND HERE.


Malgré mon air plus ou moins calme et les traits détendus de mon visage, mon sang bouillonnait. Qu'est ce que je pouvais détester ce genre d’énergumènes. Donnez un peu de pouvoir à un homme, et il ne se gênera pas pour en abuser. Surtout pas à en abuser sur une personne du sexe opposé. Mon dieu, que la vie pouvait être mal faite. Certains avaient pris l'expression, sexe fort et sexe faible, un peu trop au pied de la lettre. Chose que je ne comprenais vraiment pas lorsque je regardais l'homme en face de moi. J'étais persuadée que malgré toute son arrogance de façade, il suffisait de le pousser un peu dans ses retranchements pour le voir craquer. C'était probablement pour ça, qu'il servait seulement de pigeon voyageur et porteur de mauvaises nouvelles. Les têtes pensantes de ce petit projet n'avaient aucun intérêt à venir se salir les mains. Autant envoyer quelqu'un au bas de la hiérarchie. Juste une bandes de lâches et de peureux, tous autant qu'ils étaient. Et après on s’étonnait que le monde partait sans cesse dans la mauvaise direction.

A présent légèrement en retrait, je ne pouvais m’empêcher d’acquiescer à tout ce que disais mon ami. Pour beaucoup Howard, n'était qu'un gamin excentrique avec trop d'argent et trop de pouvoirs. Pour le connaître réellement, je savais que cela n'était pas le cas. Bien sur, excentrique il l'était. Gamin également lorsqu'il l'avait décidé. Il avait des défauts comme nous tous et cachais sa vulnérabilité derrière un masque d'humour et d'insolence. Peu cherchaient à gratter un peu la surface pour voir ce qui se trouvait derrière. Et derrière, il y avait un homme bon  doté d'un esprit incroyable et un ami remarquable. Sa fortune, Howard ne la devait qu'à lui même. Il s'était bâti seul et avait triomphé. Je ne pouvais que l'admirer. Sur ce point là, nous étions plus similaires que l'on ne pouvait le penser. Et cela malgré le fait que je n'avais clairement pas son compte en banque. Et je ne l'enviais pas. Je n'aurais su quoi en faire de toute façon. En outre, l'ingénieur pouvait se montrer adulte, responsable voir même intimidant lorsqu'il le souhaitait. Il n'y avait qu'à le voir à cet instant précis en train de regarder de haut notre contact gouvernemental. Howard était plus petit en taille que M. Jones et moins physiquement imposant mais cela ne changeait pas le fait que son aura se chargeait de combler le manque physique. Pas besoin de muscles partout lorsque vous aviez le charisme et la prestance de Howard Stark. Ces derniers se suffisaient à eux mêmes. Je devais avouer que c'était toujours plaisant et amusant de le voir faire. Je lui laissais volontiers le devant de la scène. « Sachez Mr Jones que je ne compte pas accepter n'importe quel autre homme au sein du Shield. Peggy et moi avons déjà un mode de fonctionnement complémentaire. Le troisième homme devra pouvoir s’adapter à nous deux ! Je tiens à ce que ce soit un homme de confiance en qui Miss Carter et moi nous pourrons nous fier sans avoir peur d'être poignardé à tout moment au moindre de nos mouvements ! » déclara Howard en prenant ma suite et en appuyant mes propos. Je ne pouvais que lui donner raison. Nous travaillons bien ensembles car nus avions un passif. Nous avions appris à nous apprivoiser. Je n'allais pas le cacher, cela n'avait pas été simple au début. Mais nous avions su passer outre nos différences et nos différends pour devenir cette équipe complémentaire. Comme il l'avait  justement fait remarquer, cette troisième personne devait être en mesure de s'adapter à nous, nos méthodes et notre amitié sans jamais essayer de se mettre au milieu. Je ne connaissais que trop bien les politiques pour savoir qu'ils essayaient toujours de démanteler les commandements de l'intérieur. Cela n'allait pas fonctionner , pas avec nous.

