Partagez | .
 

 une dâme ne se justifie jamais | Howard & Eva.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité





Marvel Temporus
MessageSujet: une dâme ne se justifie jamais | Howard & Eva.    Jeu 8 Déc - 1:48

Une dâme ne se justifie jamais.

feat. Howard & Eva

Tu scrutes ton reflet dans le miroir. Ta silhouette est flou et indiscernable sous toute cette buée. Tu ne vois qu'une vague masse de chair et de chevelure brune. Tu ne te souviens plus de la dernière fois où tu t'es sentis belle et désirable. Tu avais toujours fais très attention à ton apparence de sorte qu'elle aille de pair avec la mode en cour. Du moins, lorsque tu étais encore marié à rêvassais d'une vie quasi humaine. Cependant, tu te trouvais fade et sans couleur. Outre tes quelques cicatrices, nulles ombres ne venaient tacher ta candeur. Tu avais été trop longtemps morte aux yeux du monde et ton souvenir même n'avait été qu'un triste passage éphémère sur les mémoires humaines. Pourquoi en étais tu arrivé à une telle conclusion ? Quel était ce donc que cette nouvelle idée noire qui germait progressivement en ton sein ? En dix huit ans, tu ne t'étais jamais réellement posé la question. C'était naturel, innée. Tu n'avais jamais voulu voir ton corps mûrir puis vieillir. Tu pensais mourir enfermé dans cette cage bien avant que cela ne puisse arriver. Cela dit, c'était pourtant tout ce que toute femme recherchait dans son épanouissement personnel. Elles se souhaitaient enviées, et désirables. Or, tu n'aurais sans doute jamais cette chance. De voir tes atouts un peu plus mis en valeurs par l'âge. De passer par toutes les étapes de la vie. Peut - être était - ce ce genre d'expérience qui te manquait  et qui te rendait si infecte avec ton propre corps ? Tu n'en n'avais jamais eux honte. Certainement parce que tu t'étais toujours conforter dans l'idée qu'il était bon pour toi d’exhiber tes blessures comme des trésors et non comme déshonorante.  Alors pourquoi pensais tu donc à ça ? Peut - être parce qu'enfin tu avais l'impression de revivre. Et que, pour une fois, cette vie semblait enfin te correspondre, quand bien même le danger soit toujours présent.

Tu passe ta main sur le miroir, effaçant une partie de la buée présente. Ton visage apparaît tandis que ton apparence te saute aux yeux. L'espace d'un instant, tu avais essayer toutes les combinaisons possible et imaginable. Tant et si bien que tu en avais presque oublié que ça, cette image renversé, était bien ton propre reflet. C'était toi. Bien toi. Tu soupires à peine et vint tresser la longue chevelure dans l'unique but qu'elle ne vienne pas gêner la fameuse étape maquillage. C'était étrange de vouloir s’apprêter pour sortir. Oh tu n'étais pas asociale au point de ne jamais  compter sur quelques rendez - vous ! Mais à vrai dire, tu les acceptais rarement. Surtout venant d'hommes. Tout bonnement parce que les quelques mâles qui t'approchaient était de sordide personnages et que tu n'avais aucune envie de faire de ces gens, une priorité. Gens qui ne t’intéressais pas plus que ça en soit et pour lesquelles tu ne ferais pas l'effort d'une telle préparation. Tu avais envie d'être jolie. De te sentir belle à tes yeux pour être plus décontracté. Moins stressé de paraître laide. Pourtant, tu n'avais jamais eux réellement besoin de faire trop d'effort pour ne pas l'être. Cela dit, c'est un jour particulier. Une rencontre particulière. Tu appliques  un léger fard à paupière couleur champagne, le fondant rapidement à l'aide de tes pinceaux. Puis, tu recourbes tes longs cils avant de les maquiller de mascara. En haut, comme en bas. Tu colore tes lèvres d'un gloss rose mat, nouveauté d'une x marque qu'une fidèle cliente de ta petite boutique d'oeuvre d'art voulait te faire tester. Tu ajoutes quelques gouttes de parfum sur ton décolleté et tes poignets, vieille habitude de ta défunte soeur. Tu détaches tes cheveux et brosse lentement chacune de tes boucles. Patiemment. Tes iris suivant la brosse monter et descendre le long de tes mèches. Finalement, tu enfiles une pantalon, un adorable petit chemise que tu agrémente d'une veste, accentuant ta silhouette, te montant sur une paire d'escarpin. Te voilà fin prête. Tu te regardes une dernière fois dans la glace espérant voir ce petit quelques choses qui pourrait te satisfaire. Non, décidément, aujourd'hui, tu ne voyais que le monstre qui avait tué, encore et encore, jusqu'à ce qu'elle s'exile d'elle même.

