Partagez | .
 

 Arizona (Erik Lehnsherr)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


☆Paroles Échangées : 372
☆Age : 29
☆Localisation : New York


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Arizona (Erik Lehnsherr)   Sam 25 Fév - 17:55

Dugan avait suivit Lehnsherr à travers leurs songes comme un égaré. Il semblait prostré. A 75 balais au compteur le vieux était à la ramasse. Il avait eut du mal à composer avec l’envoûtement mental. A son âge et avec sa condition humaine, il était moins bien armé que les deux autres pour faire face à ça. Il n'avait pas recouvré ses esprits complètement comme ses comparses. Il percevait les cauchemars des deux autres mutants. Il perçut aussi celui d'Icarus : Genosha. C'est donc ça sa hantise ? Une nation mutante ? Dugan ne parvint pas à garder un souvenir cohérent de la confrontation dans le songe final d'Icarus. Il retrouva sa lucidité lorsqu'ils reprirent tous leur conscience en sortant immédiatement du rêve cauchemardesque. Lorsqu'ils se retrouvèrent en cette nuit d'Arizona, sur le point de se trucider tous les 3.

Erik avait eut de la chance, le coup de Katana lancé contre son grès par Pietro était passé bien près et ne l'avait pas amoché. Juste une mèche de cheveux coupé (il est rapide ce petit…). Maximoff avait encore eut plus de chance. Le tir de calibre 12 que Dugan lui avait projeté au visage contre son grès, ne l'avait même pas atteint. C'est comme s'il avait pu esquiver le tir et sa décharge de chevrotine, alors que le canon du flingue n'était qu'à 10 cm de sa petite tête (mais c'est qu'il est foutrement rapide ce petit!!!). Dum Dum n'eut pas la chance des deux autres. Une partie de la toiture métallique du motel qui lévitait au dessus de lui, retomba quand même dans sa direction. Il se prit des débris. L'irlandais fut touché à la jambe, au flanc. Un morceau heurta salement son épaule. Déchirure à la poitrine. Écrasement de métal, Dugan sentit son bras qui s'arrachait d'une articulation. Dugan étendu dans la cour du motel anéantit, trouva quand même la force de désigner Icarus d'une de ses mains blessée. Il tenta de balbutier pour savoir ce qui était arrivé au salopard.

Icarus était écroulé sur le sable, comme un légume. Son corps semblait mort, mais son regard fixait les deux mutants avec une rare furie. Dugan voulait demander à ses alliés ce qu'ils avaient bien pu lui faire dans son cauchemar, ce qu'ils avaient bien pu lui dire. Mais il n'en eut pas la force. Des tâches brouillèrent sa vue, et il tomba dans l'inconscience.

………………………...

Le sanatorium de Macarillo, Arizona.

Le hasard, le destin ou dieu, avaient tous un sacré sens de l'humour. Timothy se retrouva voisin de lit avec Icarus en salle de réanimation. Le vieux Dum Dum avait survécu à un choc intense et à la perte de la moitié de son sang. Pas mal, record à battre. Qui dit mieux ? L'autre salopard à côté de son lit avait survécu à un traumatisme neurologique. Icarus était devenu tétraplégique. Il était devenu muet. Paralysie totale du corps. Seuls ses yeux étaient encore en vie. Dugan aussi n'arrivait pas à parler le temps de sa convalescence. Il avait des tubes dans les bras et des attelles aux doigts. Sa poitrine était suturé de 300 points. Son médecin avait tenté de compter ses os fracturé et avait laissé tomber. Dum Dum communiquait avec les infirmiers par signes de tête. Au SHIELD on avait apprit la nouvelle : les mutants ont fait sa fête au type aux 999 visages. Nick Fury vint rendre visite à Dugan. Il lui offrit la médaille du mérite. Dum Dum avait libéré un de ses bras plâtré d'une gouttière de traction et lui avait renvoyé la médaille dans la figure. Pas mal pour un Howling Commando en bout de course.

