Partagez | .
 

 Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


☆Paroles Échangées : 372
☆Age : 29
☆Localisation : New York


Marvel Temporus
MessageSujet: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   Mar 31 Jan - 12:03

La consigne : recrutement.

Le SHIELD cherchait des effectifs. Dugan était l'un de ceux qui s'était retrouvé avec la corvée sur le dos. On devait croire qu'un vétéran dans son genre savait y faire pour faire passer les auditions d'embauche. Timothy s'étira et bailla : marre de la corvée. Il jeta un regard par dessus son bureau. Là sur le mur : un portrait d'Howard Stark dans son plus beau costard. Mais qui avait eut l'idée de foutre des portraits d'Howard un peu partout dans le QG du SHIELD ? Comme J. Edgar Hoover le patron du FBI, et Alan Dulles, le patron de la CIA avaient fait pareil dans leurs locaux respectifs, à foutre leur trombine partout façon mégalo, quelqu'un avait du penser que ça ferait style d'afficher Howard le starkien dans le même genre. Résultat aussi bien dans le mess, qu'au service compta, que dans le bureau de Dugan, il y avait des portraits de Stark avec son costard Versace et son sourire « Mes-employés-je-vous-aime-bien ». Dugan replongea dans sa paperasse. AU TRAVAIL ! Recrutement, listons les candidats potentiels. Timothy épluchait les rapports de l'US Army. En tant qu'ancien vétéran, sa première idée c'était : recrutons un autre vétéran. Voyons les conseils du sergent instructeur de camp Penbleton dans le Maryland :

1) Thad Bolton : Ancien chef de la sécurité des usines Lockeed. Versé dans le maniement des armes et les techniques d'interrogatoires. Ancien commando dans les marines. Vétéran de la bataille d'Okinawa.

Ouais déjà vu

2) Timothy Manshiewitz : Ancien gardien de banque, engagé en Afrique du Nord et en France dans l'armée du général Bradley. Expert en sabotage, fabrication d'explosif et bête noire d'HYDRA.

Un autre Timothy foulait la surface de la terre, c'était bon à savoir.

3) Ramon Guttierez : Cubain expatrié, pamphlétaire et propagandiste de talent. Vétéran de la garde nationale en Floride. Ancien tortionnaire de la police secrète de Batista.

Ouais… On va oublier.

4)Dixon Reef : Vétéran des combats en Normandie et sur le Rhin, reconvertit en publicitaire.

Arg. Un abruti qui avait harcelé Dugan en son temps pour entrer dans les Howling Commando. Désormais il assurait les plus célèbres pub de New York. Timothy n'en pouvait plus d'entendre sa voix à chaque fois qu'il débarquait à la radio comme bonimenteur de choc pour la nouvelle gamme de voitures Buick, ou quand il faisait la voix de Bucky le Castor qui vantait les mérites du dentifrice Ipana.

Dugan en avait marre de cette corvée, il leva les yeux vers le portait d'Howard qui souriait dans le genre « Mes-employés-surtout-travaillez-bien ». Dugan ouvrit un de ses tiroirs et fouina dedans de sa main libre, il en sortit une fléchettes. Dum Dum la balança vers le portrait d'Howard. Il se leva et attrapa son chapeau melon. Allons en ville. Allons plutôt voir du côté des rapports de police pour une nouvelle recrue.

……………………..………..…..…..……

Commissariat de Manhattan. 20h

Dugan passa devant l'accueil sans s'arrêter. L'officier de permanence somnolait. Il entendit des clodos avinés hurler au fond de leur cellule. La salle de garde était au premier. L'irlandais grimpa les marches 3 par 3. Le local était garni de bureaux d'un mur à l'autre, de part et d'autres du passage central. Les flics qui allaient assurer le service de nuit lisaient des comptes rendues et tapaient sur leur machine à écrire avec un seul doigt en cherchant la bonne touche. Ils avaient l'air de s'ennuyer à mourir. Timothy se dit que finalement il avait eut de la chance en tant qu'ancien soldat de travailler au SHIELD plutôt que dans les forces de l'ordre. Il prit un couloir perpendiculaire. Les salles d'interrogatoires se succédaient tout au long du mur de droite. Voilà le sergent Benett en train de manger une pomme. Il aperçut Dugan et lui fit un clin d'oeil.

« Dum Dum ? Ça fait plaisir, pourquoi tu viens traîner tes basques ici ? »

« Comment va depuis la dernière fois ? Je suis ici pour recruter. Je me suis laissé dire que tu connaissais le nom de quelque garçon qui ambitionnerait de faire autre chose que des rondes dans Manhattan. Dans le genre qui a envie de faire des investigations façon espionnage, avec un goût prononcé pour l'aventure. »

« Les CV de nos poulains sont dans les archives habituelles si tu veux jeter un coup d'oeil. Mais je ne pourrais pas t'aider pour le moment, je suis un peu débordé ce soir. »

« A ce point là ? »

« Ouais, un taré a mordu un de mes hommes. Celui-ci refusait de l'obliger. Le taré voulait aller au trou. Il expliquait avec conviction que le meurtre de Jésus Chist, c'était lui qui avait fourni les clous. Vengeance, Jésus avait baisé sa femme. »

Dugan regarda par une vitre d'une salle d'interrogatoire. Là, assis face à la table boulonnée au plancher, un type avec un visage qui ressemblait aux steak du grill d'Ollie Hammond à Brooklyn. Le quidam avait les deux arcades sourcilières explosés, le nez cassé, 3 ou 4 coupures au cuir chevelu, les deux pommettes ratatinés, une fissure au menton et les deux yeux au beur noire. Une attelle à chaque bras, des pansements et des broches sur le visage. Dugan regarda mieux. Le type était assis dans une chaise roulante.

« Et ça ? Un camion lui est passé dessus ? »

« ça ? Oh non, ça c'est Wendell, un de nos habitués. Multiples condamnations : vente illicite de tickets de match de baseball fait par un faussaire, cambriolage de pharmacie, distribution illégale de revue porno, ivresse sur la voie public, agression au premier, au second et même au troisième degré. Non paiement de pension alimentaire. Le connard tient un record : il a fait 9 enfants avec 9 femmes différentes. »

« Qui lui a fait ça ? Une de ses ex ? »

« Mieux, un justicier. Wendell et sa bande d'abruti l'ont attaqué en nombre je crois. Il les as tous envoyé sur le carreaux devant témoin. Y'a un des crétins de Wendell qui se fait recoudre l'oreille en ce moment même dans notre infirmerie.»

Frisson et titillage. Cette idée qui surgit dans la tête de Dugan comme une ampoule qui s'allume.

« Intéressant, où est ce type, j'aimerais le rencontrer. »

« J'en sais rien, le seul crétin de Wendell a savoir encore marcher à récupéré sa carte qui était tombé par terre dans la confusion. Mais entre nous, vu le service rendue, j'ai pas trop l'intention d'aller poursuivre ce type. Tu peux la garder, on va dire qu'on a rien trouvé. »

Le sergent Benett glissa la carte dans une des poches de Dugan.