Tu claques la porte de ta petite maison, verrouillant celle ci. A tes pieds gigote ton adorable petit chiot. Tu ne l'avais que depuis quelques semaines mais il te rendait autant d'amour que possible. C'était pourtant à peine croyable qu'une si petite chose puisse arriver à ce miracle. Cela dit, votre rencontre avait pas été si riche en émotion que votre relation en était que plus profonde. C'était un soir où tu rentrais du travail. Tu refaisais pour la millième fois, le même chemin. Un léger bruit avait attiré ton attention dans l'une des ruelles jouxtant ton logis. Tu n'y avais d'abord pas prêter attention. Mais ce n'est que bien plus tard, en voyant le torant des eaux se déchener en plein milieu de la nuit que tu avais capter l'invraisemblable. Tu étais sortis en courant, pratiquement nue puisqu'en pyjama. Le petit chien se noyait presque dans le caniveau, emporter par les flots. Tu l'avais donc pris sur toi, et l'avait garder quelques temps chez toi. Au final, sa joie de vivre te faisait doucement rire et quelques parts, tu en avais besoin. Il était le petit rayon de soleil qui manquait à ton existence. Enfin, aujourd'hui, c'était un peu particulier. Outre le fait qu'Abraham - le petit chien - soit comme ton petit bébé, tu ne l'avais jamais montrer à qui que ce soit. Tu le considérais encore trop petit pour se mesurer à la vie extérieur. Surtout la tienne puisque ton monde diffèrait légèrement de ceux d'humains tout ce qu'il y avait de plus classique. Tu parcours donc la ville à pied, le petit animal ne te quittant pas d'une semelle. Attiré par toutes ces nouvelles odeurs, il fallait sans cesse que tu le surveille. Sans quoi, il s'éloignait et tu craignais de le perdre.