La jour de son départ, le taxi qui allait emmener Dugan ressemblait à une ambulance. Il était assis sur la banquette arrière. Dum Dum se trimballait tout un appareillage orthopédique sur les jambes. La tête rasée et suturée. Plus d'éclisses aux mains. Elles donnaient une impression de force. Il vit Erik et Pietro derrière la vitre baissé de la voiture. Il s'empara des mains de Pietro et les serra jusqu'à grimacer de douleur. Il lâcha :

« T'es trop rapide pour moi petit. Dis à ta sœur de te donner des coups de pieds et de se venger de tes blagues quand elle le peut, parce qu'elle n'arrivera jamais à te rattraper. »

Dum Dum porta son attention sur Erik. Il lui toucha le visage.

«ça fait combien de fois que tu sauves la mise d'un certain irlandais depuis 1947 ? Fils, est-ce moi qui t'ai fait apparaître ? Ou est-ce toi qui m'a inventé ? »

…………………………

1987.

Journal intime de Timothy Dugan :

ça remonte à 10 ans la dernière fois que j'ai vu Erik Lehnsherr et son môme dans ce foutu désert de l'Arizona. Moi ? Ça va bien, juste un vieil irlandais qui se remet d'un infarctus cette année. J'ai 85 ans. Je suis revenu en Arizona aussi cette année. Je suis allé voir Icarus, juste pour voir ce qu'il était devenu. Toujours tétraplégique, toujours immobile, toujours dans son lit. Le nouvel infirmier qui s'occupe de lui est un mutant. Pour se moquer de lui, il ne lui coupe plus les cheveux et la barbe. Icarus ressemble à Jésus. Pour se moquer de lui, il ne lui coupe plus les ongle. Icarus a des griffes de 10 cm aux doigts. Seuls ses yeux sont toujours en vie et indiquent qu'il est toujours conscient et lucide. Quand il m'a vu Icarus a fait un truc avec ses yeux. Sa paupière a tressaillit et elle fut prise d'un spasme. Il avait tenté de me faire un clin d'oeil. Pour se moquer de lui, son infirmier mutant a fait des travaux de couture sur son pyjama. Il lui a brodé QUICKSILVER sur le col de sa veste. Icarus ne pèse plus que 40 kilos désormais. Il a perdu tout ses muscles. Faut croire que la formule miracle de bodybuilding de l'AIM ne marche qu'un temps. Maintenant il ressemble à un somalien squelettique. Il est plus maigre qu'un phtisique. Il commence à avoir des escarres au membres, et du chancre plein la bouche. C'est fou comme il ressemble de plus en plus à son père. Je crois que je donnerais 1 million de dollars, pour savoir ce que Lehnsherr et son fils lui ont dit et fait dans ce foutus cauchemar il y a 10 ans.

Que sont devenus Erik et Pietro ? Grâce à mes contacts au SHIELD, j'ai pu retrouver des mutants d'âge respectable. Ils m'ont raconté leurs histoires et donnés des confirmations. Il est rapide ce petit pas vrai ? Et comment ! J'ai trouvé des confréristes. Ils ont refusé de me révéler où se dissimule leur leader et ses enfants jumeaux. Mes tentatives pour les soudoyer ou leur forcer la main ont systématiquement échoué. Ma mémoire fonctionne en parfait synchronisme avec tous les événements que j'ai relatés dans ce journal. Je suis toujours d'aplomb, je me suis bien remit de mes blessures d'il y a 10 ans. Mais je n'ai plus jamais touché à un seul fusil à pompe après ça. Selon la rumeur, Erik et ses enfants auraient fait le tour du monde. On aurait aperçut son noyau dur de confrériste au Nicaragua, au Zaïre, en Yougoslavie et en Irak. Dans toutes les zones de tension où des mutants ont été lynchés. Un ami a dessiné un portrait du visage d'Erik pour moi. Il l'a vieilli pour que je sache à quoi il ressemble maintenant. Quand je lis les journaux et les magazines, je cherche les actions de Magneto par ellipses. J'entends parler de familles qu'il a sauvé lorsque des accidents de voiture surviennent et qu'il stoppe le métal par sa seule volonté. J'examine soigneusement les photos que des courageux arrivent à prendre lorsqu'il fait face aux forces de l'ordre. Je me souviens de 1947. Il y a une étrange faille temporelle. Il est à mes côtés. C'est encore un môme effrayé. Nous sommes sur les traces d'un tueur. Une chasse à l'homme dont l'issue risque d'être notre propre mort.