Jones ne semblait pas où savoir se mettre pendant un moment et laissais transparaître son malaise en regardant à droite et à gauche avant de nous fixer tous les deux. Cet homme n'avait rien d'un soldat et ne semblait pas se rendre compte qu'il cherchait une issue physique au problème que nous représentions.  Il racla finalement sa gorge et se leva de son fauteuil tout en réajustant son costume d'une taille trop petit. Prendre de la hauteur pour assurer son autorité, un comportement tellement typique que je ne pus m'empêcher de gracier sa technique d'un petit sourire mesquin. Peu impressionnée par sa nouvelle tactique d'intimidation, je me déplaçais un peu dans la pièce pour aller m'appuyer contre mon bureau. «  A vrai dire, j'ai laissé la personne que nous avons choisi avec votre secrétaire à l'entrée » nous apprit Jones avec une voix plus tremblante qu'il ne le voulait certainement. Je perdis instantanément mon sourire et me retins de justesse de lâcher un grognement. Ce n'était ni poli ni le moment de montrer les dents. Au sens propre comme au figuré. Dire que j'étais mécontente était un euphémisme. Tout cela me déplaisait énormément. Nous n'avions aucun choix ici. Nous avions pieds et mains liés. Ils savaient très bien que nous serions forcés d'abdiquer. Je ne voulais pas perdre le SHIELD et je ne voulais pas non plus retourner en Angleterre. Mon choix était inexistant. «  Vous ne manquez pas d'air »  lâchais je tout de même sans pouvoir m'en empêcher. Je serrais les dents pour retenir le reste et contenir mon agacement. A la place, je me tournais un peu pour atteindre l'interphone placé sur mon bureau. D'une pression sur un bouton je demandais à notre réceptionniste d'envoyer la personne qui se trouvait avec elle. Un homme fort à l'allure typiquement militaire entra dans la pièce. « Madame la directrice Carter, Monsieur le directeur Stark » nous salua t-il avec plus de politesse et de respect pour le protocole que Jones. Bon point pour lui je supposais. «  Je vous présente le Colonel Nick Fury ». «Je serai ravi de pouvoir travailler avec vous au sein du SHIELD dans le futur »  continua t-il alors que je plissais les yeux. « Est ce qu'on peut le refuser ? » m'enquis je en retournant mon regard vers Jones. Howard et moi même avions encore des cartes à abattre. Je comptais bien les jouer avant de m'avouer vaincu. Les chances de succès étaient minces mais qui ne tentait rien n'avait rien. «  J'ai bien peur que non Agent Carter. La nomination du colonel a été  longuement étudié je vous rassure. Ses compétences seront un excellent atout pour le SHIELD ». «  Oh je vous crois M. Jones, mais ni Howard ni moi n'avions pu juger de ses compétences. Le SHIELD étant notre organisation, je pense que nous sommes les seuls à pouvoir en juger » souris je sans une once d'humour dans la voix. «  Qu'en pensez vous Howard ? Ne serait il pas approprié de le mettre en période d'essai avant toute décision … définitive ? » questionnais je en en tournant mon buste en direction de mon ami. Une période d'essai serait parfaite pour faire fuir ce Colonel. Je ne remettais pas en cause ses compétences militaires mai le  SHIELD n'était pas qu'une organisation militaire. Un soldat ne faisait pas forcément un bon espion après tout.