Il ne te faut pas moins d'une petite demi heure pour arriver enfin sur le lieu de l'invitation. Le parc était gigantesque. L'activité y était clairsemer. Les enfants sortant de leurs derniers cours s'activaient à jouer à cache - cache, pour les plus jeunes. Certains s'allongeaient sur l'herbe afin de profiter du soleil. D'autres se contentait de passer sur les chemins. Toi, tu cherchais avidement la silhouette de ce certain Stark. Tu ne le connaissais n i d'eve ni d'adam, mais il avait prit contact avec toi et souhaitait au plus rapidement une entrevue. A vrai dire, si il ne s'agissait pas du fondateur du SHIELD, il était très fort probable que tu refuses. Mais lui, était bien différent. En tout cas, tu l'espérais, une tout autre idée en tête. Soudain, le petit chiot pousse quelques aboiements craintifs avant que tu ne t'abaisses quelques instants pour le prendre dans tes bras. L'animal se cale confortablement contre ta poitrine et se laisse bercer, aussi aisément qu'un enfant. Ton regard passe au crible l'immense parc dans lequel tu te trouve. C'est là, et seulement là, que tu les vois enfin. Ils sont trois, humains, sans doute, et avance vers toi à pas de loup. Ils n'ont pas l'air de vouloir se faire discret, et dans un sens, cela ne t'étonne pas plus que ça. Tu les soupçonne d'être légèrement agaçé par tes fuites à répétitions. Comme quoi , tu étais capable de te protéger toi même. Cela dit, à l'heure actuel, beaucoup trop de monde était capable de voir la scène à venir. Trop de personne possiblement normal serait impliquer, peut etre même blesser par ta seule faute. Reculant de plus en plus, tu finis par entrer dans une des pieces du complexe scientifique. La salle semblait être une sorte d'alimentation hydraulique pour le reste  du jardin. Affolé qu'Abraham puisse être présent à ce genre d'événement, tu le pose à tes pieds, tandis que celui ci vint immédiatement se cacher derrière ta jambe droite. La porte s'ouvre en fracas. Tu entends le rire mauvais d'un des hommes d'HYDRA tandis que tu déglutis péniblement. En ce genre de situation, tu avais toujours peur de perdre complètement le controle. C'était une mutation si étrange, si complexe, que tu avais depuis longtemps abandonné d'en comprendre les rouages. Tu te contentais de ressentir ton pouvoir et de l'user à ta simple défense. Parfois, tu t'aventurais à l'utiliser dans le but de te divertir quelque peu. Rarement, cela dit.
Alors que tu reculais encore, tu compris bien vite que ceux là, n'était pas là pour plaisanter. Surement en avait - il marre de te courir après.   Surement. Tu n'en savais rien, et tu t'en fichais completement. Tout ce que tu voulais c'est qu'on te fiche enfin lapaix. Que tu puisses vivre enfin correctement, en sécurité et sans avoir peur de croiser ta mort au coin de la rue. A cette simple idée, le visage calciné de ta mère te revint en mémoire. Si seulement tu avais pus les sauver, au lieu de leur arracher leur dernier souffle. Tu ne pouvais que t'en blamer. Mais HYDRA s'était charger de faire de la petite fille incomprise que tu étais, un monstre. Il te voulait de nouveau pour eux, comme un trophée qu'on apprécie brandir histoire de montrer qui est le partie le plus puissant. Ironie du sort, tu es loin d'être la plus puissante des mutantes que porte cette terre. Encore heureux! Un de tes attaquants sortit de sa poche une arme à feu, avancant dangereusement vers toi, la brandissant vers ton coeur. Ton sang ne fit qu'un tour. A nouveau, tu sentais cette étrange haine bouillonner et éveiller ta mutation. Il fallait seulement te laisser faire. Tu inspira une première fois. La colère se lisait dans ton regard. Pourtant, grand fou qu'il était, il ne reculait pas. Melant le geste à la pensée, tu envois voler les deux de ses compagnons contre le fond de la piece. Le bois de la piece se tors tant le choc fut violent. Dormir, ils ne font que dormir. Cette hypothèse t'enlève tout remors et tu y vas plus fort. Le dernier encore debout ne se gêne pas pour appuyer sur la gâchette et  la balle, traversant la piece, vint éraflé ton bras. La douleur aigu iradie tout ton corps et accède à un cran bien au dessus à ta haine. Tu n'es plus que le pantin de tes sentiments, agissant au bon vouloir de ton reflex de survie, aussi primitif soit il. La main toujours levé vers lui, celle ci se tourne, exactement de la même manière que sa jambe. Celle ci commence par se disloquer de l'axe de son genou. Les tendons et le cartilages se brisent. Les cris agacent ta concentration et d'un regard, sa gorge se sert. La chair de sa jambe se déchire jusqu'à ce que, éloignant vivement ta main vers la droite, son membre s'arrache complètement et vint se cogner au mur. Et tu sers, encore et encore sa gorge. Ils ne feront que dormir. Au moins, ils ne pourront plus te faire de mal. Ni à toi, ni  à personne d'autre.

Brusquement, un frisson te parcourt et tu semble revenir à la réalité. Mon dieu, que viens tu de faire ? Un haut le coeur soulève ton estomac à la vue du carnage. Les larmes embrument ton regard tandis que tu prend ton petit chiot contre toi. L'ombre d'un nouvel homme se cachant dans l'encadrure de la porte, s'avance enfin. Ton coeur bat à toute allure et tu es soudainement fatigué de te montrer si dangereuse. " - Pitié, arrêtez de me poursuivre.. Laissez moi tranquille, je vous en pris.. " murmures tu, déboussolé.  

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: une dâme ne se justifie jamais | Howard & Eva.    Ven 9 Déc - 1:13


Une dame ne se justifie jamais !
Howard et Eva

Allongé au bord de ma piscine seulement vêtu de mon peignoir fétiche, je feuillette les dernières nouvelles du New-York Times. On peut dire que ces nouveaux héros savent faire parler d'eux ! Bon sang, à peine arrivé à notre époque et les voilà qui me volent la vedette ! On ne parle plus que d'eux à présent, de leur pouvoir hors du commun, des crânes en feux, des hommes volants et autres joyeusetés en collant ou costumés ! J'en ai assez de toute cette histoire ! Mais heureusement, le Shield a pris les choses en main ! Toute cette histoire est finalement un mal pour un bien. De partout nous arrivent à présent de nouvelles recrues, allant du mutant isolé et perdu au super héros ultra perfectionner et bien sur les simples humains ordinaires voulant offrir leurs services à la nation. Avec tout ça, on peut vraiment dire que nous sommes très occupés ! Mais pas assez pour me priver de mes petits plaisir quotidien. Je pose à présent mon journal sur la tablette à coté de moi, je retire mon peignoir et je plonge ensuite entièrement nu dans ma piscine. Ah le pied total ! Rien de tel qu'une baignade en fin d'après midi et vous savez ce qui est encore mieux ? C'est de la faire sans maillot de bain ! De toute façon ce genre de truc me donne des boutons et sa fripe la peau de mon derrière ! Et puis nu on sens plus de sensations...