« Au fait, tu pourrais m'avoir un autographe d'Howard Stark ? C'est pour ma femme. Elle bave sur lui. »

………………………………..…….……..

Bronx, terrain vague, 21h

A peine Dugan était-il sortit du taxi, que le chauffeur du véhicule démarra en trombe. Vu le quartier il avait les jetons et voulait s'enfuir le plus vite possible. Dugan s'avança vers le camp de bicoques en carton en regardant le nom sur la carte : Gabriel Blake. Poivrots et clodos tout autours en train de picoler. Dugan s'était ramené avec un billet de 10 et un sandwich choucroute corned beef. Les vieux débris vivaient dans des emballages en carton passés à la gomme laque pour résister à la pluie. Une bâche goudronnée recouvrait une vingtaine de carton maisons. Leur cour commune était remplie de bouteilles de bières vides. Dugan s'approcha du caisson de celui qu'il était venu voir. Durfy le vétéran clodo sortit à 4 pattes. Il tenait une pinte de gnôle dans sa main. Durfy se releva, sortit sa queue et pissa en abondance. Il visa carrément les chaussures de Dugan.

« Salut Durfy. »

« C'est Dum Dum, hein ? »

« Exact. »

« Le mec qui m'a sauvé la vie en 44 lors de l'offensive sur Caen assiégé ? »

« C'est moi. »

Durfy referma sa braguette. Il portait un costume Beatle trempé de sueur. Il était à moitié mort à cause de ses plaies cancéreuses.

« Si tu viens tailler une bavette avec moi, c'est pour avoir des infos, alors tu veux quoi ? »

« Je cherche le mec qui a mit KO ce groupe de malfrats dans le coin. Toi et les autres clodos vous étiez témoin non ? Son nom c'est Gabriel Blake, tu ne saurais pas où il est allez traîner ses guêtres par hasard ? »

Dugan lui mit sous le nez le billet de 10 et le sandwich. Durfy rafla le billet et ignora le sandwich. Il vida le fond de sa bouteille et la jeta sur la pile.

« Y'a qu'un seul hôtel dans cette ville où un cador de ce genre puisse descendre pour y prendre une chambre... »

…………………..………..….…..……….…

Vice Motel, Bronx, 22h

Dugan parvint difficilement à trouver un taxi dans ce maudit quartier. Le taxi se rangea devant l'hôtel. Les grooms services se précipitèrent comme un essaim de mouches. Des clowns en smoking usés jusqu'à la trame. Dugan colla un bifton de 50 au chauffeur. Le type faillit en pleurer. Les grooms services avaient la main tendue. Timothy leur graissa la patte. Un dollar par bonhomme. Ils le poussèrent à l'intérieur de l'hôtel. Le rade était bourré pour la soirée. Des tables de jeux partout dans le hall, façon casino clandestin. Les croupiers arboraient tous des étuis avec des armes à feu. Il y avait une baston devant une table de Black Jack. Une chèvre se baladait en liberté. Des chiens s'ébrouaient dans une table de craps pleine d'eau. Visez moi le clou du spectacle près des machines à sous : un airedale et un chihuahua en train de s'accoupler. Timothy chopa un groom service et lui hurla à l'oreille :

« Gabriel Blake vous le connaissez ? »

3 mains apparurent, 3 billets d'un dollar disparurent. On poussa Dum Dum dans un ascenseur. Arrivé au dernier étage la porte s'ouvrit sur un groom service avec une arme en avant, un colt python 357 magnum. Des dollars dégoulinaient de ses poches. Dugan y ajouta un billet d'un dollar. L'arme disparut aussitôt.

« Souhaitez-vous entrer dans notre suite VIP monsieur ? Le tarif est de 50 dollars par jour. »

« Et ça comprend quoi ? »

« ça comprend une chambre avec lit King Size et machine à sous dans la salle de bain. Voyez-vous, beaucoup de criminels recherchés ont besoin de se dissimuler ici dans le Bronx. Alors pourquoi ne pas jouir d'une planque dans le luxe ? »

Dans le couloir s'alignaient des plateaux à cloches pour repas chauds façon grande gastronomie. Des grooms service poussaient des chariots. Une chèvre était en train de chier sur la moquette deux portes plus loin. Dugan éclata de rire.

« J'aimerais trouver la chambre de Gabriel Blake. »

« La suite royale, elle est tout au fond du couloir. »

Dugan s'avança. Il esquiva de gros chats engnôlés qui zigzaguaient dans le couloir.  Beaucoup de portes étaient ouvertes, du coup Dum Dum pouvait voir à l'intérieur en passant. La suite 314 offrait des films pornos muets en noir et blanc avec un drap de lit pour écran et une caméra façon années 30 qui diffusait l'image. La suite 319 offrait roulette, craps et baccarat. La suite 329 offrait des racoleuses nues prêtes à l'appel. La suite 333 offrait un peep-show de lesbiennes en live. La suite 341 offrait des cochons de lait grillés à la broche. Une bande d'abruti faisait la queue devant, ils tenaient tous des assiettes en carton en se léchant les lèvres. Les suites 350 à 390 offraient un parcours de golf taille réelle. Un caddie de golf serra Dugan au passage. Il traînait sa cargaison de club. Timothy arriva devant la suite royale. On y avait collé en lettre doré : « Mr Blake » à titre indicatif, vu que c'était la suite royale. Pas de sonnette mais un heurtoir en or en forme de « G » pour Gabriel sans doutes. Des balles de golf volèrent dans le couloir. Un chien pissa contre le mur. Pendant un instant l'agent du SHIELD se demanda si Howard Stark avait ses habitudes dans le coin, genre pour une partie de Poker ou de Baccara tous les samedis soirs.

Dum Dum toqua à la porte avec le heurtoir en or en essayant de contenir son hilarité.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Vilain



☆Paroles Échangées : 48


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   Jeu 2 Fév - 13:59

Gabriel
&
Dugan
Entretien d'embauche.

Assit dans la chambre d'hôtel que je partage avec mon épouse, je l'écoute geindre à nouveau sur le fait que nous sommes coincés dans cette maudite époque ! Comme ci cela était de ma faute ! Je suis comme elle moi, obligé de m'adapter à ce nouvel état de fait ! A l'entendre on dirait que tout est de ma faute. Elle devrait pourtant être contente, cette époque sur bien des cotés a tout de même des avantages considérables par exemple, ici je ne suis pas recherché par toutes les polices du monde, je ne suis donc pas obligé de me cacher et de mener une vie de fugitif. Non pas que ma vie n'était pas palpitante, bien au contraire, aucun jour ne se ressemblaient pour moi. La vie était une aventure perpétuelle faite de risques et de fantasy. Le seul inconvénient véritable était de devoir prendre la fuite dés que les abrutis du SHIELD réussissaient à me mettre la main dessus ! Ça n'arrivait pas souvent, mais de temps en temps ils faisaient preuve d'un soupçon d'intelligence et ils me trouvaient et là, la fuite commençait.

