Partagez | .
 

 Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


☆Paroles Échangées : 19
☆Age : 19
☆Localisation : Dans les bureaux du Shield


Marvel Temporus
MessageSujet: Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~   Sam 17 Déc - 1:27

 
Lucja Elzbetia Bronyslawa 
Nom: Son nom de famille signifie " Celle qui chante " en polonais. Bronyslawa.  prénom(s): Ses prénoms vinrent d'une sainte célébrant la lumière. Lucja, en anglais, Lucia. Son deuxième est celle d'une reine qui fut adorée en Angleterre. Elzbetia ou en anglais Elisabeth. Surnom(s) Elle n'a aucun surnom âge Elle est âgée de 23 ans  Date de naissance:  Elle est née le 2 Février 1924lieu de naissance: Son lieu de naissance est la capitale de la Pologne. Cracovie.  origines: Elle est polonaise  statut matrimonial: Elle est veuve orientation sexuelle:  Elle est bisexuelle étude/métier: Elle fut chanteuse  pouvoir: Elle n'a aucun pouvoir groupe: Civils ou Shield avatar: La sublime Emmy Rossum crédit icon: Bazzart/Tumblr 


raconte moi une histoire

«  Dans le pays de Maâr, tout est beau, tout est paisible, les gens sont heureux et en paix avec leurs démons. Dans ce pays où l’herbe est verdoyante, l’eau est chantante, les prairies fleurissantes, les arbres portant fruit. Là-bas, personne ne souffre, tout est beau, tout est dans cette douce lumière qui éclaire nos journées. Dans ce pays si beau au ciel si bleu, les personnes sont heureuses et vivent en harmonie avec les autres, avec les animaux. Ce pays est magique, mon enfant. Là-bas, tu retrouveras tout ce qui tu as perdu. Ton temps perdu, tes journées perdues, tes amours perdus, tes joies perdues, les personnes que tu as chéri et que tu as perdu. Dans ce pays, tu finiras par retrouver tout ce que tu as perdu, mon enfant. »

La voix de sa mère avait résonné dans son esprit, chantante, claire et douce. Une voix si belle, si berçante comme une douce mélodie qui résonnait dans ses oreilles. Cette voix si chaleureuse qui lui manquait. Ce sourire si accueillant, si doux et si rassurant lui manquait.  Cette histoire racontée durant les repas,  lui manquait. Lucja avait aimé cette histoire, elle en rêvait presque. Maâr était un paradis, là-bas, on retrouvait ce qu’on avait perdu. Elle se souvenait que lorsqu’elle fut une petite fille enjouée et innocente, la jeune femme avait aimé entendre cette histoire ensevelie dans une épaisse couverture pour se protéger du froid mordant de l’hiver. A cet instant, elle fut heureuse, elle fut innocente de tout ce qui se passait. Lucja ne faisait que de se concentrer sur cette douce voix qui la faisait partir dans le pays des songes. Ses rêves étaient enfantins. Dans ses songes, elle volait par dessus les bâtiments, virevoltait au gré de la musique, dansant le Krakowiak avec un prince charmant, ou  elle combattait aux côtés du grand roi Krakus le dragon qui dormait en dessous de la ville. Ses rêves n’étaient bercés que par des légendes, des traditions que sa mère lui donnait. A cet instant, Lucja était heureuse, endormie dans un lit douillet. Le lendemain, elle se lèvera, tapera trois fois des mains afin de se les réchauffer avant d’aller devant un feu ardent de cheminée où elle écoutera les chansons de sa mère.