Je sais qu'un jour je reverrais Erik. Lorsqu'il ne sera plus accablé, par tous ces mutants à sauver et toute cette confrérie à guider. Il aura alors l'occasion de venir me voir pour se remémorer le passé, le bon vieux temps. Je sais déjà ce que je lui dirai lorsque je le reverrai. Je lui dirai :

Dis moi tout

Dis moi n'importe quoi

Abolit ce temps qui nous as séparé

Tu as toujours été mon ami, au milieu des dangers



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 330
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Arizona (Erik Lehnsherr)   Dim 26 Fév - 16:56



Arizona
Timothy ξ Pietro ξ Erik

2016, Genosha, Résidence de Magnus

La nuit se dépose sur la métropole. Le regard dur, j’observe Lorna quitter ma bibliothèque. Les choses commencent à se complexifier. Je n’aime pas la tournure que prennent les événements entre mes enfants. Des chiffonniers. Voilà ce que je vois quand je les regarde. Toute ma vie, je me suis battu pour obtenir Genosha, pour avoir cet état où l’on pourrait être nous-même, être en sécurité, être dirigé par une race qui ne soit pas littéralement pourrie de l’intérieur. J’ai même négligé ma famille pour le bien de la cause, parce qu’il faut bien que quelqu’un se salisse les mains, mette ses proches en danger, pour le bien de tous. Aucune révolution ne peut se faire sans voir le sang couler. Maintenant que la situation semble enfin se stabiliser, je vois mes enfants, mes petits-enfants, ma famille, se déchirer autour d’histoires de succession. Où me suis-je trompé ? Où ai-je raté quelque chose ? Je regarde donc Lorna quitter la bibliothèque, furieuse que ce soit Pietro que j’ai envoyé négocier avec Namor. Elle n’a pas tort. Pietro est vindicatif et nerveux. Difficile de le garder en place et si une traitrise devait venir de ma famille, ça serait probablement de lui. Mais après tout ce qu’on a partagé par le passé, j’ai du mal à lui refuser le fait d’être maître des négociations. Je ferme le livre que j’étais en train de lire et je me relève. D’habitude je vais sur la tombe commémorative de Charles mais ce n’est pas cette direction que je prends alors que je retire mon peignoirs en soie pour enfiler quelque chose de plus chaud et de plus… militaire, plus moi. J’enfile les allées du manoir Magnus. Par une fenêtre, je vois Wanda quitter le domicile, visiblement furieuse. Ses fils doivent encore être en train de faire des conneries dans la ville… Je ne serais pas étonné que le SHIELD ne soit en train de leur créer des soucis car il en faut pas mal pour mettre Wanda dans un état pareil… Un soupire et quelque pas plus loin, je considère que cela n’a pas trop d’importance. Elle est ma fille après tout, cela lui laisse l’opportunité de jouir d’un certain statut auprès du reste de Genosha.