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Dim 11 Déc - 18:38

Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver...
Howie & Peggy

Je me demande ce qui m'agace le plus, devoir être sérieux et faire véritablement mon job pour faire la meilleur impression possible sur Jones ou ce Jones lui même ? Etre sérieux c'est ennuyeux et si il y a une chose que je hais plus que tout c'est l'ennuis ! Peggy ce montre patiente et charmante comme à son habitude et cela malgré la colère froide qui doit bouillonner en elle. Je connais l'anglaise, je sais bien moi que sous son visage à l’apparence de glace se cache un feu brûlant. J'ai au moins une satisfaction dans toute cette affaire, je vois que Jones semble mal à l'aise face à moi ! Ces yeux tournent de droite à gauche en essayant sans doute d'échapper à mon regard brun bouillonnant ! C'est vrai, je peux être un grand gamin parfois, mais je suis aussi capable d'être aussi dur que de l'acier surtout si je sens qu'on essai de m'avoir !  Le dit Jones ce racla la gorge bruyamment puis il repris en nous annonçant que la personne choisi par leur soins attendait déjà bien tranquillement à l'accueil pour être reçue ! Mon sang ne fait alors qu'un tour ! Non mais quel culot ! Il vient chez moi et il se prend pour le boss ! A qui il croit avoir à faire ? "On peut dire que vous avez un sacré culot d'avoir amené votre clébard avec vous ! J'espère pour vous qu'il est propre et qu'il n'a pas marquer son territoire partout ! Je veux bien le recevoir par pur courtoisie mais ne vous attendez pas à plus !" Je regarde ensuite Peggy qui semble de mon avis sur ce sujet ! J'ai toujours était pour l'audace, mais le manque de respect ça non !

Des bruits de pas se font ensuite entendre suivie de très près par une voix masculine posée qui nous salue respectueusement Peggy et moi même. Je me retourne alors vers la porte alors que Jones nous présente l'homme en question comme étant le Colonel Nick Fury. Je fixe sur lui mon regard noisette le plus méprisant et je lui sors comme un gamin de 5 ans l'aurait fait : "Bonjour vous même !" Je voulais rajouter tu veux un susucre ou une baballe peut être mais je me suis finalement abstenu ! Et ce con de Fury qui pense qu'il va vraiment travailler avec nous ! Puisque nous n'avons pas le choix il va rester, je ne veux pas voir mon organisation fermer à cause d'un vice de procédure gouvernemental ! Mais en aucun cas je ne travaillerai totalement avec lui ! Les seuls collaborations étroites que j'ai jamais faite avec des gens c'est dans un lit et il n'a pas le bon sexe pour cela ! Je soupire d'exaspération puis finalement je prends la paroles : "Colonel Fury, vous êtes au courant que le Shield est avant tout une organisation de contre espionnage ? Ici sont regroupés les plus grands cerveaux de notre nation ! Et le plus grand est face à vous en ce moment même ! Vous pouvez peut être nous parler de vos qualités, vos expériences ? J'espères pour vous que vous avez plus que l'esprit militaire à nous offrir, sans cela, Mr Jones peut reprendre votre laisse en main et vous ramener vers l'extérieur, nous ne serons surement pas intéressé !"

Je suis tellement en rage sur coup là que je préfère finalement me la fermer pour éviter d'être plus désobligeant encore ! Peggy demande à ce que le dit Fury soit en période d'essai. Elle se tourne alors vers moi pour avoir mon avis. Je soupire en passant une main sur mon visage. Je me dirige vers le tiroir du bureau de Peggy où je sais qu'un bouteille de Whisky anglais est planquée. Je la sors, je vide la tasse de café de Peggy et je verse le liquide ambré dedans que j'avale ensuite d'une traite. Je me retourne ensuite vers Fury que je toise de la tête aux pieds puis vers Jones en ajoutant : "J'exige qu'il soit à l'essai ! Je veux que Peggy et moi puissions juger de ses qualités et de ses défauts nous mêmes. Je promets pour ma part que nous ferons preuves d’impartialités dans notre jugement. Si cela convient à Mr Fury, je voudrais aussi que cela soit noté noir sur blanc et signé par chacune des deux parties ! Et ne pensez pas une seconde que mes conditions soient négociables, car elles ne le sont pas ! "  

 

Made by Neon Demon



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Mer 14 Déc - 15:57

« Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver»
WAKE UP, RISE AND SHINE. LET'S GET TO WORK ON TIME. NO MORE PLAYING VIDEO GAMES.
THINGS ARE ABOUT TO CHANGE 'ROUND HERE.