Je nage durant quelques bonnes minutes encore jusqu'à ce que Jarvis me rappelle que j'ai donné rendez vous à une jeune demoiselle avec d’extraordinaire pouvoirs dont on m'a tout récemment parlé au jardin botanique de New-York. La jeune femme m'attends surement déjà et j'ai tout juste le temps de me préparer pour arriver à l'heure. Je sors donc de ma piscine en râlant un peu. Je me saisie ensuite de mon peignoir et je monte m'habiller. Une fois vêtue de manière classique et élégante à la fois, pantalon de velours sombre, pull col montant et veste de cuir de style aviateur le tout agrémenter de superbe lunette de soleil teinté de noire, je descend et je demande à Jarvis de me conduire au point de rendez-vous.

Comme à son habitude, le jardin botanique est bondé ! Pourtant on est presque à sa fermeture. La lumière du soir lui donne des airs fantasmagoriques. On pourrait presque penser que des animaux extraordinaires vont apparaître entre la multitude de plantes et d'arbres multicolores du jardin. Je sors à présent de ma poche la photo de la jeune demoiselle que l'on m'a tout récemment donné et j'arpente de manière calme et sereine les hautes serres boisées du jardin. Je marche, je sens quelques plantes, puis soudainement, des cris d'horreurs et de douleur me parviennent. Je cours vers les hurlements et là je me stop net face à la scène que je vois ! La jeune femme que je cherche est là entrain de détruire mentalement le corps d'un autre être humain ! J'ai dû mal à croire ce que je vois et pourtant cela ce passe sous mes yeux ! Bien sur, on m'a parlé de son pouvoir et de ce qu'elle a vécue, mais le voir en action est une tout autre chose... Je n'ose pas bouger alors que ses yeux se posent sur moi. Son visage est baigné par les larmes et elle sert tout contre elle un petit chien. Elle a l'air si fragile soudainement... Je me racle la gorge en levant les mains au dessus de ma tête en signe de reddition puis je lui dit d'une voix tendue : "Je suis un ami. Je fais partie du Shield... Mon nom est Howard Stark, je vous ai donné rendez vous ici même et je vous jure que je ne vous veux aucun mal." J'espère vraiment qu'elle va me croire, car je n'ai pas envie de finir comme ces hommes sur le sol...

© 2981 12289 0



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: une dâme ne se justifie jamais | Howard & Eva.    Sam 10 Déc - 0:31

Une dâme ne se justifie jamais.

feat. Howard & Eva

Tu le vois, lui et son regard. Il te regarde comme la pire des créations de ce monde. Oui, c'est surement ce que tu es. C'est évidemment ce que tu seras toute ta vie. Pas un jour ne passera sans qu'on puisse t'arracher cette étiquette. Une identité que tu n'as toujours pas accepter, quand bien même tu la sais de plus en plus évidente. C'est dur pour toi, de contempler le regard qu'il te porte. Il a peur, ou il est tout simplement dégouter de ce que tu viens de faire. Tu ne peux pas lui en vouloir, rien n'est plus naturelle que d'être horrifié par cela. Tu t'inquiéterais si ce n'était pas le cas. Il lève les mains, pour te faire comprendre qu'il n'est pas contre toi. Puis, il se présente. Howard Stark. Alors c'était lui. Petit costard. Tout à fait propre sur lui. Il était obligatoirement l'homme qu'on t'avait dépeins. Ton rythme cardiaque semble se calmer tandis que tu essuie lachement le cheminement de tes larmes sur tes joues. " - Excusez moi monsieur Stark.. Ce n'était peut - etre pas une si bonne idée que ça d'accepter votre rendez vous .. " ajoutes tu, déglutissant péniblement. Oui, le spectacle était tout bonnement horrible. Les deux premiers avaient le crane explosé tandis que le dernier gisait dans son propre sang, une jambe arraché, les cordes vocales couper. Tu n'entendais plus que leurs gémissements, et c'était pratiquement un appel à te rendre folle. Tu sers contre toi ton Abraham, apeuré par la situation. Cependant, celui ci semble un peu plus résonné que toi, et commence à te happer le visage de sa langue. Comme si il voulait te redonner le sourire, te prouver que malgré tout ce que tu es capable de faire, il t'aime toujours. Lui, il t'aimera toujours. Tu pousse un soupire de soulagement, le poids sur ton coeur, s'allégeant de moitié. Tu oses à peine regarder Howard de peur de recroiser ce regard que tu hais tant. Pourtant, tu ne veux pas non plus revoir le sang et les cadavres. " - Dites.. On peut sortir d'ici s'il vous plait..? " demandes tu timidement, rajustant la lanière de ton sac à main sur ton épaule. Tu attends qu'il accepte avant de te diriger vers la porte de sortir. Seul le claquement de tes escarpins sur le sol fait écho à ton esprit. Tu sais qu'HYDRA viendra nettoyer toute cette horreur. Leurs agents ne manquent pas à ça. Que ce doit etre horrible de retrouver son compagnon sans vie.. Toi, tu ne pourrais pas le supporter. Toi, tu tuerais sans hésité celui qui oserait toucher à l'être que tu aimes. Encore. Tuer. Ce n'était peut - etre pas toujours la meilleure solution, mais c'était la seule que tu avais connu. La seule qui avait marcher. Et tu n'avais pas eux la force de chercher un autre moyen de leur échapper. C'était, comme pour prouver à leur supérieur que tu étais toujours aussi dangereuse. Retrouver leurs cadavres étaient le seul moyen. Comme un niveau à passer. Au fur et à mesure, ils accentuent la force des attaquants qu'ils t'envoient. D'abord, ce n'était que de simple agent. Maintenant, ils sont armés, et n'hésite plus à tirer. Bientot, ils enverront d'autre mutant pour te récupérer.