Il ne faut pas attendre longtemps avant que l’air froid de la nuit d’agresse la peau ridée de mon visage. Je ne peux ignorer la vieillesse qui commence à tirer sur mes muscles, à mes os qui commencent à protester, portant les stigmates de ces années de combats et des multiples fractures qui ont fait ma vie. Je marche un moment dans l’air frai de ce début de nuit, rejoignant les jardins internes de la demeure. Après quelques minutes, je m’arrête sous un saule pleureur. Mon regard parcourt les branches que le vent agite doucement, détachant les premières feuilles de l’arbre. L’automne arrive. De la main, je tire le rideau de branches qui viennent lécher le sol, dévoilant un espace protégé de la vue de tous par l’arbre. Sous le dôme créé par les branches, une plaque en or gravée. Une tombe. Je ne suis pas sûr qu’il aurait apprécié mais il n’était pas question de bâtir Genosha sans le souvenir de cet homme à mes côtés. Je pose un genou dans la terre, face à la plaque et j’en chasse les quelques feuilles s’y étant déposées. Le texte redevient alors visible. ‘Si git Timothy « Dum Dum » Dugan. 1902 – 1992 Howling Commandos. Loyal au rêve de son choix.’ En faisant déplacer la tombe, j’avais tenu à ce que l’intitulé de la plaque reste la même. Une personne s’était bien manifestée en prétendant être sa fille. Je ne savais pas qu’il avait une fille. Qu’à cela ne tienne, malgré que les humains ne soient pas les bienvenus à Genosha, je lui avais donné l’autorisation de venir visiter la tombe de son père quand bon lui plairait à la seule condition qu’elle soit sous surveillance lorsqu’elle est dans la demeure Magnus.

J’observe en silence la tombe. Mes doigts parcourent le métal de la plaque commémorative. Il y a longtemps, tu as fait graver une plaque au nom de Max Eisenhardt. Tu avais compris bien avant moi que j’étais mort dans les camps une première fois, que ma vision du monde avait totalement changée, qu’aucun retour en arrière n’était possible. Avec le recul et la vieillesse, je ne peux m’empêcher de voir la sagesse que tu portais en toi, l’irlandais bourru à la moustache. Je ne peux m’empêcher de voir à quel point tu as toujours été là pour lever ton aile protectrice au-dessus de moi, pour voir tout ce que tu as sacrifié parce que tu espérais me voir retourner dans les rangs, faire quelque chose de bien, au sens auquel toi, tu l’entends. Parfois, quand mes vieux cauchemars me réveillent la nuit, je me demande ce que tu dirais si tu me voyais aujourd’hui. Je me demande ce que tu dirais du ‘ptit Erik’, comme tu avais l’habitude de m’appeler, de voir ce que j’ai construit à la force du point. Bien sûr, tu n’aurais pas cautionné. Tu partageais l’idéologie de Charles, pas la mienne. Mais, regarde, Timothy… J’ai construit tout ça… Un monde où les mutants peuvent vivre en paix, un monde où personne ne nous dicte quoi faire, quoi porter, quoi dire. J’ai créé un monde pour les miens, où il y fait bon vivre. Ta plus grande faiblesse est aussi celle qui nous a rapprochés en 1947, lorsque j’étais archiviste pour le SHIELD… Ton humanité. Tu étais tellement humain, que ça soit sur le plan physique ou mental. Mais comme toujours, venir sur ta tombe me remonte le moral et tire un fin sourire nostalgique sur mes traits que le temps et les expériences ont rendus durs et fermes. Me sourcils froncés se détendent, au même titre que les muscles de mon dos et de mes épaules. L’espace d’un instant, je quitte le masque de Magneto le guerrier et je redeviens Erik. Dans ma mémoire se rejoue nos épopées de jeunesse. Comment as-tu fait pour supporter un jeune homme aussi impatient et têtu que moi ? Je revois les tournois d’échec, je revois l’olivier à côté de ma tombe, je nous revois courir pour échapper à un quelconque danger dans la jungle du Wakanda. Tu es l’homme qui m’a appris que tout était possible avec un peu de volonté. Tu es celui qui m’a appris à me battre pour les causes qui en valent la peine. Serais-je devenu Magneto sans toi ? Je n’en sais rien. Je sais bien que tu n’as jamais aimé mon casque ou mon surnom, je sais bien que, à partir du moment où je l’ai posé pour la première fois sur ma tête, je t’ai déçu. Je sais bien que ce n’est pas ce que tu avais prévu pour moi, que ce n’était pas le chemin que tu voulais me voir prendre. Mais si Genosha est là aujourd’hui, c’est en partie grâce à toi, Timothy.

