Partagez | .
 

 Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 134


Marvel Temporus
MessageSujet: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Sam 3 Déc - 22:50



Un oiseau tombé du nid
Clint ξ Peggy

« Pour la dernière fois : qui êtes-vous et pourquoi faites vous des recherches sur le SHIELD? »

Je me renfrognais un peu plus sur mon siège, croisant les bras sur ma poitrine, un air boudeur collé au visage. Ce n’était pas marrant du tout. Déjà que les débriefings de mission made in SHIELD n’avaient rien d’une partie de plaisir, se trouver sur la chaise d’interrogatoire faisait passer un picnic à nofunland pour une promenade de santé.

Mais je suppose que, quelque part, je l’avais bien cherché. Même si mes intentions avaient été purement candide, j’aurais du me montrer plus prudent dans mes recherches pour remettre la main sur le SHIELD. Je ne pensais juste pas qu’ils auraient les moyens de me voir venir et de me tomber dessus. On est en 1947 après tout.

1947. Encore une fois, l’information me tombe dessus comme une chape de béton se serait abattue sur mes épaules. J’étais perdu en 1947. La grande majorité des gens que je connaissais n’étaient même pas encore né. Je n’étais même pas encore né bordel. Il y avait juste deux choses auxquelles je pouvais me raccrocher. Natasha et le SHIELD. Et pour trouver la première, j’aurais sans doute besoin du second.

Sauf que, n’ayant aucune idée de ou chercher, je m’étais contenté d’agiter les bras dans le noir en espérant toucher quelque chose. Et il semblerait que je ne me sois pas trop mal débrouillé, puisque, pas plus tard qu’il y a deux heures, j’avais été intercepté par des agents. J’aurais sans doute pu leur échapper et sincérement, ce fut mon premier réflexe, mais impossible de me sortir de là sans blesser un de leur agent. Et je n’avais aucune envie de me mettre le SHIELD à dos, merci bien.

Alors je m’étais laissé entraîner sans opposer de résistance. Je m’étais laissé fouillé, les avaient laissé prendre mon arc et mes flèches. Ce qui en soit, maintenant que j’y pensais, n’étais vraiment pas une bonne idée. Si mon arc composé n’avait rien de vraiment extraordinaire, mon carquois lui était un petit bijoux de technologie. Que je venais de confier au SHIELD. Avec toutes mes embouts de flèches. T’as merdé en beauté Barton. Note que je me voyais mal les empêcher de les prendre. J’étais littéralement leur prisonnier après tout.

Je relevais finalement le regard vers le type en face de moi. Je ne sais pas trop en quoi était fait son costume, mais ça n’avait certainement pas l’air confortable. Je me réinstallais sur ma chaise pour être plus à mon aise et haussais un sourcil vers mon vis-à-vis.

« Pour la dernière fois : je veux parler à votre supérieur. Je ne donnerais mon identité et mes motifs à personne d’autre.
-Vous savez que je ne peux pas accéder à votre requête
-Alors je pense que nous sommes coincé dans un cercle vicieux. Appelez votre supérieur. »

Un fin sourire étira mes lèvres alors que l’agent se tendit visiblement. Bien, les voyages temporels n’étaient donc pas suffisant pour m’empêcher d’emmerder la bureaucratie, c’était toujours ça de rassurant. Avec une assurance que j’étais loin de ressentir, je souri plus largement en laissant ma tête retomber en arrière alors que je commençais à chantonner Wrong de Depeche Mode tout en battant le rythme avec mon pied.

Je fermais les yeux et profitais du fait que j’ai apparemment suffisamment exaspérer suffisamment le type que pour qu’il ne me serve l’interrogatoire silencieux pour réfléchir à ce que je pourrais bien dire quand il sera temps de finalement dire quelque chose. Parce que, bordel, je n’en avais aucune idée.

Donner mon identité pourrait encore être jouable, puisqu’ils manquaient clairement du genre de technologie nécessaire au fait de vérifier que j’existais bel et bien. En tout cas pas aussi rapidement que normalement. Expliquer pourquoi je cherchais des infos sur le SHIELD était plus compliqué, tout comme les informations que je devrais sans doute fournir à propos de mon carquois et de mes flèches. Oh bordel, je suis tellement dans la merde.

D’un autre coté, dire la vérité était sans doute la meilleure solution. Mais commencer la conversation avec un “Salut, je suis un agent du SHIELD venu du futur, je cherche Sarah Connor, vous l’auriez pas vu?” ne me semblait pas vraiment être une bonne idée, et de loin.

Non, il faudrait dire la vérité, mais je préférais largement qu’ils en viennent eux même si pas à poser la question (qui pourrait imaginer un truc pareil franchement ?) au moins à s’interroger suffisamment que pour pouvoir prendre en compte cette réponse comme étant une réponse sérieuse.

Finalement, j’entendis la porte s’ouvrir et se fermer. Intrigué par cette évolution palpitante de la situation, je relevais la tête et ouvrit à demi un œil. Et une chance que je n’aie pas été occupé de me balancer sur ma chaise comme j’avais parfois l’habitude de le faire, parce que je me serais sans doute vautré en beauté. Il ne me fallut qu’une fraction de seconde pour reconnaître Peggy Carter. Mon histoire du SHIELD était particulièrement rouillée, mais impossible de ne pas la reconnaître. C’était bien elle.

J’allais me faire interroger par Peggy Carter, l’amour perdu de Captain America.

« Et bien, il semblerait que ma demande aie finalement été entendue. C’est un plaisir de vous rencontrer agent Carter. »


OKAY BARTON
DON'T DIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Dim 4 Déc - 15:05

« Un oiseau tombé du nid»
I'M WAKING UP, I FEEL IT IN MY BONES; ENOUGH TO MAKE MY SYSTEMS BLOW.
WELCOME TO THE NEW AGE, TO THE NEW AGE


« Comment ça se passe ? » demandais je en me plaçant face à la vitre qui donnait sur les labos placés juste en dessous. «  Pas d'incidents à déclarer pour le moment Madame. » me répondit le technicien et agent de confiance qui se tenait à mes côtés. «  Ne les lâchez pas d'un œil. » lui ordonnais je en laissant mon regard embrasser les silhouettes en blouse blanche qui déambulaient un peu partout. «  Il n'est pas encore arrivé le jour où je ferais confiance à ce genre de personne. Je peux vous l'assurer » souffla t-il. La remarque m'arrache un sourire et son air concentré et furibond un léger rire. Son comportement ne fit que renforcer la confiance que j'avais placé en lui. Il était le meilleur pour le job. Un travail qui n'avait jamais de facile ni de plaisant. Il y avait clairement plus drôle que de veiller sur des scientifiques qui pour la plupart avaient un passé nazi assez obscur. Je n'étais manichéenne au point de croire que tous ces scientifiques avaient obéi aux ordres du troisième Reich par fanatisme. Le monde n'était pas aussi blanc et noir. Beaucoup d'entre eux étaient terrifiés. Il suffisait de les regarder pour le savoir. Néanmoins, il valait mieux se montre prudent. A la fin de la journée, nous servions tous nos intérêts. Pour le moment, les leurs résidaient avec nous. Mais le vente pouvait toujours tourner. Hors de question, qu'ils profitent un instant de distraction pour foutre le camp. Méfiance était définitivement devenue mon second prénom. Ce n'était certainement pas le plus sain de vivre de cette manière mais jusque là ça m'avait tenu en vie.  Après quelques paroles de plus échangés avec mon agent, je pris congé et le laissais travailler en paix. Il avait du boulot et moi aussi.  Du boulot j'en avais par dessus la tête d'ailleurs ces derniers temps. J'avais l'impression de ne faire que ça. Un petit rire s'échappa d'entre mes lèvres face à cette constatation. Un an auparavant je ronchonnais car je trouvais que l'on ne me donnait rien à faire, ou plutôt rien d'intéressant. Aujourd’hui je me plaignais que j'en avais trop et pas assez de temps pour souffler. Quelle ironie du sort. En toute honnêteté je préférais ma situation actuelle à celle que j'avais vécue dans les bureaux du SSR. Au moins je faisais un métier intéressant tout en restait dans la légalité. Plus ou moins. Il y avait toujours des moments où ce qui était nécessaire demandait le franchissement de cette ligne qu'était la légalité.  Tant que tous les acteurs gardaient leurs bouches fermées, nous n'avions à craindre. Et puis Howard savait se montrer très persuasif de ce côté. Lui et son argent bien entendu. Ainsi que son armée d'avocats probablement. Le pouvoir de l'argent était décidément une drôle de chose. Le plus difficile des hommes pouvaient se montrer aussi docile qu'un chien dès que la promesse d'une somme d'argent importante montrait le bout de son nez. Et à l'inverse, l'homme le plus vertueux était prêt lui à confier tous ses secrets.