Face à nos deux regards combinés emplis d'une détermination sans faille, M. Jones ne put qu’acquiescer à notre demande. Un sourire satisfait se posa sur mes lèvres lorsqu'il leva les mains devant son visage en signe de paix. Howard Stark en colère faisait cet effet à beaucoup de monde. Ils ne s'attendaient jamais à ce qu'il hausse la voix de cette façon. Tant mieux pour nous. Cela faisait un avantage de notre côté. «  Beth va vous raccompagner à la porte M. Jones. Merci d'être venu » lâchais je avec une ironie bien présente au fond de la voix. La secrétaire d'accueil ne tarda pas à se présenter à la porte de mon bureau pour ramener ce cher monsieur hors de notre propriété. Bientôt il ne resta plus que le Colonel Fury, Howard et moi même. Un silence tendu s'installa entre nous. Mon regard voyagea d'un homme à l'autre. Personne ne bougea d'un cil. Finalement, je me dégageais de mon bureau contre lequel j'étais toujours appuyée. Nous n'allions pas nous regarder en chien de faïences tout la journée. Personnellement , j'avais mieux à faire. Et j'étais sûre qu'il en allait de même pour eux. L'heure tournait et n'attendait personne. « Je vais vous montrer les lieux » déclarais je en me dirigeant vers la porte ouverte de l'espace. «  Vous pouvez me parler de votre expérience en même temps. Howard vous venez ? » demandais je en me retournant un instant vers mon ami dont le visage semblait figé dans une grimace de dégoût et de colère depuis le début de cette matinée. Sans attendre une réponse de sa part, je quittais la pièce, Fury sur mes talons. Si Howard voulait suivre il le ferait. Sinon, il pouvait m’attendre dans le bureau et finir ma bouteille d'alcool. Je savais bien que j'aurais dû la cacher un peu mieux que ça. En plus c'était la dernière bouteille de whisky que j'avais ramené d'Angleterre. C'était un peu comme un vestige d'une vie passée que je n'avais jamais retrouvée. Une page se tournait comme l'on disait. «  Cette pièce vous servira de bureau. Je demanderai à quelqu'un de venir la mettre en état » appris je au Colonel lorsque nous passâmes devant une salle vide dont la poussière n'avait pas été fait depuis un très long moment.  Je ne savais même pas si la lumière fonctionnait. C'était pour dire.  Fury hocha la tête sans rien dire et continua à me suivre dans les tréfonds de la base souterraine et normalement secrète du SHIELD. Je passais en revue les différentes bureaux, les salles d’interrogatoires , les laboratoires, les trois ou quatre cellules que nous avions et bien entendu les salles d’entraînements. Elles n'étaient pas nombreuses car nous possédions  une autre antenne. Plus loin dans le New Jersey, hors de tous les regards, le Camp Lehigh était l'endroit parfait pour toutes les activités extérieures.  Nous avions beau être une agence d'espionnage et de contre espionnage, nos agents avaient tout de même besoin de rester physiquement en forme. Ils avaient besoin de savoir se battre et de perfectionner leur capacité au tir. Tout au long de la visite, je l'écoutais me parler de ses expériences militaires et plus particulièrement de tout ce qui n'était pas militaire. Je n'avais pas besoin de son CV de l'armée. Il n'était pas arrivé colonel par hasard. Surtout en ayant une couleur de peau noire. Il était bon , c'était un fait. Il dégageait une autorité et une prestance qui étaient difficiles à ignorer. Je laissais une petite exclamation surprise remonter le long de ma gorge lorsqu'il me parla du Colonel Phillips. Ainsi, ils se connaissaient. «  Il n'avait que des bonnes choses à dire sur vous deux ». « Vraiment ? » demandais je sans vraiment le faire. Je devais beaucoup au Colonel Phillips et je savais qu'il avait apprécié travailler avec moi. Cependant je savais aussi que je lui avais donné pas mal de cheveux blancs et qu'il avait été soulagé une fois la guerre terminée de me voir vaquer à d'autres occupations, sous un commandement autre que le sien.  Quant à Howard... le génie avait un talent certain pour fatiguer tout le monde lorsqu'il s'y mettait. Mêmes les personnes jugées infatigables.