Sa mère était belle et grande. Elle avait du cran, du mérite. Ses cheveux bruns toujours tirés en un chignon complexes, faites de nattes. Ses yeux bruns en amande, se bridant lorsqu’elle offrait un sourire éclatant. Sa mère était accueillante, amicale. Elle ouvrait sa porte à quiconque en avait besoin. Elle tendait sa main aux personnes qui avaient des problèmes. Agnieszka était une bonne personne, illuminant le monde par sa beauté et sa bonté. Elle était belle, sa matka. Une beauté lumineuse qui ne laissait peu d’hommes indifférents. Cependant, sa mère se fichait bien des hommes, tout ce qui l’intéressait, c’était sa fille. Lucja. Son rayon de soleil. Elles n’étaient que deux dans cette maisonnette aux abords de la capitale toujours éclairée. Lucja se souvenait de ses jeux dans les rues pavées de la capitale. Cracovie était magnifique en hiver,  surtout en décembre où des traditions remontant à des temps immémoriaux refaisaient sortir la solidarité, l’amitié et la douceur de vivre dans cette ville. Les crèches magnifiques aux couleurs chatoyantes que chaque familles faisaient afin de se porter chance.  Elle se souvint qu’une fois, elle avait dû manger beaucoup de bonbons pour terminer la crèche. Lucja se souvint de la musique, des danses, et des chants. Elle se souvint des chants et les tumultes de la rue. Elle se souvint des rires, des sourires, des blagues qu’on faisait, des offrandes qu’ils s’offraient. Noël ressortait le meilleur chez les polonais. Pour Lucja, Cracovie était beaucoup plus belle sous la neige et la chaleur des habitants. La ville était magnifique à regarder sous les lueurs de l’aurore. Lucja avait toujours adoré sa ville natale, son petit terrain de jeu avec les voisins.

Sa mère et elle vivaient simplement, elles étaient pauvres mais avait un sens de la famille incroyable. Elles étaient liées comme les cinq doigts de la main. Sa mère faisait tout pour qu’elle ne manque de rien, qu’elle ne ressente pas le manque d’un père. Il était parti peu après sa naissance, elle ne souvint point de lui. Les seules choses qu’elle connaissait  de son père étaient les souvenirs de sa mère qui gardait un souvenir amer de cet homme qu’elle avait peu connu. Un amour bref et intense. Un amour qui avait fini par lui donner vie à cette jolie petite fille. Non, Lucja ne vivait que pour sa mère alors elle se laissait porter par la vie, qui était douce et légère en ce temps d’innocence.  Chantant, dansant sur la colline de Wawel. La douceur de vivre faisait oublier les ardeurs de la pauvreté. Lucja ne gardait que des souvenirs chaleureux et tendre de sa maisonnette. Les pièces étaient petites mais chaleureuses, un feu brûlait continuellement et une douceur odeur de soupe et de platski se faisaient sentir dans les pièces. Tous les jours, elle faisait ça, elle apprenait grâce à sa mère tout ce qu’elle devait apprendre, lire, compter, écrire.  Lucja jouait, dansait et surtout chantait. La petite fille avait adoré de chanter les chansons traditionnelles. Sa voix douce et claire rayonnait dans la maisonnette, dans la rue. Lucja chantait seulement les berceuses de sa mère, les légendes datant d’un autre temps. Elle adorait se faire applaudir par les passants et les voisins.

Ainsi Lucja vivait son enfance joyeuse, entraînante dans une douceur de vivre qu’offrait seulement la Pologne.  Hélas, la petite fille innocente grandissait au fil des jours, devenant une jeune fille douce et enjouée, intelligente et d’une rare beauté. Ses chansons douces portées par sa voix claire et rayonnante avait fini par charmer un homme, un bel jeune homme nommé Dawid. Il était beau, ses yeux bleus brillant de malice et d’intelligence en forme d’amande, ses cheveux bruns clairs et sa corpulence charismatique avait été charmé par sa voix et sa beauté. Lucja chantait dans une salle de spectacle.  Un soir, il vint la voir, prétendant qu’il était venu chaque soir depuis des mois la regarder et l’entendre chanter.  Ce fut le coup de foudre. Ils sortirent dans les rues de Cracovie, se promenant aux bords de la Vistule, dansant au gré de la musique. Cette douceur de vivre. Lucja n’avait que 14 ans mais elle se sentait grande à ses yeux, elle se sentait belle comme une douce perle rare. Ils s’étaient promis qu’à ses 16 ans, ils allèrent se marier avec la bénédiction de sa mère. Sa mère avait adoré Dawid.