Les cris de ma femme redoublent de puissance et moi je lève mes yeux aux ciel d'exaspération. Il y a longtemps que j'ai appris qu'il ne faut pas se mettre entre Callista et sa colère mais là j'ai de plus en plus de mal à encaisser ! Je suis un homme courageux, mais certainement pas suicidaire alors je me tais ! Et ça continue encore et encore ! Elle ne va jamais se taire à moins que... Je me lève de mon fauteuil, j'arrange les plies de mon costume d'un revers de main, puis je me dirige vers ma femme d'un pas félin. Je me tiens à présent face à elle. Son regard bleu saphir se pose alors dans mon regard ambré elle est folle furieuse ! Rien qu'à ses yeux je peux voir toute la haine qui est en elle, mais là s'en est trop  pour moi je l'aime, je comprends sa frustration mais j'en ai vraiment assez de me recevoir sa rage en pleine face depuis des heures ! Je sens que la gifle va partir, je la laisse faire et tel un éclair, je la reçois donc sur la joue sans même ciller. Sa main se relève à nouveau pour me frapper encore, je saisie alors son poignet et je lui dit d'une voix glacée sans même desserrer mes dents : "Une fois mais certainement pas deux !" Elle est folle de rage ! Je le vois dans son regard, je l'attire alors à moi, mes lèvres se pressent ensuite avec fureur sur les siennes et je l'embrasse avec passion. Je stop ensuite mon baiser de façon aussi brusque que je lui ai donner. "Tu es calmé ça va ?" Pour toute réponse elle me repousse, elle claque ensuite la porte de la salle de bain et j'entends alors la baignoire se remplir. Bon ben me voilà enfin tranquille pour quelques heures !

Je peux à présent me remettre à mes mots croisés. Ce genre de truc m'aide toujours à réfléchir. Me demandez pas pourquoi c'est comme ça c'est tout. J'ai besoin d'un plan d'action ! Je dois m'infiltrer au SHIELD ! C'est le seul moyen auquel je pense pour retourner à mon époque. Si les scientifiques du SHIELD et surtout Howard Stark ne le savent pas, c'est surement que personne en ce monde ne sait ! Je soupire, puis alors que je commence ma grille de mots croisé, on frappe à ma porte. Je me lève en soupirant puis j'ouvre la porte et là quel n'est pas ma surprise quand je vois qui attends devant sur le pas de celle ci ! Dum Dum Dugan ! La chance semble finalement être avec moi ce soir. Je me demande quand même ce que le vieux briscard fout là ? Mieux vaut rester sur mes gardes tant que je ne sais rien de plus sur ses intentions. Il ne faudrait pas que j'ai à le tuer, je suppose que si je le faisais avant la vraie date de sa mort cela aurait des conséquences sur l'avenir et putain moi j'y tiens à mon avenir ! Je vais donc faire comme ci je ne savais pas qui il était et le laisser me dire de quoi il retourne. "Bonsoir." Dis je d'une voix neutre. "Vous désirez quelques chose peut être ? Vue votre allure je suppose que vous n'êtes pas un membre du personnel de l'hôtel ?" Le type au chapeau melon vissé sur la tête a l'air à moitié hilare. Je me demande ce qui lui fait cet effet ?
CODAGE PAR AMIANTE


UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 372
☆Age : 29
☆Localisation : New York


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   Lun 6 Fév - 21:19

En patientant devant la porte avec le heurtoir en or, Dugan se demanda si l'idée était judicieuse. Qu'est-ce qu'on allait dire au SHIELD en apprenant qu'il avait essayé de recruter un franc-tireur, dont le seul exploit était d'avoir défoncé plusieurs petites frappes dans le Bronx ? En haut lieu on devait s'attendre à ce qu'il convainc un vétéran de l'armée, un flic expert ou un agent du FBI rôdé, pas un gus sortit d'on ne sait où qui résidait dans une suite à 50 dollars la nuit. Mais Timothy avait dans l'idée qu'il ne se ferait pas trop taper sur les doigts. Il avait la confiance de l'agent Carter et d'Howard Stark, ce qui voulait dire qu'il avait la bride sur le coup pour ce genre d'initiative. Il faillit se prendre un nouvel éclat de rire en s'imaginant le bonhomme ouvrir la porte et lui pointer une arme à feu dans la figure. Mais non, la porte s'ouvrit sur un bellâtre. La recrue (appelons le ainsi) avait le regard du type qui a tout vu, tout foutu et tout entendue. Dugan s'esclaffa pour de bon en entendant son commentaire.

« Qui sait ? Je pourrais être un groom service, l'hôtel pourrait avoir changé ses uniformes en livrée rouge pour adopter le chapeau melon. »

Un chat engnôlé se faufila dans la suite royale maintenant que la porte était ouverte. Une des chèvre vint reluquer du côté de Dugan. Une balle de golf siffla entre lui et la recrue.

«Blague à part, l'ami, j'ai une proposition à vous faire. Mais allons dans un endroit moins… pittoresque. »

Un nervis passa derrière eux pour récupérer les balles de golf. La chèvre vint fouiner dans l'entre d'eux de la recrue.

« Vous devez l'avoir bien viril pour que cette bestiole vous déclare son désir. Bon, si on allait prendre un verre en ville pour discuter plus avant de ma proposition ? A moins que vous ne préfériez rester ici pour jouer au parcours de golf. Mais je vous préviens, je joue comme un pied. »

Un groom service passa avec un chariot. Il convoyait de la lingerie fine. Dum Dum en profita pour dérober un bikini au passage.

« Alors mon vieux ? Vous m'accompagnez ? Vous inquiétez pas, je ne vais pas vous saouler. J'ai déjà un compagnon de beuverie pour vider des bouteilles de Whisky. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Vilain



☆Paroles Échangées : 48


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   Jeu 9 Fév - 22:40

Gabriel
&
Dugan
Entretien d'embauche.