Tu entends la porte claquer, puis se verrouiller. Howard, sans doute. Tu dépose Abraham au sol. Celui ci hésite un peu avant de t'abandonner, retournant à ses jeux. Au moins, il ne semble pas traumatisé par les événements, c'est au moins un bon point pour lui. Il court à droite, à gauche, mais ne s'éloigne pas. Ton regard le suit, telle la mère protectrice que tu as toujours été pour lui. Bientot, tu ressens la présence de l'agent du SHIELD, juste à ta droite. Tu sursautes à peine. Trop d'adrénaline pour arriver à te calmer aussi facilement. Beaucoup trop. Tu fermes les yeux, avant de prendre une grande inspiration. Le vent caresse ton visage et enfin, tu oses accepter le crime que tu viens de commettre. Disons simplement que tu te sens un peu plus en sécurité maintenant que tu as réussi à les éliminer. Tes jambes tremblent tout autant que toi. Non pas par peur, mais parce que tu viens de te rendre compte que tu es frigorifié. La nuit vient à peine de tomber et la température avait chuté. Quelle idiote fais tu de ne pas avoir penser à prendre un manteau ! Tu croises tes bras contre ta poitrine, frottant tes mains sur tes coudes. " - Je suis désolé que vous ayez eux a assister à ça monsieur Stark..  Je.. Je ne voulais pas.." déclares tu, hésitante, timidement. C'est vrai, tu n'as jamais voulu qu'il voit cette part de toi même. De toute façon, tu n'aurais pas pu lui cacher bien longtemps. " - N'ayez pas peur de moi, je vous en pris, je ne vous ferais aucun mal.. " poursuis tu, le regard dans le vague, n'osant pas le regard bien droit dans les yeux. Finalement, tu retrouves peu à peu tes esprits. Pourquoi te montrerais tu si fragile à cet homme ? Non. Tu te l'interdisais. Tu sers les dents, relevant les yeux vers lui. Malgré la douleur, il fallait que tu restes digne. " - Et donc, que me vaut l'honneur d'un rendez vous avec le grand Howard Stark ? " achèves tu de lancer, retrouvant le peu de contenance qu'il te reste, plongeant ton regard d'azur dans le sien. 

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: une dâme ne se justifie jamais | Howard & Eva.    Mar 13 Déc - 1:04


Une dame ne se justifie jamais !
Howard et Eva

Totalement sous le choc de ce que je viens de voir, mon regard noisette ne quitte pas une seule seconde la jeune fille face à moi. Alors c'est elle, cette force de la nature dont on m'a parlé ? C'est la fameuse mutante que je devais rencontrer ? Alors que mes mains sont toujours levées au dessus de ma tête, la jeune femme me dit qu'elle ne me veut nullement du mal et cela je veux bien le croire, vue l'état dans lequel se trouve les individus qui ont essayé précédemment de s'en prendre à sa personne. Elle me dit que ce n'était peut être pas une bonne idée qu'elle ait acceptée ce rendez vous avec moi et à vrai dire je commence à me dire la même chose ! Mais je ne peux pas la laisser partir ! Non je dois la retenir et en apprendre plus sur elle et surtout, elle doit apprendre à contrôler tout le pouvoir qui est en elle où ça risque de devenir un problème sérieux que le Shield devra régler pour elle ! Je n'ai pour ma part pas envie que cela finisse ainsi. Elle est jeune, ce n'est qu'une enfant qui a besoin d'aide. Elle semble si fragile que si je ne l'avais pas vue de mes propres yeux, jamais je n'aurais pensé qu'elle puisse être responsable de ce massacre.