Cependant, tout ne s’était pas passé comme prévu. La guerre mondiale éclata. Lucja était encore dans sa torpeur, se mariant à l’homme qu’elle avait aimé d’une façon si intense. Elle se souvint de lui, comme un souvenir de joie et d’amertume. Elle l’avait aimé, il l’avait aimée mais la mort avait décidé autrement. La guerre avait éclaté et l’ambition d’Hitler avait été d’éradiquer la Pologne, la soumettre à lui. Hitler avait réduit sa vie à néant en un claquement de doigt. Ce fut une journée qui avait commencé d’une manière si banale. Elle était heureuse et comblée dans son mariage malgré sa jeunesse. Ils avaient déjeuné ensemble et s’étaient quitté avec un avec un baiser doux et rempli d’amour.  Ce fut le dernier baiser. Un incendie avait ravagé le quartier modeste de Cracovie, créé par les agents de Hitler. On lui avait tout pris. Sa mère avait perdu la vie, son mari en tentant de la sauver aussi. Elle avait perdu toute sa vie. Cracovie n’était plus qu’une ruine, du sang coulait le long des rues, dans les pavées. Là, où elle avait adoré jouer, Lucja avait fini par fuir. La population se fit décimer en ces temps et elle se cachait dans la salle de spectacle, dans le sous-sol afin de survivre. Elle rêvait du pays de Maâr, Lucja savait qu’ils étaient là-bas et qu’ils les attendaient.

Dans ce sous-sol où régnait la crasse et une odeur pestilentielle, les gens se cachaient, pleuraient. Non, ils ne riaient plus, ne souriaient plus, ne dansaient plus, ne chantaient plus. Ils pleuraient la mort des personnes. Cracovie était à feu et à sang, cette ville si belle était devenue le décor de l’horreur. Du sang, des cadavres, des personnes  qui allaient mourir de maladie ou dans des camps d’extermination. Lucja priait pour les gens, priait pour que le pays de Maâr soit assez grand pour tous les accueillir. Cracovie était devenu une ville martyre que tout le monde avait ignoré. La majorité de la population fut décimée.

Dans cette cave, les gens perdaient la notion du temps. Presque aucun rayon de soleil venait filtrer, les illuminer dans un halo d’espoir. Lucja était là, priant et pleurant avec eux, tout en fredonnant des berceuses de sa mère pour se rassurer. Elle avait perdu espoir. Un jour, ou une nuit, elle entendit un fracas et des gens parler.  Elle se souvint d’avoir fredonné et serré les dents tout en continuant, priant pour que cela n’était qu’un mauvais rêve.  Elle vit des allemands rentrer qui forcèrent à les soumettre, à les emmener loin de cette cave, de sa ville natale qu’elle avait tant chéri et où elle avait déjà tant perdu.  Sa ville, elle ne la reconnaissait plus sous ce sang qui imprégnait l’atmosphère . Elle en avait encore l’estomac qui se retournait. Lucja avait continué, marchant derrière les allemands tout en fredonnant. Durant cette marche, elle avait vu des hommes, des enfants se faire abattre de sang-froid. Elle avait fermé les yeux afin de ne pas échapper de larmes et a continué à avancer, en chantant une berceuse, priant que ces pauvres âmes rejoignent le pays de Maâr. Ils s’étaient arrêté devant une tente où un drôle de symbole trônait, un crâne avec une des tentacules. Elle se souvint d’une conversation avec Dawid, et reconnut Hydra. Un organisme qui aidait Hitler dans sa quête. Elle en avait frissonné à cet instant.

Ils avaient fini par la rendre esclave d’elle-même la forçant à chanter des berceuses ou des chansons. Elle apprit quelque peu leur langue et l’anglais afin de les satisfaire pour leurs chansons. Elle avait peur, elle était seule. Elle était esclave de l’Hydra, esclave de son don. Tout ce qu’elle voulait faire, c’était d’aller dans ce pays de Maâr, là où sa mère et Dawid l’attendaient avec impatience. Lucja n’avait plus compté les jours, elle se laissait mourir. Rendue esclave d’eux, mis en cage par eux, traité comme une impure, une moins que rien. Elle ne tenait que par ses rêves et par des souvenirs de moments où elle fut heureuse. Parfois, elle avait l’impression que sa mère était là, lui donnant ordre de continuer, de vivre.  Lucja ne sut combien de temps, elle fut enfermée là-bas, obligé de chanter pour les gens de l’Hydra.