« Du nouveau ? » questionnais je en me plantant devant une nouvelle vitre. Contrairement à la précédente cependant , cette dernière donnée directement sur une salle d'interrogatoire. Et elle avait l'avantage de ne pas permettre à la personne actuellement en train d'être interrogé de me voir. «  La même chose qu'il y a une heure, Madame. Il n'a pas répondu à une seule question et a juste émis le souhait de parler au commandement. ». J'émis un bruit de déception dans ma gorge.  Je ne m'attendais pas à ce que cela soit simple bien sur mais j'avais espéré. «  Est ce que vous voulez que je fasse venir le directeur Fury ? ». «  Pas la peine Agent Stevenson. » lui répondis je. Fury, l'homme que l'on nous avez imposé, était doué dans ce qu'il faisait mais je représentais le commandement autant que lui. Et puis, je ne lui faisais pas encore assez confiance pour lui déléguer des choses que je pouvais faire moi même. En vérité, je me vengeais un peu sur lui. Il fallait bien que mon indignation quant à cette situation passe quelque part. J'étais persuadée que Fury et moi allions réussir à nous entendre et à faire du bon travail. Mais avant ça, il allait devoir travailler d’arrache-pied pour me montrer que je pouvais lui faire confiance. Sa loyauté au gouvernement pour le moment était un obstacle à cette confiance. Le SHIELD devait être en premier sur sa liste et jamais second. Finalement à bout de nerfs devant le silence de notre intrus, l'agent Fitzpatrick quitta la pièce pour venir nous rejoindre. Un sourire se plaça sur mes lèvres face à son air furibond. Je secouais la tête avant de me concentrer quelques secondes pour me mettre en condition. Avec un dernier signe de tête à l'attention de mes agents, je fis le court trajet jusqu'à la porte de la salle d'interrogatoire et ouvris cette dernière.«  Et bien, il semblerait que ma demande aie finalement été entendue. C’est un plaisir de vous rencontrer agent Carter ». «  J'aimerais pouvoir en dire autant Monsieur … excusez moi mais je n'ai pas compris votre nom, pouvez vous le répéter. » Lui répondis je sans me départir du sourire d'usage que j'avais placé sur mon visage avant de pénétrer dans la pièce. «  Oh et c'est directrice Carter. Pardonnez moi mais je suis attachée à l'étiquette » lui signalais je en prenant place en face de lui avec le même air calme et aimable. «  J'ai cru comprendre que vous avez … réclamé ma présence. Est ce que je peux faire quelque chose pour vous ? » le questionnais je en essayant de me montrer le plus docile possible. La première chose que l'on nous apprenait était de mettre en confiance notre ennemi en lui donnant un certain sentiment de sécurité. J'allais donc commencer par ça.



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 134


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Dim 4 Déc - 16:32



Un oiseau tombé du nid
Clint ξ Peggy

«  J'aimerais pouvoir en dire autant Monsieur … excusez moi mais je n'ai pas compris votre nom, pouvez vous le répéter. »

Je souris plus largement, un sourire amusé quoi qu’un peu féroce. Je n’étais clairement pas en position de force ici. De toute manière, je n’avais pas prévu de me cacher du SHIELD, peut-être même que je pourrais utiliser leurs équipement et leur réseaux pour trouver Natasha. Leur concéder la main haute serait donc une obligation. Mais la situation étant ce qu’elle était… J’avais absolument besoin de les amener au point ou ils pourraient considérer mon histoire comme autre chose que des affabulations.

«  Oh et c'est directrice Carter. Pardonnez moi mais je suis attachée à l'étiquette »

Je levais les mains en signe de paix alors qu’elle enchaînait tout de suite.

«  J'ai cru comprendre que vous avez … réclamé ma présence. Est ce que je peux faire quelque chose pour vous ? »

Cette fois-ci, je laissais un court rire m’échapper. Si seulement elle avait la moindre idée de ce qu’elle pouvait faire pour moi. Quittant le dossier de mon siège, je me penchais en avant, appuyant mes avant bras sur la table en face de moi, plantant mon regard dans celui de la jeune femme.

« Ce que vous pouvez faire pour moi ? Et bien, pour commencer, quand un inconnu cherche à prendre contact avec vous, vous pourriez éviter d’envoyer les chiens à ses trousses. J’ai déjà reçus pire accueil, mais ça fait mauvais genre, si vous voyez ce que je veux dire. »

Bon et bien… Quand il faut y aller, il faut y aller je suppose. Plus de retour en arrière possible après ça. Enfin, pas qu’il y en ait déjà eu un… Je pense que je suis foutu depuis l’instant ou j’ai passé ce fichu portail en fait…

« C’est d’ailleurs amusant de noter que vous me soyez tombé dessus en ignorant jusqu’à mon identité. Je suis sur que Nat se foutrait royalement de ma gueule pour m’être laissé prendre comme ça tiens… Oh oui, j’allais oublié. Clint Barton, enchanté de vous rencontrer Directrice Carter. »

Je me laissais à nouveau aller en arrière, lançant brièvement un regard vers la glace sans teint avant de finalement basculer ma chaise sur deux pieds, trouvant rapidement mon équilibre. Finalement, interrogatoire ou débriefing, c’était un peu la même chose. Sauf que débriefing, je ne risquais pas potentiellement de passer par la case torture. Je ne sais pas exactement quelles sont les pratiques du SHIELD à cette époque, je dois bien l’admettre. Dans tout les cas, ça ne serait pas la première fois non plus. Mon regard revint cherchez celui de Peggy.

« Je pense que c’est surtout à ce que je peux faire pour vous pour l’instant. Si vous avez cédé à ma demande et que vous vous trouvez ici, c’est que mon cas vous intéresse. Vous avez des questions pour moi, n’est ce pas ? Sinon je serais toujours seul avec l’agent mine-d’enterrement. »

Je me tournais à nouveau vers le miroir derrière lequel se tenait probablement le dit agent.

« Sans vouloir vous offenser bien sur. »

Mon regard revint bien vite sur la jeune femme, amusé mais ferme.