Le voilà qui se marre totalement maintenant. J'aime pas vraiment qu'on se foute de moi ! Je devrais peut être revoir mes positions sur le fait de le tuer ? Les conséquences sur le temps ce n'est peut être pas si grave non ? Puis j'entends sa phrase sur les grooms et je ris avec lui. L'humour irlandais sans doute j'en sais rien mais je l'aime bien. Alors que j'allais lui proposer d'entrer dans ma suite pour que nous parlions plus au clame, un chat bringuebalant de droite à gauche s'engouffre dans la chambre et commence à se frotter amoureusement à moi, suivie de prêt par une des chèvres de mon voisin qui lorgne Dugan d'un drôles de regard. Cette scène a quelques chose de sur réaliste et la balle de golf qui siffle à mes oreilles en s'engouffrant dans ma chambre ne fait qu’accentuer la bizarrerie de moment ! Si je ne me savais pas sobre, je penserai que je suis en plein délire d'alcoolique ! Sivous pensiez que c'était le pire, ben non, voilà que je suis à présent obliger de repousser de mon pied les élans d'amour de la chèvre qui s'intéresse d'un peu trop prêt à mes parties intime et les allusions de Dugan sur ma virilité ne font que m'agacer encore plus ! Un espèce de type vêtue en pingouin s'avance ensuite à son tour pour récupérer sa balle de golf volante et j'en profite pour le saisir par le col et lui faire comprendre le fond de ma pensée : "Ecoute moi bien car je ne vais pas le répéter ! Tu vas récupérer ta putain de balle de golf et ta chèvre en chaleur et ne plus montrer ta sale tronche dans ce couloir de tout mon séjour !" Puis je glisse dans son oreille "Je te conseil de bien suivre ce conseil ou je te jure que je me chargerai personnellement de ton cas !" Je le relâche ensuite en arrangeant sa chemise. "Casse toi tu vois pas que tu dérange !" Le type prend ses jambes à son cou en oubliant sa chèvre ! Je le siffle alors en lui montrant la bête cornue des yeux. Il revient à pas de velours et il l’éloigne enfin de nous.

Je soupire en reprenant un peu mon calme. Dugan me propose de partir ailleurs et je dois dire qu'un peu d'air frais me fera surement du bien. "Pourquoi pas, l'extérieur ne sera surement pas pire qu'ici." Je retourne dans ma chambre, je prends ma veste et je me casse sans même avertir ma femme. Pour me prendre un savon dans la tronche ou encore une engueulade franchement ça ne vaut pas la peine !

Lorsque je sors, de ma chambre, Dugan a littéralement la tête enroulée dans un bikini. Chacun ses addictions comme on dit, lui c'est les bikinis, moi l'alcool, la violence et le jeu. Chacun trouve son adrénaline et son plaisir où il le peut comme on dit. Je me racle la gorge avant de dire : "Monsieur Dugan, si voulez pour compléter votre collection je peux aller chercher des dessous coquins de ma femme ? Elle a des petites culottes en dentelles noires et rouges qui pourraient vous donner de véritable sensations charnelles ! Où alors vous rangez votre bikini dans votre poche et on passe enfin aux choses sérieuses ?" Je lui souris en coin tout en restant droit face à lui, en boutonnant ma veste et enroulant mon écharpe de soie blanche autour de mon cou. J'attend à présent qu'il prenne sa décision. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression que la soirée va devenir encore plus bizarre ? Remarque, j'ai toujours pensé que la normalité était sur faite ! Puis que ferait un homme comme moi dans un monde normal ? Mon regard passe de Dugan au reste de couloir et j’aperçois au loin le type à la balle de golf tirer tant bien que mal sa chèvre à l'intérieur de sa suite et je souris encore plus. Ça doit être une vraie ménagerie la dedans, il faudra que je pense à leur demander un peu de lait demain matin.    
CODAGE PAR AMIANTE


UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 372
☆Age : 29
☆Localisation : New York


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   Mer 15 Fév - 11:52

Sympa ce bikini. Dugan le fourra dans sa poche, l'autre le vit faire.

« Et oui, chacun son karma, moi c'est le bikinis, on ne se refait pas. Maintenant quittons ce foutu endroit avant qu'une autre chèvre viennent vous voir pour un accouplement. »

…………………………

Ils marchèrent dans le Bronx. Dum Dum reluqua le spectacle des trottoirs. Des bodegas tenus par les hispanos du Bronx, des étals de marchands de fruits qui vendaient des douceurs rafraîchies à la glace pilée. Des distributeurs de pamphlets qui trimballaient des tracts pour les Black Muslims. Ils s'engagèrent dans Flagler Street entre les rangées de maison minables du Bronx.

« Voilà l'affaire l'ami. Je suis un agent du SHIELD, une nouvelle agence de sûreté qui veille sur les affaires du monde. Elle a été fondé cette année afin de préserver nos sociétés des plus grands périls. Suite à la dernière guerre, certains ont prit conscience du danger des technologies majeurs qu'utilisait une des organisations du Reich : HYDRA. Bien que celle-ci soit moribonde aujourd'hui, elle a fait des émules. Des armes conçut grâce à la super-science continuent de circuler en secret. C'est là que le SHIELD entre en scène. Pour faire bref mon grand, certains super-criminels doivent être surveillés, d'autres contrôlés, et certains parfois, doivent carrément dégager. Vous saisissez ? J'ai été chargé par l'agence de recruter. Et je me suis laissé dire qu'un gros dur dans votre genre, qui a su mettre une dérouillé d'anthologie à toutes ces petites frappes dans ce même quartier, mérite l'attention. Nos missions ne sont pas des sinécures. Si vous avez quelques goûts pour le frisson, le danger et l'aventure, ce poste est fait pour vous mon petit. »

Une berline qui rôdait près du Vice Hotel passa et repassa, le chauffeur avait l'air de rechercher quelque chose, il aperçut Timothy et son acolyte. Il leur cria :

« Dugan ! Par ici ! »

L'irlandais reconnut l'un des agents du SHIELD. Il s'approcha.

« ça fait une heure que je vous cherche, on m'a dit que vous traîniez vos guêtres par ici. On a un problème. HYDRA a attaqué la villa d'Howard Stark dans la soirée. »

Dugan devint pâle.

« Quoi ? Ils ont eut le boss ? »

« Non, mais c'est du sérieux, le patron est… comment dire ? Il est... »

« Dans un état critique, j'ai compris, bouge toi de là et laisse moi le volant. Blake, accompagnez nous, je vous expliquerais les modalités du SHIELD plus tard. »

Blake sur la place à côté du conducteur, Dugan au volant, l'autre agent sur la banquette passager derrière, à se piquer une trouille d'anthologie à cause de la façon de conduire de Dugan. L'irlandais fonçait à tombeau ouvert.

« Quand je vous disais qu'on s'ennuie pas une seule seconde dans la bande à Howard. »

Dugan brûla un feu rouge. La voiture passa en trombe devant un arrêt de bus et décoiffa la permanente d'une femme qui attendait. Dugan brûla un feu rouge, un passant en lâcha sa bouteille de bière.

« Et croyez moi, le boulot est bien mieux que tout ce qu'on pourra vous proposer à la CIA ou au FBI. »

Dugan brûla un feu rouge, la voiture cahota dans un nid de poule, ils manquèrent tous d'embrasser le tableau de bord. Dugan brûla un feu rouge. Il fit un virage façon Ben-Hûr, en manquant de s'encastrer dans un réverbère.

………………………..

La villa Stark.

Ils descendirent du véhicule. Dugan avança dans la propriété. Des agents du SHIELD étaient en faction. Ils montaient la garde. Des feuilles s'agglutinèrent sous les chaussures de Dugan, foutu jardin. Il croisèrent des cadavres de sbires d'HYDRA à moitié dévoré sur le chemin. Ils avaient tentés de fuir, mais un truc leur avait sauté dessus pour les bouloter.

« Mais qu'est-ce que c'est que ça ? »

Ils arrivèrent au bord de la piscine, un grand tigre du Bengale était en train de somnoler.