La guerre était finie. Une aube nouvelle s’était levé tandis que Hydra perdait de sa puissance, la laissant derrière. Elle était libre, enfin, libre de faire ce que sa mère lui disait. Vivre une vie.  Elle était libre, elle pouvait être heureuse. Hélas non, des hommes étaient apparus et l’avaient pris pour la mettre dans un lieu étrange. Elle se souvint d’un voyage long et interminable, l’ombre d’un sourire rassurant. Lucja avait perdu la notion du temps et des lieux. Cependant, on avait fini par lui dire qu’elle était aux Etats-Unis. Elle fut mis en quarantaine, puis ils avaient fini par la déplacer dans un endroit nommé le SHIELD.  Lucja sut qu’elle était retombée dans un piège, qu’elle serait mis en cellule.  Selon eux, elle était avec eux, avec ces bourreaux qui avaient fait couler le sang de sa famille, qui avaient profité de ses formes et courbes, de son talent.

Alors, les yeux dans le vide, Lucja repensait à sa mère, son mari, tous deux morts dans l’horreur , dans la ville martyr de la Pologne. Les yeux dans le vide, elle s’imagine dans ce beau pays.  Elle répétait inlassablement cette même phrase. Personne ne la croyait. Elle était emprisonnée, enchaînée et tout ce qu’elle trouvait à faire, c’était de fredonner une berceuse et de repenser à ce beau pays de Maâr.


«  Là-bas, ma belle enfant. Les hommes sont tolérants et ont une œuvre commune, la paix et la joie dans ce monde.  Tout le monde a sa place, tout le monde peut vivre librement sans contrainte de représailles. Là-bas, les rêves perdues sont encore possible. Tu peux avoir une seconde chance . »

on fait tomber le rideau

Prénom/pseudo: Luna âge: 19 ans  pays/région France ! Ou Starkland ! fréquence de connexion Tout le temps là ou presqueComment as-tu connus le forum ?: Bah je suis l'admin lol  Dernier mot: Je suis faible , je le sais ! 

cobain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~   Sam 17 Déc - 10:04

Bienvenue par ici c2



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~   Sam 17 Déc - 11:54

Mdr re bienvenue ma chérie ♥ Tu es faible ouais très faible dr



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 361
☆Age : 19


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~   Sam 17 Déc - 21:13

Oui je le suis ptdr



Are You Insane Like Me ? Been In Pain Like Me ? 
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream You're part of a machine, you are not a human being With your face all made up, living on a screen Low on self esteem, so you run on gasoline"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~   Dim 18 Déc - 1:55

Ma chérie j'adore brille . Tant de profondeur et de beauté dans ton écriture, tant d'émotions. J'ai aimé te lire même les passage dure étaient beau grace à ton écriture. Je te valide avec un grand plaisir.


Annexes Complémentaire

Whaouu tu as enfin fini ta fiche bravo à toi ! L'aventure, la vraie va enfin pouvoir commencer pour toi ! Pour cela il te faut déclarer ton avatar ICI faire tes liens LA et tes RPS ICI

Si tu désire encore plus en savoir sur le forum, tu peux te rendre dans nos annexes ici : Annexe sur les années 40 et ici : Annexe complémentaire au contexte. En cas de besoin d'information complémentaires, le staff est là en la personne des sexy Stark Tony et Howard alors n'hésite pas à les embêter.

Voilà, à toi de jouer à présent ! :yeah: :héros:

© HELLOPAINFUL





⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 19
☆Age : 19
☆Localisation : Dans les bureaux du Shield


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~   Dim 18 Déc - 1:57

Oh Merci !


Dans le beau pays de Maâr
Ce pays est magique, mon enfant. Là-bas, tu retrouveras tout ce que tu as perdu. Ton temps perdu, tes amours perdus.©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~   Jeu 22 Déc - 21:20

Re-bienvenue par ici!
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Remind Me Of You ~ Lucja E. Bronyslawa ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» | Remind You ... | [PV Gryfi]
» Remind me the story that I won't get insane | Astrid
» A million mile from home, I'm walking away. I can't remind your eyes, your face
» you remind me | oscar
» Do you remind me? [Feat Maxxie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Temporus :: First Class :: Votre identité secrète :: Présentations terminées-