« Bref, vous avez des questions, j’ai des réponses. Et si on arrêtait deux minutes de prétendre que ce qui se passe ici est normal ? Je répondrais à toutes vos questions le plus honnêtement du monde, à la condition que mon équipement me soit entièrement restitué. »


OKAY BARTON
DON'T DIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Lun 5 Déc - 12:22

« Un oiseau tombé du nid»
I'M WAKING UP, I FEEL IT IN MY BONES; ENOUGH TO MAKE MY SYSTEMS BLOW.
WELCOME TO THE NEW AGE, TO THE NEW AGE



Visiblement ma première tactique d'approche n'était pas celle que j'aurais dû utiliser si j'en croyais le sourire qui commençait à se dessiner sur son visage et le rire qui menaçait de le suivre. Je n'en perdis pas mon calme pour autant et attendis patiemment qu'il me réponde. Ce qu'il ne tarda pas à faire. Au moins, son amusement à mon égard avait eu de quoi lui faire ouvrir la bouche pour dire autre chose que son fameux passez moi votre supérieur. Je supposais que en soit , c'était déjà une première victoire même si c'était pour insulter mes méthodes. En même temps si il s'attendait à être accueilli à bras ouverts, clairement il ne savait pas dans quoi il venait de se fourrer.  Bien entendu, il n'avait plus besoin de se taire puisque nous avions accédé à sa requête. Du moins j'avais accédé à sa requête. J'étais persuadée sur l'Agent Fitzpatrick aurait bien aimer le faire suer un peu plus avant de passer à la phase trois du protocole pour les interrogations. «  C’est d’ailleurs amusant de noter que vous me soyez tombé dessus en ignorant jusqu’à mon identité. Je suis sur que Nat se foutrait royalement de ma gueule pour m’être laissé prendre comme ça tiens… Oh oui, j’allais oublié. Clint Barton, enchanté de vous rencontrer Directrice Carter ». Sourire encore sur les lèvres, je me retenais de lui signaler que nous serions bien mauvais à notre job si le simple fait de ne pas connaître un nom nous empêchait de faire correctement notre travail. Le monde du renseignement et de l'espionnage bien sur reposait sur des informations concrètes mais des fois aussi sur ce manque d'informations importantes. Un profil, une caractéristique physique, un info concernant un lieu ou rendez vous, pouvaient très bien suffire à appréhender quelqu'un même lorsque l'on ignorait jusqu'à son identité. Et autant dire qu'il n'y avait pas trente six milles hommes blonds avec un arc et des flèches faisant du remue ménage pour attirer notre attention dans les rues de New York ces derniers temps. C'était même une grosse première pour moi comme pour tous les agents sous mon commandement.  Ma foi, je supposais qu'il fallait une première fois à tout.

Bien entendu, je stockais les informations qu'il venait gentiment de me donner pour plus tard. Cette dénommée Nat par exemple semblait importante pour ce jeune homme. Un avantage que je j'allais certainement pouvoir utiliser. Si ce n'était pas aujourd'hui, ou demain , cela pouvait être la semaine prochaine, dans un mois ou même dans dix ans. « Je pense que c’est surtout à ce que je peux faire pour vous pour l’instant. Si vous avez cédé à ma demande et que vous vous trouvez ici, c’est que mon cas vous intéresse. Vous avez des questions pour moi, n’est ce pas ? Sinon je serais toujours seul avec l’agent mine-d’enterrement » ajouta t-il par la suite avant de se retourner vers la glace pour parler directement à l'agent Fitzpatrick qui se trouvait certainement encore derrière. A moins qu'il ne soit déjà parti prendre une café pour détendre ses nerfs. Je haussais un sourcil dans sa direction et là aussi choisis de me taire et de garder mes réflexions pour moi. Pour le moment du moins. Je voulais juste savoir ce qu'il pouvait avoir encore à dire. « Bref, vous avez des questions, j’ai des réponses. Et si on arrêtait deux minutes de prétendre que ce qui se passe ici est normal ? Je répondrais à toutes vos questions le plus honnêtement du monde, à la condition que mon équipement me soit entièrement restitué. ». Devant cette dernière phrase lancée avec plein d'arrogance, je ne pus m'empêchais de lâcher un petit rire. Je pouvais lui donner un 10 pour l'humour. Il ne manquait décidément par d'air. Une personne haut en couleurs.

Avant que je ne puisse lui répondre, la porte s'ouvrit un grand sur mon assistante qui chargée d'un plateau se dirigea vers moi. A c'était apparemment l'heure du thé. Emma était anglaise comme moi et comprenait l'importance de ce moment sacré appelé tea time. « Oh non, Monsieur Barton – si tel est son nom- ne prendra rien. » lui déclarais je en la voyant se tourner vers lui après avoir apposé tasse, cuillère, théière et une petite assiette de scones devant moi. Je la remerciais chaleureusement et réarrangeais le tout à ma convenance. Ainsi le plus subtilement que je pus, je plaçais l'assiette de biscuits un peu plus près de mon vis à vis. Mais as trop près non plus. Juste assez pour l'inciter à  essayer d'en piquer un. Évidemment, j'étais prêt à lui frapper les doigts avec  ma cuillère dès qu'il approchait sa main un peu trop près à mon goût. Je n'étais pas pour la torture mais j'avais évolué dans un monde fait de violence et d'hommes. Cela avait déteint sur moi. Et puis, j'avais toujours été du genre à chercher le trouble. Cette partie de ma personnalité ne s'était pas arrangée avec le temps. On ne créait pas des vagues sans remuer l'eau comme disait ma mère. Mon objectif avait été de me faire une place dans un monde où beaucoup disaient que je n'avais pas ma place. Des vagues j'avais du en faire. J'étais pas arrivée ici par hasard. Et mon air en apparence doucereux n'était que ça … une apparence. Je n'étais pas méchante pour autant ceci dit. Mais je n'aimais clairement pas être prise pour une idiote. «  Seul les gens que j'apprécie sont autorisés à m'accompagner pendant la pause thé de l'après midi » lui susurais je après un instant , histoire d'en rajouter une couche. Moi aussi, je pouvais me montrer pénible. «  Sans vouloir vous offenser bien sur » rajoutais je avec un léger rire en faisant exprès de reprendre son expression. Mon sourire disparut derrière le rebord de ma tasse en porcelaine lorsque je l'amenais à ma bouche pour boire une gorgée de ma boisson chaude. «  Où en étions nous ? » demandais je de manière totalement rhétorique en  reposant ma tasse au creux de sa petite assiette. «  Ce que vous pouvez faire pour nous. Voyez vous M. Barton , vous êtes celui qui a voulu attirer notre attention et non l'inverse. Je ne veux rien de vous, mais vous semblez avoir besoin de nous. Sinon nous n'en serions pas là, est ce exact ? » questionnais je.  « Ne répondez pas, cela n'était pas une vrai question. » repris je en le voyant prêt à ouvrir la bouche , ou à rire. Je n'en étais pas trop sûre. «  Vous n'êtes pas en position de faire des demandes M. Barton, ni même de réclamer quoi que ce soit. Votre équipement est entre les mains de nos scientifiques. Je peux vous assurer qu'ils en prendront grand soin. Enfin probablement » continuais je ne reportant une nouvelle fois ma tasse à mes lèvres. Les scientifiques  étaient délicats avec leur travail et tout aussi maladroits.  C'était tout bonnement quelque chose à voir. «  Ils étaient d'ailleurs très intéressés par vos flèches. Je crois que vous avez fait leur journée. Ceci dit je suis d'accord avec vous. Arrêtons de prétendre que tout est normal. J'aime l'efficacité et jusqu'à présent vous nous avez  fait perdre notre temps. Et j'ai horreur qu'on me fasse perdre mon temps. Donc je vous le demande à nouveau , qu'est ce que vous voulez, et qui êtes vous ».