« Par toutes les femmes du harem de Howard Stark ! Gabriel, vous voyez bien ce que je vois ? Que fait cette chose ici ? Elle s'est évadé d'un zoo vous croyez ? »

Un majordome approcha.

« Je m'appelle Jarvis. »

Poignée de main.

« Qu'est-ce que c'est que ce fauve au bord de la piscine ? »

« ça ? Oh c'est un cadeau que Mr Stark a reçu hier. C'est de la part du Maharadja du Beloudchistan oriental. Il espère que Mr Stark va épouser une de ses filles. »

« Bon, que s'est-il passé ? Howard est blessé ? On m'a dit qu'il était dans une etat critique. »

« Et bien les sbires d'HYDRA ont eut dans l'idée de pénétrer ici pour assassiner Mr Stark. Dieu merci, il a pu se réfugier quelque part. Le tigre s'est ensuite rué sur les malfaiteurs. Ils ont tous tenté de fuir à travers le jardin, mais le tigre les as poursuivit et vous voyez le résultat. 10 corps dans le jardin que je vais devoir ramasser ! »

« Bon, où est Howard ? »

Jarvis les guida jusqu'à un salon. Il leur montra un tableau de maître qui avait été retiré, dévoilant la cachette du coffre-fort du milliardaire. Un truc plutôt grand.

« Où est le boss ? Attendez… Ne me dîtes pas qu'il s'est planqué là-dedans ? »

Jarvis hocha tristement la tête.

« On ne peut plus l'ouvrir, seul Mr Stark connaît la combinaison du coffre, et il est à l'intérieur. »

« C'est donc pour ça que vous avez fait venir ce bon vieux Dum Dum ? Pour défoncer la porte de ce machin ? »

Dugan se tourna vers Blake en faisant craquer ses phalanges.

« A nous de jouer, allons chercher mes outils au QG du SHIELD. »

…………………………

Tampons d'oreilles, cisailles, diamant de vitrier, parés ! Plaquettes aimantées, gants, pied de biche, parés ! Dynamite à amorce étanche, marteau à clou, parés ! Fusil à pompe calibre 10 avec chevrotine double zéro. Paré ! Ce foutu coffre-fort pesait des kilos de blindage, il était assez grand pour qu'Howard puisse s'accroupir dedans. Dugan prit une profonde inspiration. Maudit soit les milliardaires, pourquoi ils avaient des coffres de cette envergure ? Dugan jeta un coup d'oeil au salon autour. Jolie, une bibliothèque lambrissée de chêne, un piano en acajou vernis. Des fauteuils en cuir sombre. Des murs latéraux décorés de Matisse, Cézanne et Van Gogh.

« Y'a un problème, on peut pas utiliser la dynamite ici. En espace clôt ça va détruire la porte, mais aussi le… contenu du coffre. Et puis j'ai pas envie de faire sauter toute la baraque, faut sortir ce coffre-fort DEHORS. Vous m'avez comprit Jarvis ? Jarvis ? »

Dugan se retourna, le majordome était sortit dehors. Le tigre venait de tendre son postérieur juste au dessus de la piscined'Howard. Il déféqua abondamment dedans. Jarvis se précipita avec une épuisette. Dugan reporta son attention sur le coffre. Il jeta en l'air un fusil à pompe pour que Blake l'attrape au vol. L'irlandais se mit des lunettes de protection et s'enfonça des tampons dans les oreilles. Il chargea son fusil et lâcha la sauce. Une cartouche, deux cartouches, des explosions énormes ! Trois cartouche, 4 cartouches, des morceaux de capitonnage et de bois dur en train de se décomposer. Dum Dum rechargea et fit feu, rechargea et fit feu, rechargea et fit feu. Des échardes de bois lui entaillèrent le visage. La fumée au sortir du canon lui donnait des haut-le-coeur. La visibilité était réduite à zéro. Un paillage de débris vint s'écraser contre ses verres de lunettes. Dum Dum rechargea et fit feu, rechargea et fit feu, rechargea et fit feu. Une quarantaine de cartouche eurent raison des poutres du mur et du plafond situé derrière. Elles s'effondrèrent. Un mélange de bois et de plâtres s'écrasa au sol. Le mobilier du premier étage dégringola et vola en morceaux. Le coffre tomba des gravats. Timothy dégagea les dits gravats à coup de pied. Impossible de bien respirer avec ce bordel. Dugan vomit des esquilles de bois et du scotch. Il cracha fumées de fusils et mucosités noirâtres. Il creusa au milieu de l'amas de bois.

« Va falloir pousser ce coffre dehors. Maudit soit les milliardaires a vouloir le blindage le plus épais. C'est lourd ce machin. »

Ils s'y mirent tous pour pousser à travers le salon, Jarvis et les agents du SHIELD donnèrent un coup de main. La pièce était détruite (et même un peu la salle à manger derrière). La quarantaine d'explosions avait fait dégringoler les œuvres d'arts. Le Cézanne était intact, le Matisse avait le cadre légèrement abîmé. Le Van Gogh était réduit en miettes, le néant total. Ils continuèrent à pousser le coffre-fort dehors. L'air pur donna le vertige à Dugan. Le tigre en avait rien à faire, il était affalé sur le dos au bord de la piscine, les pattes en l'air. Ils glissèrent sur des feuilles, Dugan trébucha, plié littéralement en deux. Il se demanda quel était le poids en acier du machin. Il tomba, son corps se transforma en caoutchouc. Il se releva le souffle court. Ils amenèrent le coffre-fort en plein milieu du jardin Stark.

Dugan tortilla les extrémités de 6 bâtons de dynamite. Il les glissa contre les logements des cadrans du coffre. Il tira les cordons de mise à feu sur 100 mètres et présenta une allumette enflammée.

« Planquez vous les enfants, ça va faire du bruit. »

Le coffre explosa, sa porte vola dans les airs jusqu'à la cime des arbres, la porte retomba en plein sur le toit de la villa et passa au travers, elle passa à travers le plancher, elle s'écrasa dans le garage, en plein sur la limousine lincoln à chassis long de Stark. Des tas et des tas de billets roussis par le feu s'envolèrent du coffre. Dugan porta sa main à sa bouche. Oups ! L'explosion avait fait s'envoler en fumée au moins 1 million de dollars. Il pleuvait à verse des tas de billets en feu sur le jardin Stark. Le tigre sortit de son sommeil et couru après des billets volants, essayant de les attraper avec ses papattes. Voilà Howard qui sort de son coffre. Il avait la figure noircie, son costard était en lambeaux. Ses cheveux étaient dressés au sommet de sa tête, comme s'il venait de mettre ses doigts dans une prise de courant. Dugan fonça et le prit dans ses bras pour le maintenir debout.

« Boss ? Ça va ? Vous m'entendez ? Ah ! Tenez, je vous présente Gabriel Blake, peut-être une de nos futur recrue. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Vilain



☆Paroles Échangées : 48


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   Jeu 23 Fév - 21:22

Gabriel
&
Dugan
Entretien d'embauche.