Je baisse à présent mes mains et je m'avance lentement vers elle puis je lui dit d'une voix douce : "Je pense au contraire que je suis exactement là où je dois être. Mademoiselle, vous avez clairement besoin de l'aide et la protection du Shield. Soit, je me suis bien rendu compte que vous aviez de grand pouvoirs, mais ils semblent incontrôlable. Vous ne pouvez pas continuer à tuer des gens de cette façon même pour vous défendre ! Je ne penses pas me tromper si je dis que vous aspirer à mieux que cela pour votre vie futur ?" Elle tiens toujours son petit chien dans ses bras. Elle le serre tout contre elle comme pour se protéger du monde, puis sa petite voix me demande si nous ne pouvions pas sortir. Je lui fait un signe de tête positif et nous sortons ensemble de la serre. Les hommes de Fury viendront nettoyer tout ce bazar plus tard ! Puisqu'il me faut me le coltiner, au moins qu'il serve à quelque chose celui là !

Nous, nous dirigeons à présent dans une pièce calme à l'abris des regards inquisiteurs. Je verrouille la porte derrière nous une fois que nous somme entrés et je me place sur le coté à sa droite. Elle s'excuse de cette horrible scène à laquelle j'ai assisté et je soupire. Elle dit ensuite qu'elle ne me veut aucun mal et que je ne risque rien auprès d'elle. Puis elle me demande pourquoi je voulais la voir. Je me racle alors la gorge et je lui dit ensuite : "Et bien, le Shield recherche actuellement des nouvelles force pour contrer Hydra et les autres organisations criminelles qui en veulent à notre pays. Nous espérions vous recruter et je vois qu'il est plus qu'urgent que quelqu'un vous vienne en aide. J'ai assez vue ses hommes durant la guerre pour les reconnaître quand je les vois. Ce sont des envoyés d'Hydra ! Si vous avez des soucis avec eux, je peux vous assurer que le Shield et à même de vous protéger et de vous venir en aide. Je veux bien vous accorder une chance et surtout le bénéfice du doute sur vos intentions, mais vous devez en échange m'accorder votre confiance. Melle McKenzie, vous êtes un danger pour vous même et les autres ! Pas car vous avez tuer pour vous défendre, mais car vous ne savez nullement vous contrôler !" Oui son manque de contrôle finira un jour par coûter la vie à des innocents ! Je le sais, mais elle s'en rend elle compte ?

© 2981 12289 0



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: une dâme ne se justifie jamais | Howard & Eva.    Ven 16 Déc - 21:02

Une dâme ne se justifie jamais.