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 134


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Lun 5 Déc - 20:19



Un oiseau tombé du nid
Clint ξ Peggy

Je relevais le regard vers la porte quand une jeune femme pénétra dans la salle. L'espace d'un instant, je fus persuadé que le SHIELD de 1947 n'aimait décidément pas les fouineurs qui jouaient aux plus malins. Mais ce n'était que le thé. Bordel, le thé ? Qui se faisait servir le thé en plein milieu d'un interrogatoire, franchement ?

« Oh non, Monsieur Barton – si tel est son nom- ne prendra rien. »

J'offris un rictus à l'agent Carter. D'accord. On en était à ce point là. Il faudrait qu'elle fasse attention, je pourrais le prendre comme un défi. Il n'y avait qu'une seule personne m'ayant jamais battu au petit jeu de celui qui énervera l'autre le premier, et, clairement, Deadpool ne comptait pas. Ce type aurait fait perdre son sang froid à un moine tibétain...

Lui chiper un biscuit était en revanche particulièrement tentant. Elle ne me laisserais certainement pas en prendre cependant, pas après ma remarque sur le fait que ses méthodes n'étaient pas adaptées. D'un autre coté, j'avais été entraîné pour ne jamais rien lâcher, quelques soient les circonstances. Il était peu probable qu'elle ne parvienne à me faire parler contre mon gré.

«  Seul les gens que j'apprécie sont autorisés à m'accompagner pendant la pause thé de l'après midi. Sans vouloir vous offenser bien sur  »

Je fis la moue en portant ma main à mon coeur, jouant des hanches pour conserver l'équilibre sur mes deux pieds de chaise suite au mouvement.

« Aouch, les mots blessent vous savez ?
-Où en étions nous ?  »

Un nouveau sourire força son chemin sur mes lèvres quand elle renversa à nouveau la question. Bien, j'aurais été déçus s'il avait été aussi simple de séparer la très célèbre Peggy Carter de son objectif.

«  Vous n'êtes pas en position de faire des demandes M. Barton, ni même de réclamer quoi que ce soit. Votre équipement est entre les mains de nos scientifiques. Je peux vous assurer qu'ils en prendront grand soin. Enfin probablement. Ils étaient d'ailleurs très intéressés par vos flèches. Je crois que vous avez fait leur journée. Ceci dit je suis d'accord avec vous. Arrêtons de prétendre que tout est normal. J'aime l'efficacité et jusqu'à présent vous nous avez  fait perdre notre temps. Et j'ai horreur qu'on me fasse perdre mon temps. Donc je vous le demande à nouveau , qu'est ce que vous voulez, et qui êtes vous  »

Je laissais ma chaise retomber lourdement sur ses quatre pied, chassant vaguement le sourire de mon visage pour revenir à quelque chose de plus sérieux. Est ce que le fait que le SHIELD soit en possession d'un équipement aussi avancé que le mien ne créerait pas une sorte de faille spatio-temporelle, ou un truc du genre ? Est ce que je ne venais pas de complètement chambouler les choses en mettant admirablement mes pieds dans le plat à nouveau ? Après tout, le SHIELD devait déjà être infiltré par HYDRA à  l'heure actuelle... Mettre cette technologie dans les mains de possibles agents infiltré c'était... Clairement pas mon meilleur jeu. Merde.

« Et bien, vous devez sacrément aimer le son de ma voix pour me faire répéter alors que vous êtes tellement prise par le temps. Clinton Francis Barton. Mais on m'appelle Clint. Ou Hawkeye. Quand à ce que je veux, et bien... C'est compliqué. Je ne pense pas que vous me croiriez de toute façon. Pour mes flèches, soyez très prudent, ne les confiez pas aux mains de n'importe qui. Il pourrait y avoir des blessés. »

Ce qui était une mise en garde tout à fait valable, quand on y réfléchissait deux minutes. Certains embouts de mes flèches étaient sensibles, et pouvaient se déclencher au moindre impact. L'image d'un labo du SHIELD couvert de goudron m'arracha un sourire. Aaah, ce que j'aurais aimer voir ça...

Bon, dans tout les cas, il était largement temps de commencer à abattre mes cartes. Aussi charmante que soit cette conversation, je n'avais aucune envie d'être coincé dans la case cinglé arrogant et ne plus pouvoir jamais obtenir un rendez-vous avec qui que se soit.

« Ça vous rassurerait de savoir que suis, enfin était, sous les ordre de Steven Rogers ? C'est lui qui m'a dit que, si j'avais un jour besoin d'aide, je pourrais me tourner vers le SHIELD. Alors me voilà. »

Avec un peu de chance, cette pirouette serait suffisante. Mais j'en doutais fortement. Tout simplement parce que je n'avais jamais prêté attention à toutes ces conneries de dates historique. Ce qui m'allait très bien en 2016, mais se tromper d'une année ou deux aussi proche des événements serait... Ballot ? Bien joué Barton, tu t'es encore prouvé à toi même que tu étais parfaitement capable de t'enliser tout seul dans les ennuis.

« Encore une fois, vous ne croiriez pas à l'histoire complète. Peut-être quand vos scientifiques auront fait le tour de mon équipement. Quand ce sera fait, je pense que vos questions seront un peu plus orientées. »


OKAY BARTON
DON'T DIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Dim 11 Déc - 14:32

« Un oiseau tombé du nid»
I'M WAKING UP, I FEEL IT IN MY BONES; ENOUGH TO MAKE MY SYSTEMS BLOW.
WELCOME TO THE NEW AGE, TO THE NEW AGE


Tasse aux lèvres, je continuais de fixer mon vis à vis par dessus le rebord en porcelaine. Barton n'était pas un novice dans l'art de l'interrogatoire. Il n'en était pas à son premier rodéo.  Évidemment, cela renforça ma méfiance à son égard.  Comment faire confiance à quelqu'un qui se trouvait être autant à l'aise dans ce genre de situation. Cela ne pouvait que cacher de mauvaises choses.  Étonnamment, il semblait me dire la vérité sur son identité. Son nom n'alluma aucune alarme dans mon esprit. Il ne faisait pas parti de notre liste de … priorités. Mais cela ne voulait pas dire que j'allais le laisser s'en sortir pour autant. Il était venu jusqu'à nous. Il y avait bien une raison à cela. Je ne pouvais pas me permettre de le laisser s'en aller lorsque je ne connaissais pas les paramètres de sa mission. J'étais peut être paranoïaque mais je ne croyais pas au coïncidences. Il était là pour quelque chose. Et si ce quelque chose se retournait contre moi et mes agents parce que j'avais manqué de discernement, je ne me le pardonnerais jamais. Les personnes sous on commandement me faisaient confiance pour les garder le plus en sécurité possible. Et je comptais bien ne pas faillir à cette tâche. « Ça vous rassurerait de savoir que suis, enfin était, sous les ordre de Steven Rogers ? C'est lui qui m'a dit que, si j'avais un jour besoin d'aide, je pourrais me tourner vers le SHIELD. Alors me voilà ».   Doucement, je baissais ma tasse jusqu'à la reposer au creux de son assiette.  La voilà son erreur.  Et quelle erreur. Aussi grosse qu'une maison. «  Sachant que le SHIELD a été crée bien après la mort de Captain Rogers, j'ai du mal à comprendre comment il aurait pu vous dire de venir nous trouver »  déclarais je en le regardant droit dans les yeux comme pour lire dans les tréfonds de son âme. Il n'allait pas m'échapper. «  Si vous pensiez qu'évoquer son nom nom allait me faire chanceler... réfléchissais encore. Vous n'êtes pas le premier à essayer M. Barton » lui soufflais je en plaçant un petit sourire presque amusé sur ma bouche rouge. Le monde dans lequel j'évoluais était un monde sans pitié. Bien des personnes n'avaient pas hésité à évoquer Steve pour me déboussoler. Aucun d'eux n'y étaient arrivés. Cela m'énervait plus qu'autre chose. Je n'avais peut être pas encore fait mon deuil, mais j’étais bien trop intelligente pour me faire avoir de cette manière. Il était vrai que le cœur ne répondait pas à l'esprit. Mais avec de la volonté, l'on pouvait tout faire. Ma tristesse n'appartenait qu'à moi. Jamais, je ne laisserai quelqu'un s'en servir contre moi pour mettre à mal mon autorité ou avantage sur une situation. Plutôt mourir que de leur donner satisfaction. Et si le soir en rentrant chez moi je laissais couler quelques larmes sur mes joues... cela ne regardait que moi. Personne d'autres. «  Alors qui vous envoie ? L'HYDRA ? Le KGB ? » demandais je en croisant mes mains sur la table. «  Faites vous une faveur et commencez à dire la vérité ». C'était après tout dans son intérêt.