La solution de sortie dans le Bronx fut heureusement choisie par Dugan. Franchement je me voyais mal retourner dans ma chambre et piocher dans les dessous de ma femme pour rapporter à l'agent du SHIELD une culotte de ma Callista ! Je pousse un soupir. Une fois dehors je profite tout comme Dugan du spectacle de la nuit New-Yorkaise. La ville de 1947 est tout aussi active que celle de 2017 et cela même la nuit. Le Bronx, que ce soit la nuit ou le jour, est un quartier toujours en mouvement. Mais la nuit, il y flotte une saveur plus sombre, plus froide et dangereuse, c'est l'heure parfaite pour un type comme moi. Clope au bec, je laisse échapper un nuage de fumée blanche qui vole au vent quelques seconde avant de s'évanouir dans la nuit ténébreuse. Mon compagnon et moi même nous dirigeons à présent vers des rangés de maisons délabrés au fin fond du trou du cul du quartier. Je me sens soudainement un peu nerveux et je serre instinctivement le pommeau de mon arme dans la main qui est enfouis dans ma poche. Le rouquin reprends la parole et je l'écoute toujours la main sur mon flingue. Non pas que j'ai l'intention de le tuer, mais on est jamais trop prudent, car peu importe l'époque, l'homme est un prédateur pour l'homme ! C'est en tout cas ce que m'ont appris mes expériences passé. Il me dit ce que je sais déjà qu'il est un agent du SHIELD qui vient tout juste d'être créé. Je fais mine d'être surpris en levant mes sourcils. Il continue en me parlant d'HYDRA et des multiples armes que l'HYDRE a créer lors de la guerre et que d'ailleurs certaines d'entre elles circulent encore librement un peu partout. Et enfin j'entends ce que je veux entendre ! Il est là pour me recruter au SHIELD ! Par l'enfer j'ai une de ces chance moi ! S'il y avait un casino là tout proche de moi, j'irais jouer sur le champ et je suis sur que je gagnerai la jackpot ! Il parle ensuite de mes exploits le soir de mon arrivée. J'étais sur que j'aurais dû buter tout le monde ! Bon pour une fois ma négligence n'est pas une ci mauvaise chose. Elle m'évite même pas mal de boulot pour mettre au point un plan d’infiltration du SHIELD.

Je tire une dernière fois sur ma clope avant de balancer le mégot dans le caniveau. Mon attention retourne ensuite à Dugan et je lui réponds de manière beaucoup plus détendu que précédemment. Ma main relâche le pommeau de mon arme et je le regarde droit dans les yeux en répondant : "Je suis ravi de voir que ma réputation soit connu au sommet et je dois dire que ça me dirai bien de faire partie de votre organisation ! Si ça promet de l'action, du danger et de l'aventure, je suis votre homme Monsieur Dugan !" Une berline passe tout prêt de nous me coupe alors dans mon élan lorsque le chauffeur interpelle Dugan. Apparemment L'HYDRA a attaquer la résidence d'Howard Stark et la situation semble assez urgente pour que l'Irlandais déjà très blanc de peau passe en un clin d’œil à la couleur lait caillé ! Le type semble avoir du mal à en dire plus. Dugan prend alors les chose en main, il monte au volant en me demandant de venir. Bah pourquoi pas, ça pourrait être drôle. Je grimpe à mon tour et me voilà assis à l'arrière de la Berline direction la villa Stark ! J'ai connu un Stark, Tony. Si son père aussi sexy et ouvert d'esprit que lui, on pourrait peut être s'amuser un peu... Après des feux grillés et des excès de vitesses, nous arrivons à la villa Stark.

On descend du véhicule et là le spectacle qui s'affiche sous mes yeux est aussi étrange que la scène de la chèvre à l'hôtel, sauf que là c'est beaucoup plus sanglant ! Des hommes d'HYDRA sont mort sur le sol de l'allée semble t'il tué par une créature avec des dents et des griffes acérés ! Bordel de merde mais c'est quoi ce souk ? On avance encore et je décide qu'il est temps pour moi de sortir mon flingue un bon vieux Smith & Wesson MP9 Calibre 9mm ! Une arme classique mais pour laquelle je voue un vrai culte ! Une fois arrivé au bord de la piscine nous tombons sur la créature qui a bouffer les agents de l'HYDRA. Un magnifique tigre du Bengale ! Bordel, je vois que Stark Sénior ne fait pas plus dans la dentelle que son fils ! Dugan me demande si je vois ça. En même temps pour ne pas le voir il faudrait vraiment être aveugle ! "Un peu que je le vois ! Il est magnifique mais un peu encombrant comme animal de compagnie si vous voulez mon avis..."  Un type vêtue comme un pingouin dé guindé s'approche alors de nous en nous disant s’appeler "Jarvis" ! Ce nom me dit quelques chose ? Ah mais oui, n'est ce pas comme ça que Tony nomme son intelligence artificielle ? Je crois bien que oui... Il nous explique que le tigre est un cadeau du Maharadja du Beloudchistan oriental dans l'espoir que Stark Sénior  épouse sa fille. Si je le pouvais j'éclaterai de rire là tout de suite, mais je devrais expliquer la raison de mon hilarité et je n'en ai pas vraiment envie. Le dit Jarvis nous conduit ensuite à l'endroit où ce trouve celui que Dugan appel son boss ! Le grand Howard Stark c'est réfugier dans son putain de monstre de coffre fort ! Hohoho non je suis dans la cinquième dimension là où quoi ? Et pour couronner le tout, l'autre pingouin nous annonce qu'il ne connait pas la combinaison et pour cause, le seul qui la sache est enfermée dans le dit coffre fort ! "C'est dans ces moments là qu'on ce dit qu'écrire les codes sur un bout de papier en cas de besoin n'est pas une ci mauvaise idée que cela. On peut dire que cela aurait éviter à votre boss pas mal d'emmerde ce soir." Ouais faut quand même être franchement con pour s'enfermer dans un coffre fort dont vous seul connaissez le code ! Et dire qu'Howard Stark est un génie.  

Outils en main, Dugan se met en charge de faire exploser le bordel. 6 bâtons de dynamites plus tard, une explosion faramineuse et bruyante plus tard et un toit complètement défoncé, voilà le grand Howard Stark qui sort de son coffre. Recouvert de suie, les vêtement déchirés et l'air un peu pommé. Il regarde autour de lui alors que Dugan me présente comme une nouvelle recrue. Je souris en levant la main et j'ajoute : "Bonsoir Monsieur Stark. C'est une chouette baraque que vous avez là. Désolé pour le toit, mais vous savez vue la situation on avait pas vraiment le choix. Aux grands maux les grands moyens comme dit..." Même dans cette accoutrement peu reluisant, le père Stark est loin de ne pas être attirant. Je vois qu'en plus du cerveau, Tony a hérité d'autres gênes plutôt plaisants de son paternel...         
CODAGE PAR AMIANTE


UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   Ven 3 Mar - 0:39

Début de soirée Cabaret Kit Kat Klub :


La soirée débute vraiment bien. Les femmes respirent le glamour et la volupté. Le spectacle est festif et entraînant. Les demoiselles se déhanchent, elles lèvent leurs jolies gambettes et moi cigare au bec et verre de bourbon à la main, je les admires l’œil pétillant d'envie. Les plumes virevoltent et s'envolent atuour d'une jolie brunette qui glisse à présent ses mains dans mon cou avant de me laisser sur ma chaise tout frissonnant des dernières douceurs que me procurent les plumes douces qui quittent à présent mon cou. Un clin d’œil et un déhanché sexy plus tard, voilà la meneuse de revue qui se trémousse à nouveau sur la piste avec les autres danseuses. Je suis au paradis !