« Avez vous des questions ? » le questionnais je une fois que la visite fut terminée. «  Non Madame la directrice » me répondit-il avec la même politesse militaire dont il avait fait preuve dès le début. Au moins il avait été bien éduqué. Non pas que j'attendais autre chose venant de quelqu'un comme lui. Au fond il était comme moi, sauf que j'étais une femme dans un monde d'hommes et lui un homme noir dans un monde dominé par l'homme blanc. Aucun de nous n'avions eu la vie facile. Et pourtant, nous étions là. Ce n'était pour pour autant que j'allais lui rendre la tâche facile. Il devait nous prouver qu'il était fait pour ce boulot, qu'il était fait pour être là.«  Demain 8h, ne soyez pas en retard. A la première erreur vous êtes hors d'ici, suis je claire ? » lui signalais je en le ramenant à l’ascenseur qui le ramènerait vers la surface. « Combien de temps durera la période d'essai ? ». «  Encore à déterminer » répondis-je avec un sourire froid  avant de le quitter pour retourner à mon bureau dans lequel Howard me rejoignit après quelques minutes. «  Sacré début de journée ! » maugréais-je avant de sentir un rire passer mes lèvres. La situation n'avait rien de drôle mais mes nerfs eux en avaient apparemment décidé autrement. Et dire que ce matin en me levant j'avais espéré avoir une journée plus ou moins calme. L'on repassera.



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Mar 20 Déc - 21:36

Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver...
Howie & Peggy

Cet abrutis de Jones est enfin reconduis à l'entrée par la charmante Beth. Ce type m'hérisse les poils ! S'il était resté une minute de plus, je crois que le lustre de mes moustaches en aurait pris un grand coup ! Peggy le remercie de sa visite d'un ton ironique et je ne peux m'empêcher de rajouter : "Bon vent !" Avec un sourire faux sur le visage lorsqu'il quitte enfin le bureau. Nous sommes à présent Peggy et moi même seuls avec ce Fury ! Ce type mesure au moins trois têtes de plus que moi et semble taillé dans un roc ! Mais il n'a pas ce que moi j'ai, le génie, la beauté et l'argent ! Mais bon faut pas lui en vouloir pour ça, après tout, tout le monde ne pas être un Stark ! Ma jolie partenaire propose de faire visiter les lieux à Fury et à vrai dire ça m'arrange. J'ai bien envie de m'esquiver et de partir dans une autre sorte d'exploration plus charnel avec la belle rouquine de la comptabilité Christine ! Une Française. Alors que je fantasme sur tout ce que je vais pouvoir faire avec la sexy Frenchie, Peggy me demande si je désire venir avec eux pour la visite. Mon regard passe de Fury à Peggy, je souris, je me lève et je décide de suivre le mouvement. Je ne vais pas les laisser partir seuls, je suis sur que ce sale cabot serait capable de lever la patte partout sur mon territoire ! " Je vous suis bien évidemment." Adieu la petite Française ! Mais ce n'est que partie remise !

La visite ce fait assez rapidement, Peggy ne semble pas plus que moi enclin à faire preuve de plus de civilité avec le colonel ! Dieu que je l'aime ma Peggynette ! Quel dommage qu'elle ne soit pas intéressée par mon illustre personne, je suis sur que nous aurions pu accomplir de grande choses autant professionnellement que personnellement ensemble. A vrai dire en y pensant je n'ai jamais réellement tenté ma chance avec elle. Il faut dire que passer après Steve Rogers n'est pas choses facile même pour un homme tel que moi ! Tout le bla bla militaire de Fury m'emmerde grave ! Ce type est le stéréotype même de la machine de guerre sur entraînée incapable de réfléchir par lui même ! Je dois dire que malgré tout je suis surpris par ses multiples talents ! Le temps seul me dira si il est où pas digne de notre confiance. La visite se termine enfin et j'en soupire d'aise ! je n'ai envie que d'une chose mise à part découvrir la France, débriefer cette journée avec Peggy et voir de quelle façon nous allons gérer le cas Fury ! Et c'est alors que Peggy le congédie qu'il nous demande combien de temps durera la période d'essai.