« Encore une fois, vous ne croiriez pas à l'histoire complète. Peut-être quand vos scientifiques auront fait le tour de mon équipement. Quand ce sera fait, je pense que vos questions seront un peu plus orientées ». Un léger rire passa mes lèvres malgré le fait que la situation commençait à me courir légèrement sur le haricot. Je devais lui reconnaître sa ténacité. Il n'abandonnait pas. Être têtue pouvait être une excellente qualité mais aussi un grand défaut. Parfois, il fallait savoir lâcher du leste pour obtenir le meilleur d'une situation. Après si il ne voulait pas revoir la lumière du jour, je supposais que c'était son choix. Qui étais je pour aller contre ? «  Vous êtes borné, je dois vous le reconnaître. Je ne suis pas certaine en revanche que cela vous donne un avantage quelconque ici M. Barton. Ceci dit, j'aimerai que certains de mes agents soient aussi obstinés que vous » déclarais je en jouant avec la cuillère de mon thé. Un léger coup fut porté à la porte alors que je m’apprêtais à rouvrir la bouche. Et là ce n'était pas le thé. Je demandais à la personne d'entrer sans quitter du regard la personne qui se trouvait en face de moi. Un scientifique  passa une tête ébouriffée par l’entrebâillement de la porte. L'excitation présente dans son regard était visible , de même que la longue traînée de suie sur sa joue gauche.  Après un signe d'autorisation de ma part, il pénétra entièrement dans la pièce, une flèche à la main. Sans que je n'ai besoin de lui demander ce qu'il voulait, il commença à parler de ce qu'il tenait entre les mains. Pour être honnête je ne comprenais pas grand chose. Ce genre d'explications scientifiques relevaient plus du domaine de compétences d'Howard que des miennes. J’acquiesçais cependant à tous les bons endroits et pris l'objet entre les doigts lorsque je me le tendis. « A part Stark ou HYDRA , je ne vois pas qui pourrait avoir les connaissances ni même les ressources pour créer ce genre d'objet » finit-il à bout de souffle. «  Et l'on sait tous que ce n'est pas M. Stark » complétais je à la suite du scientifique en reportant mon regard bleu sur Clint Barton. «  Je pense qu'il est temps de nous raconter votre....inconcevable histoire M. Barton. » lui signifiais je avec une menace bien présentes dans la voix. Finit l'heure de rigoler. Il était l'heure de se mettre à table. Et puis des choses vraiment très étranges j'en avais vu par dizaines à présent. Si je sentais qu'il me disait a vérité, peut être serais je encline à le croire. Cela ne dépendait que de lui.



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 134


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Dim 11 Déc - 16:21



Un oiseau tombé du nid
Clint ξ Peggy

«  Sachant que le SHIELD a été crée bien après la mort de Captain Rogers, j'ai du mal à comprendre comment il aurait pu vous dire de venir nous trouver »

Oups... Oui, bien sur, le SHIELD a été fondé après la disparition de Cap, espèce de crétin ! Je m'insultais mentalement tout en tentant de conserver un visage impassible. Sentant que je n'y parviendrais pas, j'optais pour un sourire amusé. Et si je n'avais pas aussi souvent ri de situations désespérés, sans doute n'y serais je pas parvenu. Mais c'était un peu comme une seconde nature. Plus la situation était pourrie, plus il y avait de chance que je blague sur le sujet.

Dans tout les cas, j'avais merdé en beauté. Ça m'apprendra à ne pas faire gaffe quand on me donne des leçons d'histoire. Maintenant je n'aurais plus trop le choix de toute façon. Prit au piège par un anachronisme. On aura tout vu.

«  Alors qui vous envoie ? L'HYDRA ? Le KGB ? Faites vous une faveur et commencez à dire la vérité   »

Je laissais une petite exclamation amusée m'échapper. Je commençais à avoir hâte de voir sa tête quand je lui annoncerais d’où je viens et qui je suis. Mon sourire s'élargit quand Peggy ri à mon commentaire. Au moins, elle me trouvait amusant. C'était toujours ça de prit. Aller Barton, tu t'es déjà sortis de situation bien plus catastrophique, ressaisit toi un peu.

«  Vous êtes borné, je dois vous le reconnaître. Je ne suis pas certaine en revanche que cela vous donne un avantage quelconque ici M. Barton. Ceci dit, j'aimerai que certains de mes agents soient aussi obstinés que vous »

Cette fois-ci, c'est un nouveau rire qui franchit mes lèvres. La situation était juste tellement paradoxale. Peggy Carter venait de m'annoncer que j'étais le genre d'homme qu'elle voulait pour le SHIELD... C'était quelque chose. Mais je suis sur que personne ne voudra me croire une fois rentré.

« La flatterie ne vous mènera nul-part, mais sachez que le compliment est apprécié à se juste valeur. »

Mon regard s'arracha à la directrice du SHIELD quand un homme pénétra dans la pièce avec l'une de mes flèches à la main. Mon regard vola un bref instant dessus et j'identifiais d'un coup d’œil ma flèche-grapin. Une grimace passa furtivement sur mon visage. Si le mécanisme se déclenchait, il y avait une faible chance que quelqu'un soit blessé. Et connaissant ma chance légendaire... Enfin, c'était toujours mieux qu'une flèche à l'acide hein... Voyons le bon coté des choses.

« A part Stark ou HYDRA , je ne vois pas qui pourrait avoir les connaissances ni même les ressources pour créer ce genre d'objet
-Et l'on sait tous que ce n'est pas M. Stark. Je pense qu'il est temps de nous raconter votre....inconcevable histoire M. Barton.  »

Ma grimace furtive céda la place à un rictus. Et bien voilà, nous y étions. Elle me prenait pour un agent d'HYDRA, mais nous y étions. L'instant décisif qui fera du SHIELD mon allié dans cette folle aventure ou mon ennemi. Mon regard retomba dans celui de la jeune femme alors que je désignais du menton le scientifique à ses cotés.

« Pour commencer, dites à votre gars d'arrêter de triturer cette flèche comme ça, il risque de blesser quelqu'un. »

Le regard que le dit gars m'envoya était méfiant, mais sa prise sur l'objet se fit tout de même plus prudente. Je me laissais donc à nouveau aller contre le dossier de ma chaise avant de la basculer sur deux pieds, me remettant rapidement en équilibre.

« Sacré matos hein ? Mais je ne pense pas qu'HYDRA ou même Stark seraient en mesure de fabriquer un truc pareil. Ce matériel doit avoir... Environs septante an d'avance ce qui se fait actuellement. A vue de nez bien sur. »

Je chassais l'information d'un revers de la main avant de laisser retomber ma chaise. D'un mouvement lent, pour ne pas risquer que mon geste soit mal interprété, j'allais chercher dans l'une de mes poche dissimuler mes identifiants du SHIELD. Je sortis la petite carte sur laquelle figurait ma photo, le logo du SHIELD, la date de mon admission et mon nom complet, entre autre. D'un mouvement de poignet, je la lançais sur la table pour qu'elle atterrisse devant Peggy. Mon sourire s'élargit alors que je reprenais la parole.