Milieu de soirée Manoir Stark :


La belle à présent entièrement nue continue sa danse langoureuse autour de moi. Je la rejoins mes mains chaudes s'enroulant à présent sur ses hanches généreuses. La brunes frémit et mes lèvres humides passent à présent dans son cou procurant à ma belle de doux frissons. Tout est parfait. Enfin tout était parfait jusqu'à ce que la porte de mon salon privé s'ouvre à la volée sur un Jarvis transis d’effroi qui se cache immédiatement les yeux face à la scène devant lui avant de bégayer des trucs complètements incompréhensible à propos d'envahisseurs ? "Jarvis bon sang mais qu'est ce qu'il vous arrive ? Calmez vous mon vieux !" Je m'approche de lui et je le prend par les épaules. "Regardez moi et expliquez vous tout de suite !" Il ouvre ses yeux qui retombent immédiatement sur la brune nue au milieu de la pièce. Je soupire en voyant à nouveau mon majordome se cacher les yeux. "Jarvis c'est pas comme ci c'était la première fois qu'une femme à poil se trimbale au manoir !" Il fait des mouvements de main en direction de la femme. "D'accord elle va se couvrir !" A mon grand désarrois, voilà ma belle meneuse de revue qui enfile mon peignoir. "Ouvrez vos yeux et parlez moi !" A peine ai je le temps de dire cela qu'une explosion suivie de coups de feux retentissent faisant trembler les murs ! "Vous auriez pas pu simplement me dire que des hommes armés sont entrés chez moi, au lieu de faire autant de manières ?!" Je pousse Jarvis en allant à la fenêtre. "Bordel de merde ! Les hommes de Fury ne valent pas une cacahuète ! Ce sont de vrais passoire ma parole ! J'aurais mieux fait de charger mes robots de ma sécurité ! Jarvis rappelez moi de me rappeler de ne pas oublier de me souvenir de ce que je viens de dire !" "Ououi Monsieur Stark."  

Fin de soirée Manoir Stark Coffre fort Ultra Sécurisé :
   

Bon ben là je crois que cette histoire surpasse et de loin toutes les merdes qui me sont jamais tombées dessus y compris la fois ou totalement bourré j'ai traversé un champ de mine sans me faire exploser ! Ben oui n'est pas Stark qui veut ! Je soupire en pestant contre moi de ne pas être foutu de me souvenir de ce maudit code de coffre ! Message pour moi même : "Intégrer une ouverture de secours à l'intérieur du coffre en cas de besoin ! Car là franchement ça ne le fait mais alors pas du tout !" J'entends du bruit. Je n'ose rien dire c'est peut être les hommes d'Hydra ! Par l'enfer ! Et dire que la soirée avait si bien commencée ! Je retiens un instant ma respiration puis j'entends enfin une fois connue ! Dum Dum Dugan ! La cavalerie est arrivée ! Si j'étais pas enfermé la dedans je l'embrasserai !

Les minutes passent puis une heure merde mais qu'est ce qu'il fout ? "Jarvis, JARVIIIIIISSSS !!!" Des pas s'approchent. "Oui Monsieur Stark ?" "Il se passe quoi là ?" Silence. "Jarvis bordel ! Répondez moi !" Raclement de gorge : "Monsieur Stark, Monsieur Dugan a parler d'explosif et de je ne sais quel autres truc... " Je commence enfin à comprendre l'horreur de ma situation ! Au moment ou je m'apprête à dire non, non surtout pas ça, voilà que la voix mélodieuse de Dugan annonce fièrement que tout est en place ! Je ferme les yeux, je bouche mes oreilles puis l’explosion retentit  me propulsant vers l’arrière du coffre ! Une fumée noire est à présent tout autour de moi. La main de Jarvis se fait ensuite sentir sur mon bras et je sors enfin de mon troue.

Dugan me parle. J'entend rien ? Bordel l'explosion m'a rendu sourd ! Et c'est qui se drôle de type avec lui ? "QUOI ? J'ENTENDS RIEN DE CE QUE VOUS DITES ?" Je pose mes mains sur mes oreilles qui bourdonnent. Jarvis me conduit sur un des fauteuil de la pièce et m'apporte un linge humide et un verre d'eau. Au bout de quelques longues minutes je retrouve l’ouïe. "Dugan c'est quoi ce bordel ? Comment l'HYDRA a t'elle pu ramener ses tentacules ici chez moi ? Et bordel pourquoi est ce que ce con ne Fury n'a mit que des bras cassés dans mon équipe de sécurité !" J'avale ensuite mon verre d'eau en grimaçant. J'aurais mille fois préféré du bourbon ! Je m'essuie un peu le visage et j'attends les explications de Dugan !



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 372
☆Age : 29
☆Localisation : New York


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   Mar 7 Mar - 12:21




Entretien d'embauche
Howard Stark • Gabriel Blake • Timothy Dugan
Dugan avait juste envie de le taper, jugement sans appel. Ce maudit Stark, le roi des ingrats. Il avait lutté avec Gabe Blake pour sortir ce foutu coffre de la villa. Il avait du travailler l'engin à la chevrotine et à la dynamite version Dum Dum pour sortir l'emmerdeur. Finalement il aurait du le laisser dans son trou. Il avait sué pour le sortir de son machin, la prochaine fois il le laisserait enfermé dedans. N'aidez jamais les milliardaires, ils n'ont aucune reconnaissance. Dugan aiguisa son regard furieux à l'attention de Stark :

« Écoutez boss, moi et Blake on a donné de notre personne pour vous extirper de votre jouet, alors si tout ce bordel ne vous convient pas, c'est pas mon affaire. Je ne suis qu'un subalterne, ce n'est pas moi qui suis assuré de votre sécurité, et j'ai aucune idée sur la façon dont Hydra à trouvé votre repaire. Mais je soupçonne fortement que le grand panneau doré indiquant : Manoir Stark à l'entrée de la propriété a du aiguiller tout ce beau monde. Et maintenant, si vous n'avez rien de mieux à proposer pour passer le temps dans votre cloaque boss, je ne vais pas m'attarder ! »

…………………………

Une demi-heure plus tard

Les 3 hommes étaient installés sur des chaises longues au bord de la piscine. Dugan avait revêtu un peignoir en soie de couleur bleue sombre bien classe. Il caressa la texture. Pas mal. Si un jour il était invité une nuit au manoir Stark, il fallait qu'il songe à dérober un tel peignoir et à l'emporter dans sa valise ni vu ni connue. Jarvis apporta un bloody mary sur un plateau en argent. Dugan s'empara du verre et tourna sa tête vers Howard :

« Bon d'accord, j'avoue boss, vous avez des arguments pour passer le temps dans votre repaire. »

Dum Dum jeta un regard au tigre. La bestiole somnolait devant la chaise longue d'Howard, façon repose pied pour milliardaire. Dugan se tourna vers Blake.