feat. Howard & Eva

Ses paroles t'horripilent. Elles te brisent littéralement le coeur et t'enfonce dans ton habituel tourbillon de sentiments. Si incontrôlable soient - ils. Se pense t - il si indispensable que cela ? Se pense t - il si puissant que cela ? Tes yeux le fixent un très long moment sans quoi tu ne parles pas. Tu ne fais qu'écouter ses explications. Le SHIELD voudraient te proteger, te recruter et faire de toi ce qu'HYDRA a fait des années plus tot. Du moins, c'est le sentiment que tu en as. Tu ne penses pas qu'appartenir à une organisation de cette sorte pourrait t'assurer d'un asile quelconque. C'était tout bonnement impossible que tu puisses accepter cette offre. Aussi innocent soit Howard Stark, ou non d'ailleurs, il avait exactement le même but qu'HYDRA. A la différence que celui ci se permettait de te proposer un rendez vous afin d’accéder à ses attentes.  Tu avais de nouveau cette impression de ne pas etre respecter à travers ses paroles. Il te faisait presque peur. Son regard était dur et froid. Il avait peur. Peur de ce que tu pouvais lui faire, certainement. Tu baisses les yeux. Cela ne pouvait être que ça. Sans quoi, il s’intéresserait un tantinet plus à ta personne. Outre ton immense pouvoir, bien sur. Tu détestais ce genre d'homme. Scientifique jusqu'a en oublier leur propre humanité. Triste réalité qui t'effrayait davantage. Tu n'avais pas envie d'être ici. Ton coeur se serrait, de ce que tu venais d'accomplir, de nouveau. C'était un sentiment étrange que d'enlever une vie à une tierce personne. En fait, c'était même la pire des émotions. Tu ne ressens que le dégout de toi même, la peur du regard d'autrui et l'impression que tu tombes indéfiniment dans un puit sans fond de tristesse et de dépression. Et quel horrible perception de la vie ! Cette idée même te soulevait le coeur. Mais peut - etre que c'était ta définition même que d'être une mutante et que par conséquent, il était quasi génétique que  tu exécute de telles horreurs ? C'était sans doute dans tes veines ? Ton père biologique était sans doute un assassin pour que tu ais cet abominable gout du sang ? Ou étais ce peut - etre le fait que toutes les personnes que tu ais rencontré ne t'ais jamais apprécié à ta juste valeur ? Pour ta famille, tu n'étais que la batarde mutante. Pour HYDRA, tu n'étais que le joujou leur permettant d'exterminer qui ils voulaient. Pour le père Joseph, tu n'étais que la petite orpheline illettré. Pour William, tu n'étais que la femme qu'il fallait qu'il possède. Pas une de ces personnes n'appréciaient ta mutation, ni ta véritable personnalité. Pas une ne cherchait à la voir, à te voir toi. Et Howard ne faisait pas exception. Il ne voyait que les dégâts que tu causais, et pour un homme de son importance, tu arrivais à plus ou moins le comprendre. Plus ou moins seulement. Tu avais toujours ce drole de gout d'injustice entre les lèvres.

La pièce dans laquelle il t'emmène te fait horriblement peur. Tu te sens comme prisonnière à subir les durs paroles de ton geôlier. " - Pensez - vous que je l'ignore ? " te reprend tu. Depuis quand tu te laissais influencé par un homme ? Par un stupide et misogyne homme ? Non. C'était au dessus de tes forces. Tu t'étais toujours battu pour l'égalité des sexes, le tien particulièrement, et ça ne risquait pas de changer aujourd'hui. Tu avais seulement a ajouter quelques noms à ajouter à ta liste. Il ne fallait pas t'en faire. C'était comme ça, depuis trop longtemps pour que ça change. Pour te rassurer, tu avais instaurer comme une sorte de règle pour te rassurer de tes méfaits. Il te suffisait de te répétait que ces cadavres dormaient, qu'ils ne faisaient que dormir, pour que tout s'arrange. C'était ta médecine douce. Ta seule façon te respirer après l'agonie que tu ressentais. Alors, si et seulement si tu arrivais à passer au dessus de ces insurmontables regrets, tu arrivais à reprendre une vie quelque peu normal. Plus ou moins disons. Effectivement, tu avais conscience de ta dangerosité, de la même manière que tu estimais ta vie normal. Plus ou moins. Tu es plus ou moins dangereuse. En fait, tu ne l'es que si tu te sens en danger. Tu n'as encore jamais eux d'autre incident à gerer que cela. A l'exception de l'église que tu mis en morceau en seulement cinq minutes, par le passé. Finalement, peut - etre n'avait - il pas tors. Cela partait, tout du moins, d'une très bonne intention. " - Non. " réponds tu simplement à sa tirade. Non. Tu n'avais rien d'autre à dire que cela. Tu ne pouvais pas accepter. Tu ne voulais pas encore accepter de servir les ordres d'un patron qui ne te regarderait que comme un morceau de viande plus interessant que les autres. Non, c'était tout bonnement impossible. Quand bien même Howard en était le président, le SHIELD n'était pas fait pour toi. " - Je n'ai jamais eux besoin de l'aide de personne. Et la seule fois ou j'ai accepter que l'on me prenne sous son aile, j'ai finis enfermé pendant sept longues années sans voir le jour. Je ne suis pas idiote, comparé à ce que vous semblez croire. Je ne vois pas en quoi je pourrais vous etre utilise. J'adhère à vos idéaux, d'une certaine façon, mais je ne veux pas être l'objet magique d'un patron quelconque. Je ne ferais que mettre vos agents humains comme mutant en danger à vouloir me proteger. Quant à votre bénéfice du doute, j'en ai absolument rien à faire. Je n'ai aucun compte à vous rendre. Jusque là, je vous ai même arrangé, j'imagine. Eliminer la présence d'HYDRA est votre but premier, c'est exactement ce que je viens de faire ce soir ! En quoi suis je un danger plus important que vos propres agents ? " t'emporte tu soudainement jusqu'à ce que ta magie fasse éclater une ampoule juste à coté de vous. Tu sursaute à cet éclat et soupire. Décidément, il fallait vraiment que tu te détende.
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: une dâme ne se justifie jamais | Howard & Eva.    Ven 23 Déc - 23:54