« Clint Barton, agent du SHIELD au rapport. Nom de code : Hawkeye. Vous n'êtes bien sur pas obligée de me croire sur parole, mais je pense que mon équipement parle pour lui même. Je suis né en 1978 dans l'Iowa. Durant ma carrière, j'ai eu l'occasion de travailler avec les plus grands héros que la terre ait portée, dont Anthony Stark si vous voulez tout savoir. En 2016, j'ai eu le malheur de passer au travers une faille spatio-temporelle et me voici. »

Je me penchais en avant, posant mes coudes sur la table.

« Mon inconcevable histoire, Directrice Carter, c'est que je suis un agent du SHIELD qui a été arraché à son présent d'une façon fort peu agréable. La vérité, c'est que, en 47, le SHIELD et l'une des rare chose que je connaisse a déjà exister. Et si je suis passé par cette faille, il est possible aussi que d'autres personnes moins sympathique ne l'aient fait aussi. Et vous avez besoin de vous y préparer. Maintenant, vous êtes seul juge. Dans tout les cas, ça aura été un honneur de faire la rencontre de Peggy Carter. »


OKAY BARTON
DON'T DIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Dim 11 Déc - 19:11

« Un oiseau tombé du nid»
I'M WAKING UP, I FEEL IT IN MY BONES; ENOUGH TO MAKE MY SYSTEMS BLOW.
WELCOME TO THE NEW AGE, TO THE NEW AGE


D'un signe de tête j'indiquais au scientifique de relâcher sa prise sur la flèche qu'il tenait entre les mains. Peut être n'y avait il aucun danger mais je préférais de pas prendre de risque avec sa vie, celui de ce Clint Barton ou encore la mienne.  Mon existence sur cette Terre n'avait pas été la plus simple qui soit. Quelqu'un là haut en avait décidé autrement. Néanmoins, il n'y avait pas que des mauvais côtés. J'y étais attachée. Puis, j'étais clairement encore trop jeune pour mourir. J'avais encore des choses à apporter à ce monde. Des endroits à parcourir et de l'amour à donner. Partir aussi vite serait regrettable. Après , au vu de mon métiers et de mes diverses aventures, cela avait été plus d'une fois une possibilité. Il n'y avait qu'à se souvenir de mes rencontres toujours terrifiantes avec Whitney Frost. Une douleur imaginaire se propagea le long de mon abdomen lorsque je me revoyais m'empaler sur un bout de métal. Pas mon moment le plus glorieux, l'on en conviendra. Ma victoire en revanche sur cet ennemi de taille avait été douce et longuement appréciée. Bon dieu, elle ne me manquait pas. Quelle horrible personne. Elle qui avait tout ce que tout le monde désirait. Comme quoi, la célébrité et l'argent ne valaient rien  et ne menaient pas forcément au bonheur.  Dans un sens, j'avais eu de la peine pour elle. Le sentiment avait été rapidement balayé cependant. Au final, elle n'avait eu que ce qu'elle méritait. Elle avait oublié que le pouvoir était une chose , mais qu'il y avait toujours plus puissant que nous. Elle avait été seule, là ou nous avions travaillé en équipe. On avait mis pour certains nos différents de côté et l'on avait œuvré pour le bien commun. Tous autant que nous étions nous avions gagné bien plus qu'un simple combat contre Frost et son Dark Matter.  Nous avions gagné le respect de nos collègues, et leurs amitiés. Ou nous avions renforcés les liens déjà existants entre nous. Il n'y avait qu'à voir ma relation avec Howard ou encore Jarvis pour s'en rendre compte.

«  Sacré matos hein ? Mais je ne pense pas qu'HYDRA ou même Stark seraient en mesure de fabriquer un truc pareil. Ce matériel doit avoir... Environs septante an d'avance ce qui se fait actuellement. A vue de nez bien sur ». Mes sourcils montèrent de surprise sous cette révélation pour le moins inattendue. «  Je vous demande pardon ? » ne pus je m'empêcher de lancer sans avoir pu le temps de réfléchir. Premier signe d'absence de self control que je donnais en sa présence. Autant dire qu'il avait réussi son coup. Le scientifique a mes côtés, trop curieux  pour quitter la pièce, commença à rire sans pouvoir s'en arrêter. Je devais bien avouer que si c'était une blague, elle était bien drôle. Totalement loufoque. Mais Barton ne rigolait pas et moi non plus je n'avais pas envie de rire. Il y avait quelque chose  de sérieux qui se passait ici. Etant un excellent juge de personnalité, je pouvais le sentir. Barton s'était montré arrogant depuis le début de cette interrogatoire mais était toujours resté honnête. « Laissez nous » ordonnais je au scientifique une fois que son volume sonore fut descendu.  Il me regarde un instant interdit avant de hocher la tête. « Laissez la flèche sur la table ». « Madame .. et si il en sert contre vous ? ». «  Il peut toujours essayer ….». Le scientifique haussa les épaules et fis ce que je demandais. «  Maintenant, vous avez toute mon attention » lâchais je. Et c'était vrai. C'était sa seule et unique chance de me convaincre qu'il n'était pas une menace. Et qu'il était ce qu'il prétendait être. Une chance, pas une de plus. D'un œil méfiant, je le regardais plonger sa main dans son uniforme bien étrange pour en ressortir un petit objet qu'il lança en face de moi. Apparemment le poser calmement ou le faire glisser demandait trop d'efforts. Les hommes et leur arrogance.  Du bout des doigts j'attrapais l'objet que je fixais de mes yeux bleus. « Clint Barton, agent du SHIELD au rapport. Nom de code : Hawkeye [...] En 2016, j'ai eu le malheur de passer au travers une faille spatio-temporelle et me voici ».

Silencieuse, je le détaillais tout en essayant d'avaler es informations qu'ils venaient de me balancer. Pour certaines, elles étaient là juste devant mes yeux sur ce petit bout de plastique que je retournais entre mes mains. Nous n'avions pas de chose comme ça encore. Le logo de l'organisation était également identique. Cependant en soit , tout cela ne voulait rien dire. Je connaissais des personnes ci même à New York qui pouvait faire ce genre de choses moyennant quelques dollars. Faire de fausses identifications était chose simple. Inventer l'histoire qui allait avec aussi pour un peu que l'on avait de l'imagination. « Mon inconcevable histoire, Directrice Carter, c'est que je suis un agent du SHIELD qui a été arraché à son présent d'une façon fort peu agréable. La vérité, c'est que, en 47, le SHIELD et l'une des rare chose que je connaisse a déjà exister. Et si je suis passé par cette faille, il est possible aussi que d'autres personnes moins sympathique ne l'aient fait aussi. Et vous avez besoin de vous y préparer. Maintenant, vous êtes seul juge. Dans tout les cas, ça aura été un honneur de faire la rencontre de Peggy Carter » continua t-il alors que je haussais un sourcil dans sa direction. Un honneur de me rencontrer. Si j'avais été du genre narcissique, cela aurait suffit à me plaire. Mais l'on ne m'avait pas avec de jolies pirouettes. Cela n'avait jamais marché sur moi. Mes yeux bleus coulèrent sur son visage avant de se fixer au bleu des siens. Sans rien dire, je tentais de le jauger, lui, sa posture, ce que je voyais dans ses yeux. Il était bon et ne laissait rien paraître. Mais le léger tic de ses doigts laissait apparaître une certaine nervosité. Il voulait que je le crois. Il en avait même peut être besoin. Toujours en silence, je me repositionnais contre le dossier de ma chaise et posais la carte sur la table tout en laissant mes doigts dessus pour lui signifier qu'il n'était pas en mesure de la reprendre. Au fond de moi, je ne pouvais m’empêcher de penser qu'il me disait la vérité. Aussi étrange et perturbante soit elle. Pas aussi perturbante cependant qu'elle l'aurait été un an plus tôt. J'avais littéralement ouvert un portail vers une autre dimension alors en soit une faille vers le futur ou le passé ne me paraissait pas aussi dingue que ça. Cela m'étonnait bien sur. Cela m'étonnait toujours lorsque je me retrouvais embarqué dans ce genre de situation sans queue ni tête. Sur le coup, j'aurais aimé que Howard soit là. Malgré son air plaisantin, il était très bon pour déceler le vrai du faux. J'aimais lui demander son avis pour me rassurer sur ma position. J'avais l’habitude de suivre mon instinct et ce dernier ne me faisait pas souvent défaut. Cependant, un second avis était toujours bienvenu. Et puis nous étions une équipe après tout. « Faites venir le Directeur Fury » déclarais-je d'un coup à l'intention des personnes qui se trouvaient derrière le miroir semi réfléchissant. Le colonel , bien que je n'étais pas encore sur de lui, avait du flaire comme tout homme de sa carrure et de son rang.