Je porte alors sur lui mon regard noisette et je lui dit d'un ton ferme : "La période d'essaie durera le temps qu'on le jugera Peggy et moi nécessaire ! Prouvez nous votre valeur et nous verrons si nous prolongeons ou retirons la période d'essai d'ici quelques mois. Sur ce, nous ne vous retenons pas ! Le balai et la pelle sont dans l'armoire du couloir, n'hésitez pas à vous en servir dans votre bureau, d'après ce que j'ai pu voir, vous avez du ménage à faire avant de pouvoir vous y installer." Il déguerpit enfin et moi je rejoins tranquillement Peggy dans son bureau.

Je ferme la porte, je me laisse ensuite tomber comme un sac de pomme de terre sur son canapé. Elle soupire alors en me disant que c'est un sacré début de journée. Je pose sur elle un regard pétillant et je lui dis de la fierté pleins la voix : " Peggy vous avez été fabuleuse. Je savais que je ne me trompais pas en vous choisissant comme partenaire pour monter le Shield avec moi. Vous êtes vraiment la femme de la situation." Je sors ensuite une de mes clopes, je la tapote contre la boite d'où je la sors puis je l'allume. Je m'assois alors plus profondément dans mon siège, je recrache un nuage de fumée blanche puis je reprends : "Alors que pensez vous de notre nouvel ami ? Je dois vous dire que pour ma part je suis mitigé sur le personnage. Je dois dire que ses états de services me sembles impeccable. Il est selon moi taillé pour l'accompagnement et la formation des nouvelles recrues mais il reste néanmoins à mes yeux le chien de guerre du gouvernement ! J'ai bien peur ma chère que nous ayons perdu aujourd'hui même le semblant de liberté que nous avions." Je soupire en me levant ensuite de mon siège. Je me dirige vers le bureau de mon amie où la bouteille de Whisky trône encore en bonne place face à moi. Je la prends et je me sers un verre avant d'en proposer un à Peggy en penchant la bouteille vers elle.

Made by Neon Demon



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   Ven 23 Déc - 13:58

« Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver»
WAKE UP, RISE AND SHINE. LET'S GET TO WORK ON TIME. NO MORE PLAYING VIDEO GAMES.
THINGS ARE ABOUT TO CHANGE 'ROUND HERE.



« Peggy vous avez été fabuleuse. Je savais que je ne me trompais pas en vous choisissant comme partenaire pour monter le Shield avec moi. Vous êtes vraiment la femme de la situation ». Un rire amusé passa mes lèvres face à un telle réplique et un tel enthousiasme. Bien sur j'en étais ravie. Tout le monde appréciait recevoir un compliment de temps en temps. « Vous n'avez pas été mal non plus » lui répondis je avec un petit sourire malicieux. Je le regardais secouer la tête amusé malgré lui tout en s'enfonçant un peu plus dans le fauteuil qu'il avait fait sien. Pour ma part, je le laissais seul un instant pour aller chercher un mug d'eau chaude. Toutes ces aventures m'avaient donné soif. Et puis, trop parler m'avait dessécher la bouche. Une fois de retour dans mon bureau je chasse de ma main libre la fumée qui arrive devant mon visage. Je lançais un regard réprobateur à Howard qui continua de fumer dans mon bureau sans gêne. Et dire que je détestais la fumée de cigarettes. Je ne fis cependant pas de remarque et contournais mon bureau pour venir m'asseoir dans ma chaise. Je farfouillais dans mon premier tiroir pour en tirer la petite boite de sachet de thé vert que je stockais là. J'en retirais un et le déposais dans l'eau chaude pour le faire infuser. «  Alors que pensez vous de notre nouvel ami ? Je dois vous dire que pour ma part je suis mitigé sur le personnage. Je dois dire que ses états de services me sembles impeccable. Il est selon moi taillé pour l'accompagnement et la formation des nouvelles recrues mais il reste néanmoins à mes yeux le chien de guerre du gouvernement ! J'ai bien peur ma chère que nous ayons perdu aujourd'hui même le semblant de liberté que nous avions » reprit Howard après avoir tiré une nouvelle fois sur sa cigarette.  Un soupir sortit de ma bouche. Je ne savais plus trop quoi en penser je devais bien l'avouer. Les états de services de Fury étaient impressionnants. Je ne pouvais pas le nier. Ni même l'ignorer. Il avait été très bon dans son domaine. C'était bien pour ça que malgré sa couleur de peau, il avait pu se hisser en haut de la hiérarchie militaire. Il y avait toujours des gens au dessus de lui bien sûr ; mais c'était déjà pas mal. Beaucoup ne pouvaient pas en dire autant. Comme le disait Howard, Fury serait un atout non négligeable dans l’entraînement et le recrutement de nouveaux agents. Il avait définitivement l'expérience. Et la poigne nécessaire si j'en croyais sa prestance et carrure.