Mais aujourd’hui, alors que le temps à tracé ses sillons sur mon visage, que j’ai vu plus de bataille qu’un homme ne devrait en voir dans sa vie, que j’ai atteint les sommets que je visais, je me laisse souvent aller à rêver à ma vie si j’avais suivit le chemin que tu m’avais tracé. Si, au lieu de n’en faire qu’à ma tête, j’étais devenu officiellement agent du SHIELD, laissant de côté ma traque incessante. Elle aurait été bien différente, ma vie. Et j’aurais adoré avoir plus d’histoire nous mettant tous deux en scène à raconter, j’aurais aimé voir notre complicité grandir au lieu de se déchirer sous mes choix de vie. Mais je ne regrette rien. Je ne regrette pas, cette fois où tu m’avais pourtant dit adieu, d’être revenu te sauver au risque de ma propre vie, je ne regrette pas d’avoir fait payer à Icarus tous le malheur qu’il avait déjà jeté sur nos épaules, je ne regrette pas d’avoir, aux côtés de mon fils, démolit l’esprit de cet homme, ne laissant derrière nous qu’une coquille pratiquement vide. Mes doigts quittent la plaque de métal alors que je me souviens avoir profité de la faille pour prendre le contrôle de l’esprit d’Icarus, brisant une à une ses connexions avec son corps, me nourrissant de l’illusion de Genosha, du pouvoir que j’aurais dans le futur, dans son futur, pour ce faire. Je n’ai laissé derrière moi qu’un homme brisé, une coquille inanimée au regard vivace. J’ai payé la clinique qui s’occupait de lui pour mettre un mutant à sa charge, pour que ce mutant sache bien qui était l’homme au fond de ce lit et que, petit à petit, il fasse de son quotidien un enfer. Il est des sorts pires que la mort. Si Auschwitz m’a bien apprit une chose, c’est ça. Suis-je devenu trop ferme et trop strict pour toi, Timothy ? Je pense bien que tu ne me reconnaîtrais plus aujourd’hui. « Comment as-tu fait pour garder un contrôle minimal sur le jeune homme que j’étais, Timothy ? » J’aime bien prononcé ton prénom quand je viens me recueillir sur ta tombe, quand je viens réfléchir et chercher des solutions. Cela me donne la sensation que tu n’es pas vraiment mort, qu’une part de toi a persisté avec le temps. « Parfois, j’ai la sensation que tu aurais fait un bien meilleur père que moi. Non, en fait, tu l’as été. » Le rire d’un jeune homme me fait relever la tête et me redresser. Je sors du sanctuaire créé par la présence du saule pleureur pour voir William, mon petit-fils courir vers moi, un grand sourire aux lèvres. Je le laisse presque s’écraser sur moi pour me serrer dans ses bras comme il le fait de temps en temps. Je lui rends son étreinte, passant une main paternelle dans ses cheveux. Mon regard parcourt l’allée du jardin pour voir Wanda, au loin, en train de gronder le frère de William. Et mon sourire revient sur mes lèvres. Après tout, le plus grand apprentissage que tu ne m’aies jamais fait, Timothy, c’est sans doute l’importance de la chaleur d’un foyer.


They call me useless, careless, nobody ought to miss with the thing they don't understand. They call me hopeless, heartless, there's no way out of this when it's so far out of your hand. I confess there's a hole in my chest from the things that I did and the gun in my hand. I won't rest till it's all done and set and I get what I give.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Arizona (Erik Lehnsherr)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Carnet de Erik Lehnsherr
» Erik Lehnsherr
» Erik Lehnsherr ♕ the desolate king i'm crowned.
» Carnet d'Erik Lehnsherr
» Erik Lehnsherr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Temporus :: Archives :: Archives :: RPS finis-