« Imaginons que je vous crois M. Barton , Hawkeye ou qu'importe, pourquoi me parler du SHIELD en y associant le Captain Rogers ? Cela n'a pas de sens » questionnais je curieuse. Sans que je ne puisse l'empêcher, mon cœur fit un bond dans ma poitrine, comme à chaque fois que je me permettais de parler de Steve. Et puis il y avait une ambiguïté dans ses propos qui à la lumière de ces dernières révélations me faisait avoir une lueur d'espoir que je n'étais pas sûre d'apprécier. Peut être n'aurais je pas dû poser cette question... je n'étais pas certaine de vouloir en connaître la réponse. Et puis si le seul lien entre les deux étaient moins, cela ferait mal. Souffrir je le faisais déjà bien assez. A croire que j'aimais cet état. Par chance, pour lui comme pour moi je supposais, Fury rentra dans la pièce avant qu'il n'ait eu le temps de me répondre. « Ah Colonel, j'ai besoin de votre avis » lui appris je en faisant exprès de ne pas remarquer son levé de sourcil. C'était bien la première fois que je déclarais une telle chose depuis qu'il était là. «  M. Barton, est ce que vous pouvez répéter ce que vous venez de me dire ». Si Fury croyait l'histoire et l’honnêteté de Barton, il allait dans le même sens que mon instinct. Et ça c'était définitivement un bon point pour mon voyageur du futur.



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 134


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Dim 11 Déc - 21:24



Un oiseau tombé du nid
Clint ξ Peggy

Carter avait fait le choix de faire sortir le scientifique. Comme s'il n'y avait pas toute une pléthore d'agent derrière la vitre occupé à observer l'échange avec attention. Il y a même fort à parier que le type les rejoindrais pour entendre la fin de l'échange. Je pense que ma petite déclaration sur l'avancée technologique de ce matériel l'a suffisamment ébranlée comme ça.

Et si ma carte d'identification ne sembla pas impressionner la directrice plus que ça, je pouvais voir dans ses yeux que mon discours l'avait atteint d'une façon ou d'une autre. Je laissais ses yeux s'ancrer dans les miens, soutenant son regard avec sérieux.

Le silence s'étira alors que les secondes s’engrangeaient. Elle réfléchissait. Comment lui en vouloir ? Elle avait probablement vu son lot de bizarreries, mais certainement pas au même niveau que moi. Pour tout avouer, quand j'avais pris conscience de ou j'avais atterris, j'avais à peine été étonné. Mais avec les merde niveaux Avengers qu'il m'avait été donné de voir, je suppose que c'était normal. Je suppose qu'on s'habitue à tout.

« Faites venir le Directeur Fury »

J'eus un mouvement de recul, surpris qu'elle décide d’appeler Fury. Et un peu inquiet, il fallait bien l'avouer. Rencontrer la version plus jeune de quelqu'un que je côtoyais dans mon présent ne risquait-il pas de chambouler les choses ? Ou bien est ce que justement, cette réalité était déjà ancrée dans le futur ? Raah, c'était juste trop compliqué ces histoires !

« Imaginons que je vous crois M. Barton , Hawkeye ou qu'importe, pourquoi me parler du SHIELD en y associant le Captain Rogers ? Cela n'a pas de sens »

Je pinçais les lèvres, pas franchement emballé à l'idée de lui dire la vérité. Encore une fois, pas certain de ce que j'étais habilité à dire ou non. Bordel, ces conneries de voyages temporels étaient vraiment compliqués. Si je lui avouais que, à mon époque, on avait retrouvé et décongelé Captain America, il y avait de fortes chance pour qu'elle me demande de la mener jusqu'à l'emplacement ou il a été retrouvé. Et Steve serait ramené à lui en 1947. Et dans ce cas là, qui s'opposerait aux Chitauri ? Qui s'opposerait à HYDRA ?

Heureusement pour moi, je n'eus pas tout de suite à prendre de décision à ce sujet, puisqu'un jeune homme pénétra dans la pièce. D'ailleurs le type m'étais largement familier. Non, ça ne pouvais pas être ?

« Ah Colonel, j'ai besoin de votre avis »

Un rire nerveux coula hors de mes lèvres alors que j'analysais avec attention Nick Fury, à l'apogée de sa jeunesse. Il me fallut quelques secondes pour retrouver mon calme et pour offrir un salut au directeur du SHIELD.

«  M. Barton, est ce que vous pouvez répéter ce que vous venez de me dire »

J'arrachais à grand peine mon regard de Nick pour sourire à Peggy.

« Naturellement m'dame. »

Je me concentrais à nouveau sur le nouvel arrivant, rassemblant mon sérieux comme je pouvais.

« Ravis de vous voir enfin avec vos deux yeux, monsieur. »

Et non, ce n'étais pas du tout étrange d’appeler un jeune gamin comme ça monsieur, taisez vous. Les habitudes ont la vie dure, ok ? Et le type dégage vraiment une aura. Dans tout les cas, ma remarque ne me valut d'un haussement de sourcil. Bien. Fury, je savais comment m'en occuper. Je le faisais à chaque fois que je tentais d’échapper aux réunions de débriefing.

« Une faille spatio-temporelle a été momentanément ouverte entre ici et l'année 2016.
-Je vous demande pardon ?
-Une faille spatio-temporelle. A un moment vous êtes peinards en 2016 en train de vaquer à vos occupations, l'instant d'après bonjour 1947. »

Cette fois-ci, j'eus droit à un froncement de sourcil. Je pris une grande inspiration. Aller Barton, tu peux le faire.

« Je suis un agent du SHIELD, et je viens de l'année 2016. Mon équipement peut témoigner que je viens d'un endroits largement plus technologiquement avancé. Je suis un agent de niveau six, j'ai peut-être quelques informations qui peuvent prouver mes dire. La Directrice Carter est en possession de mes identifiants du SHIELD. J'ai servis sous vos ordres jusqu'à ce que vous ne preniez votre retraite.
-Des informations comme ?
-Ou en êtes vous avec le Tesseract ? »

Un blanc suivit ma question, et mon regard passa de Peggy à Nick plusieurs fois, comme pour m'assurer qu'ils étaient toujours bien là, et qu'ils m'avaient bien entendus. Finalement, je repris la parole, le regard fixé sur la femme.