Une moue boudeuse se plaça sur les traits de mon visage alors que je continuais de réfléchir à la situation. J'étais toujours offusquée bien sûr. Je n'allais pas oublier ce coup bas de sitôt. De cela tout le monde pouvait en être certain. Les gens qui me connaissaient, savaient très bien à quel point je pouvais me montrer rancunière. Pire qu'un molosse avec un os lorsque mon orgueil se rajoutait au cocktail déjà explosif. Je savais néanmoins me tenir et ne laissais pas ma fierté dicter ma conduite en public. Dans l'intimité de mon cerveau en revanche, la situation pouvait être bine différente. Un de mes sourcils bruns et fins se leva lorsqu'il pencha la bouteille d'alcool vers moi dans une demande silencieuse. Je considérais la question une seconde en posant mon regard brun sur la couleur mordoré de ma boisson. Avec un haussement d'épaule, je levais ma tasse vers lui et le laissais verser un peu d'alcool dans mon thé.  Ce n'était pas forcément la combinaison la plus sympathique pour les papilles mais j'estimais l'avoir mérité. Ce début de journée avait été assez rude. Par chance, le front nous avait appris à faire face à toutes les situations. «  J'avoue que je ne sais pas Howard. Ce qui s'est passé ce matin me plaît autant qu'à vous » commençais je après avoir porté la tasse à mes lèvres. Je retins à peine une grimace quand l'alcool fort se déplaça le long de mon œsophage. J'avais toujours un peu de mal avec le goût. «  Fury semble être quelqu'un de bien et croyez moi ça m'arrache un peu la bouche de dire ça. Peut être qu'il nous surprendra. Il n'a pas finit de faire parler de lui ça c'est sur » continuais je d'un air pensif. De toute façon, l'on verrait bien. On avait récupérer un petit avantage en imposant une période d'essai. A lui de faire ses preuves. Et de se montrer à la hauteur. «  Quant au gouvernement Howard, vous n'allez pas me dire que ça va vous empêcher de faire ce que vous voulez. Ça serait bien une première ! » m'amusais je en relevant le regard vers lui. Si il y avait quelqu'un qui même dans une position de faiblesse pouvait envoyer paître le gouvernement, c'était bien lui. Il en avait les moyens et le pouvoir. «  Voyez ça comme une épreuve de plus pour assouvir votre autorité sur eux » terminais je en levant ma tasse et en venant la cogner contre son verre. Nous n'avions pas dit notre dernier mot. Emprise gouvernementale ou non, le SHIELD serait toujours à nous.



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le travail, c'est la santé, rien faire c'est la conserver... [Peggy et Howie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» ♫ Le travail c’est la santé. Rien faire c’est la conserver ♫
» Le travail, c'est la santé, ne rien faire c'est la conserver
» Ô mon amour c'est le jour parfait, pour ne rien faire ou pour crever.
» Le travail c'est la santé, ne rien faire c'est la conserver - Tanagra Elis
» Ne rien faire, mais le faire bien. (ayshi galery)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Temporus :: Archives :: Archives :: RPS finis-