« Je vous rassure mon bon, les journées au SHIELD ne sont pas toutes mouvementées comme ça, l'incident de tout à l'heure ça n'arrive que genre euh… une fois par mois on va dire. »

Dans le jardin les domestiques étaient tous en train de ramasser les billets cramés pour les foutre dans des sacs poubelles. Des agents du SHIELD fringués façon homme en noir du gouvernement rôdaient sur la pelouse. Le coroner venait chercher les cadavres bouffés par le tigre. Dugan observa un billet d'un dollar cramé qui flottait tout seul au milieu de la piscine de Stark.

« C'est vrai que c'est inquiétant ce qu'à tenté Hydra. Ils osent agir au grand jour et ils veulent vous tuer. Ça n'annonce rien de bon. Ça ne m'étonnerait pas qu'ils veuillent remettre ça. C'est justement pour ça qu'il nous faut recruter plus d'agents et d'espions. Alors Howard, que dîtes vous de Blake ? Ça serait pas le garde du corps idéal ? Je suis sûr qu'avec lui, vous serez en parfaite sécurité 24h sur 24. »

Dugan reluqua les 3 bimbos qui s'étaient jointes à eux. Elles batifolaient au bord de la piscine, mais restaient à distance prudente des 3 hommes. Elles avaient les jetons à cause du tigre. Dugan mata les bikinis. Il fit coucou de la main à l'une des filles. Elle lui fit un doigt d'honneur. Dugan observa les restes du coffre-fort dans le jardin. Des ouvriers essayaient de le bouger de là sans trop de succès. Timothy vida son verre et agita sa main vers Jarvis, il accourut avec son plateau et un autre verre. Dugan fit coucou à une autre des bimbos. Elle lui fit un doigt d'honneur. Un coup de vent agita un parasol. Des billets à moitié cramé volèrent jusqu'à eux. Le tigre ouvrit un œil.
Fiche codée par NyxBanana



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Vilain



☆Paroles Échangées : 48


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   Sam 18 Mar - 22:08




Entretien d'embauche
Howard Stark • Gabriel Blake • Timothy Dugan
Ma soirée avait débuté de manière vraiment désagréable ! Et me voilà à présent embarqué dans un histoire digne d'un de ces vieux polar des années 40 où les hommes sont vêtue de costard trois pièces et les femmes de robes qui laissent voir leurs formes plantureuses et quand je vois la jolie bimbo enroulé dans un peignoir de soie qui ne semble pas être le siens, je me dis que c'est tout à fait ça. Cela fait maintenant un demie heure que le milliardaire excentrique Stark est sortie de son troue. Nous sommes à présent tous les 3 assis tranquillement vêtue de peignoir de soie digne d'Hugh Hefner au bord de la piscine où des naïades aux corps de rêves nous font de l’œil. Certaines d'entre elles ne me déplaisent pas d'ailleurs, mais je tiens trop à ma vie et à ma virilité pour me laisser tenter ! Si ma femme découvrait que j'ai eu ne serait ce que le malheur de regarder une autre qu'elle, j'en payerai le prix fort ! Le silence règne. Stark n'a pas vraiment l'air de décolérer et le fait que les débris de son coffre fort sont encore répandu sur le sol de son jardin face à nous n'est surement pas là pour arranger son humeur. A sa place moi je me concentrerais sur le positif de toute cette histoire, sans nous il serait encore coincé dans son coffre ! Et ce n'est pas le pingouin constipé qui lui sert de majordome qui l'en aurait sortie ! Je m'attendais au moins à un merci. Je vois que l'impolitesse et l’irrévérence en plus de la sexytude et également un trait de caractère dont a hérité Tony de son illustre paternel !

Tiens voilà les boissons qui arrivent. Je prends un des verre que je savoure avec délice. "Merci." Dis je au majordome. Dugan semble vraiment apprécier l'endroit et je reconnais que oui ce n'est pas si mal. Ça ne vaut pas ma maison au milieu des oasis de Dubaï, mais ça reste pas mal. Le seul détails que j'envie à Stark Senior c'est le Tigre couché aux pieds de sa chaise ! Pour certains ça ferait un peu trop, mais pour un Stark c'est juste classe. Alors que je contemple l'animal, Dugan me dit que je ne doit pas m’inquiéter et que le boulot au SHIELD ce n'est pas toujours comme cela. Je ris en avalant ensuite une gorgée de mon verre puis je lui répond : "Rassurez vous je ne suis pas de tout déçue du voyage au contraire. Je suis un homme d'action et je peux vous dire que c'est le contraire qui m'aurait déçu."  Après cela, l'homme au chapeau melon en reviens aux affaires avec Stark en lui disant que lui aussi trouve l'attitude d'HYDRA peu commune à leur action habituelles et même pour moi qui ai été dans leur camps quelques temps, je dois dire que je suis plus que surpris de leur audace ! J'aimerai pouvoir le dire à Dugan, mais cela équivaudrait à montrer mes cartes et dévoiler mon jeu d'office au joueur adverse et cela ne serait pas en ma faveur ! Puis ce cher Dugan demande franco à "son boss" se qu'il pense de moi.

Stark pose alors son regard brun doré si similaire à celui de Tony sur moi. Moi même je le regarde, je prends une inspiration et je décide de lui dire un peu qui je suis enfin ce que je voudrais qu'il pense que je suis... "Monsieur Stark, tout d'abord laissez moi vous dire que je suis très honorer de vous rencontrer. Je ne suis pas vraiment dans la branche de l'espionnage, mais d'après certains j'apprends très vite. Monsieur Dugan pourra lui même vous dire que je maîtrise déjà pas mal de techniques de combat efficace et un homme comme moi vous serez utile ! Je me pense capable de m'adapter à toutes les situations et je sais garder mon sang froid et cela vous avez pu le voir ce soir même."

Stark souris en coin l'air plutôt intéressé par mes propos et j'en suis ravi car franchement je ne savais pas quoi lui dire de plus pour le convaincre.  
Fiche codée par NyxBanana


UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien d'embauche (Gabriel la légende urbaine Blake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Entretien d'embauche ensablé [FINISH]
» Entretien d'embauche (Margaret)
» Entretien d'embauche [PV Sibelle Grown]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Temporus :: Archives :: Archives :: RPS finis-