« Par contre, dites moi que vous n'avez pas laissé Stark approcher mon équipement. S'il ne ressemble qu'à moitié à son fils... Je ne veux pas créer de bouleversement temporels. »


OKAY BARTON
DON'T DIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   Dim 11 Déc - 22:30

« Un oiseau tombé du nid»
I'M WAKING UP, I FEEL IT IN MY BONES; ENOUGH TO MAKE MY SYSTEMS BLOW.
WELCOME TO THE NEW AGE, TO THE NEW AGE


Le colonel et moi même nous retournâmes d'un seul homme vers Barton lorsqu'il laissa échapper un drôle de son. Son que j'identifiais ensuite comme étant un rire tendu. Intéressant. Si moi je lui inspirais rien, le colonel en revanche le rendait nerveux. J'en fus un instant offusquée mais gardais le tout pour moi en repoussant mon orgueil britannique de femme vexée. Il fallait dire que le colonel Fury malgré ce que je pouvais bien en penser était imposant de par sa stature et son aura. Ce n'était pas le genre de personne que l'on avait envie d'embêter lorsqu'on le croisait dans la rue. Autant m'arracher la langue cependant que de l'avouer à voix haute. Pour le moment du moins.   J'attendis quelque secondes qu'il se calme avant de lui demander de répéter ce qu'il m'avait dit au Colonel qui reposait dans une parade militaire à mes côtés. Je lui aurais bien proposé une chaise, mais les deux chaises de l'endroit étaient occupées. « Ravi de vous voir enfin avec vos deux yeux, monsieur ». La  remarque me fit légèrement froncer des sourcils. Ravi de vous revoir. Apparemment ils se connaissaient. Pas encore vu le regard de Fury. Il ne le reconnaissait pas. Ce qui en soit concordait avec le fait qu'il prétendait venir du futur. Encore un point qui faisait que j'étais encline à le croire. Après je ne baserai jamais une décision là dessus vu que le Colonel n'était pas du genre très expressif non plus. Une vraie statue de marbre lorsqu'il s'y mettait. A côté, je faisais livre ouvert. Et pourtant, je n'étais pas connue pour être facile à déchiffrer. Avant que je n'intervienne pour lui dire d'en venir au sujet, il reprit. Il répéta en des mots différente ce qu'il m'avait appris quelques minutes auparavant. Au moins il était constant dans ses dires. Sans un mot, je tendis la carte d'identification à Fury lorsqu'il l'évoqua pour qu'il y jette un coup d’œil. Il n'en fut pas plus impressionné que moi. « J'ai servis sous vos ordres jusqu'à ce que vous ne preniez votre retraite ». Voilà qui était également intéressant et nouveau. Alors comme ça, Fury avait passé sa période d'essai avec brio et avait fini engagé définitivement dans l'organisation. Un petit côté voulut se rebeller contre cette information. Je la fis cependant taire. Ce n'était pas le moment et puis.... je n'étais pas énervée contre Fury lui même juste le gouvernement et leur façon irrespectueuse de faire les choses. Non la pilule n'était toujours pas bien passée. Je me demandais furtivement ce que j'étais devenue puisque Fury semblait être le seul en charge dans le futur. Si tout cela était vrai bien sur. Je ne posais néanmoins aucunement la question à voix haute. Ma curiosité n'était pas aussi malsaine. J'avais toujours pensé que j'allais mourir jeune. Mais le penser et se le faire dire étaient deux choses bien différentes. Je préférais rester dans l'ignorance. Même si il y avait quand même une petite parte de moi qui aurait bien aimé connaître la réponse à cette question. Après tout l'on disait bien que le savoir était le pouvoir mais que le bonheur était l'ignorance. Ou quelque chose comme ça.

Un blanc s'installa entre nous tous lorsqu'il évoqua le cube cosmique ou tesseract comme certains aimés l'appeler.  Un terme purement scientifique. Quoiqu'il en soit cette information était classée secret défense. Tout le monde savait que Crâne Rouge en avait eu possession pendant la guerre. Enfin tout le monde , les personnes travaillant dans le monde du renseignement et notamment dans le monde du renseignement militaire. Ce n'était pas une information connue du grand public. En revanche peu de personnes savaient ce qu'il en était devenue. Moi je savais qu'Howard avait remis la main dessus en 1945 lors d'une expédition montée pour retrouver le corps de Steve.  Fury lui n'était pas encore dans les petits papiers pour connaître cette information. Sauf si Howard n'avait pu s'empêcher d'ouvrir la bouche. Ce qui entre nous était une possibilité. En tout cas moi je n'avais rien dit. Et Fury ne pouvait pas l'avoir lu puisque nous avions pris garde à ce que le dossier sur le sujet reste chez Howard.  Je fis donc comme si je n'en savais rien. En somme, je fis l'idiote et regardais tour à tour Fury et Barton avec un air d'incompréhension sur le visage. « Par contre, dites moi que vous n'avez pas laissé Stark approcher mon équipement. S'il ne ressemble qu'à moitié à son fils... Je ne veux pas créer de bouleversement temporels ». «  Le directeur Stark n'est pas présent » lui répondis je en stockant le fait qu'il avait un fils dans un coin de mon esprit. Il l'avait d'ailleurs déjà évoqué en parlant d'un certain Tony Stark.  Et puis si Howard voulait jeter un coup d'oeil sur ce que cet homme avait ramené avec lui, personne n'allait pouvoir l'en empêcher.  

Je laissais Fury détailler à sa guise l’interrogé et peser le pour et le contre de ses déclarations. Finalement il se redressa et m'offrit un signe de haut positif avant de me saluer et de quitter la pièce sans plus de cérémonie. « Bien, je ne suis pas sure de croire tout ce qui vient de sortir de votre bouche mais vous avez réussi à nous convaincre de votre honnêteté. Soit vous êtes très bon menteur soit vous croyez vraiment ce que vous êtes en train de raconter. Pour le moment, je vais prendre le parti de vous croire » lui signalais je. L'on disait que les criminels commettaient toujours les erreurs une fois les 95 premiers pourcents de leur plan fait. Si Barton devait en faire une , je devais lui laisser le moyen de la faire. Je croyais son honnêteté et son sérieux. Mais méfiance était mon second nom. Ainsi je croyais son histoire. Mais seulement pour le moment. «  Est ce que vous êtes là parce que vous voulez continuer de travailler avec nous même en étant dans une époque différente de la vôtre ? » questionnais-je. «  Est ce que vous êtes à la rue ? » demandais je soudainement en passant tout à coup à cette possibilité. Je ne doutais pas de sa débrouillardise mais débarquer à une époque aussi éloignée de la sienne devait être perturbant. Je ne connaissais pas le futur mais je supposais que bien des choses n'étaient plus ce qu'elles étaient. Il n'y avait qu'à voir les avancées technologiques des dernières années, et comparer avec la flèche qui se trouvait encore devant moi. Peut être n'avait il pas pu se nourrir depuis qu'il était arrivé. «  Est ce que vous avez faim ? » continuais je sur la même lancée. J'avais pris le parti de lui faire confiance et de le croire, autant le faire jusqu'à offrir mon hospitalité. Sinon ce n'était qu'un pétard mouillé que je proposais.



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un oiseau tombé du nid (Peggy & Clint)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [18+] Un oiseau tombé du ciel
» Comme un oiseau tombé du nid
» Sombres présages [Pré pré-ellipse]
» Je suis un oiseau, qui est tombé de haut...
» Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes, bah tu peux pas voler ♪ PEGGY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Temporus :: Archives :: Archives :: RPS finis-