Une dame ne se justifie jamais !
Howard et Eva

Je crois que je viens encore de me foutre une femme à dos et cette fois franchement je ne vois pas pourquoi ? Je sens la jeune Eva inquiète voir même apeurée par mes paroles et pourtant elles avaient pour but d'avoir sur elle l'effet contraire. Moi je suis un scientifique, je ne suis pas doué pour parler aux gens et encore moins pour les réconforter. J'aurais mieux fait de laisser Peggy y aller, elle au moins elle aurait sue quoi faire pour amener Eva dans nos rangs en douceur. J'aurais peut être dû éviter de lui dire qu'elle est un danger pour les autres et elle même ? Et pourtant c'est la vérité, mais parfois un doux mensonge vaut mieux qu'une vérité cruelle, j'aurais dû m'en tenir à cet adage et tout irai pour le mieux. Puis alors que j'allais m'excuser pour mes paroles, elle me dit tout simplement non ! Mes yeux s'ouvrent alors en grand et alors que le silence se remet entre nous deux, je l'imagine déjà me réduire en bouillie comme les membres d'Hydra ! Et merde j'aurais jamais dû venir ici seul ! Moi et mon excès de confiance en moi ! C'est comme la fois où je me suis baladé complètement bourré dans un champ de mine. Je pensais que comme je venais de rafler la mise au poker 4 fois de suite la chance était avec moi et vous savez quoi ben oui elle l'était !  Je revois encore la tête de Peggy quand j'en suis sortie indemne, elle était à la fois scandalisée, soulagée et furieuse ! Elle m'a ramené par la peau du cou dans mes quartiers et m'a enfermée jusqu'à ce que j'ai décuvé. Je peux vous dire que j'en ai pris pour mon grade par la suite.

La voix d'Eva me ramène à la réalité. Elle me dit que la seule fois où elle accordé sa confiance à des gens, elle s'est retrouvée enfermée comme un animal, étudier et exploiter pour ses talents hors normes. C'est également ce que je Shield voudrait faire, faut pas se mentir, mais nous, nous lui donnons le choix ! Le choix de rester après être apte au contrôle de ses dons ou de partir vivre sa vie ailleurs. Elle me demande ensuite en quoi elle est un danger plus important que mes propres agents.

Mon regard noisette se lève alors vers elle. Je me racle la gorge, je reprends contenance puis je lui dis : "Mes agents comme vous dites sont entraînés à gérer les menaces. Jamais ils ne feront usage de leur pouvoir face à du public encore moins lorsqu'il s'agit de famille ! Ce soir vous avez tuer des agents d'Hydra oui c'est vrai, mais pour tous le monstre c'est vous non eux. Le but du Shield est de former des espions, des soldats d'élites dans le but de rendre le monde meilleur et plus sur pour tous. J'imagine bien que je vous semble identique à ceux qui ont fait de vous un objet, une arme de guerre et je n'ai nullement la prétention de croire que je suis aptes à vous contrôler. Vous avez prouvé ce soir que vous saviez à n'en pas douter vous défendre. Le Shield se propose pour vous entraîner, vous apprendre ce contrôle de vous même qui vous serez bénéfique. Si par la suite vous souhaitez nous quitter, vous serez libre de la faire. Vous avez ma parole que ni moi ni aucune autre personne de mon organisation ne vous tiendra prisonnière." Je soupire puis j'ajoute : "Je n'ai que ma parole à vous offrir, si elle n'est pas suffisante à vos yeux, mieux vaut que nous en restions là pour notre bien mutuel à tous les deux."

Soudainement un petit museau froid et humide touche mon mollet. Je baisse les yeux et je tombe sur la jolie boule de poil que tenait la jeune Eva dans ses mains. Je souris, puis mon regard se reporte à la jeune brune.    

© 2981 12289 0



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: une dâme ne se justifie jamais | Howard & Eva.    

Revenir en haut Aller en bas
 

une dâme ne se justifie jamais | Howard & Eva.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Temporus :: Archives :: Archives :: Sujets abandonnés-