Partagez | .
 

 Obscurantis Order (Dr Strange)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 117
☆Age : 29
☆Localisation : Brooklyn


Marvel Temporus
MessageSujet: Obscurantis Order (Dr Strange)   Mer 1 Mar - 11:40

Prologue


Le Bronx

Des rues en terre battue, des cours en terre battue, des terrains vagues, des châteaux de planches en abondance. Des bicoques aux toits en papier goudronné et parois en parpaings. Une église en ruine. Des clochards en nombre, pour la plupart regroupé devant un baril en tôle de 200 litres, dans lequel on avait allumé un feu. Des bagnoles pourries dans tous les coins. Il y en avait une en particulier : plus de pare-brise, plus d'enjoliveurs, plus de pneus, plus de volant. Le Cadillac Hotel. Un clochard y avait élu domicile. Il aperçut un type qui s'approchait, l'air tout gentil et cordial. Le type portait un costard. Il détonnait avec l'environnement. On pouvait bien se demander pourquoi il traînait dans le ghetto du Bronx. En tout cas la pouliche idéale pour lui demander de l'argent, vu son allure de personne aisée. Le clochard lui dit : Vous auriez pas une pièce ? L'homme en costume cravate lui colla un chiffon puant dans la figure.

Le clochard avait la sensation qu'une guerre chimique se déroulait en lui. L'odeur ressemblait à celle du chloroforme ou à celle du liquide à embaumer les cadavres. L'odeur signifiait qu'il était peut-être mort. Son pouls disait : non tu es vivant. Ses lèvres le brûlaient. Son nez le brûlaient. Il essaya de cracher sans succès, il avait du sparadrap sur la bouche. Il essaya de remuer bras et jambes. Il n'y réussit pas, il était entravé. Il gigota paniqué. Il observa l'endroit. On aurait dit une sorte de crypte. Des catacombes ou un endroit souterrain du même genre sous la ville. Il y avait une assemblée d'une dizaine de personnes. Des gens qui portaient tous des tuniques longues de couleur pourpre (donnant très fort sur le violet) qui leur tombait presque jusqu'aux pieds. Ils avaient tous des capuchons pourpre relevé sur leur tête, dissimulant un peu leurs visages. On aurait dit une congrégation monastique en prière. Leur leader annonça :

« Nous sommes restés assez dissimulés. Désormais l'heure approche. Le seigneur du chaos arrive. Le vrai Dieu n'est pas blanc, son nom n'est ni hébreux ni latin. Son antre n'est pas un ciel remplit d'anges et de nuages. Non, il vient du cosmos. Et en vérité je vous le dis, son retour sur terre n'est pas pour le prochain millénaire, non. Mais pour aujourd'hui... »

Le gourou mystique désigna le clochard. Ses sbires le traînèrent jusqu'au centre de l'assemblée. Il tenta de se débattre sans succès.

« Commençons l'offrande au seigneur du chaos. »

Ils déblatérèrent leur laïus dans une langue incompréhensible. Ils joignirent leurs mains en signe de prière. Le clochard cessa de se débattre et partit dans les vapes. Ses yeux roulèrent dans leurs orbites. Il lévita au dessus du sol. Ses doigts s'arrachèrent tous un à un comme s'ils étaient brisés par une main invisible. Ses bras se démembrèrent tout seul, comme si on les tailladait à coup de machette. Le clochard avait toujours du sparadrap sur la bouche, il cracha de la bile par le nez. Ses jambes s'arrachèrent à la hauteur du genoux. Du sang jaillit, des éclats d'os volèrent. Ses moignons étaient secoués de spasmes. Il n'eut pas le temps de se vider de son sang en entier. Il retomba brutalement au sol. Il était maintenant entouré d'un halo pourpre, presque violet. Ses bras et ses jambes avaient repoussés aussitôt au moment où il avait regagné le sol. Il se releva, il n'était plus voûté, il semblait même plus robuste, plus vif. Les contours de ses yeux étaient pourpres presque mauves Il parla avec une voix désincarné, on aurait dit que des voix de femmes, d'enfants et des cris d'animaux étaient mélangés dans un son rauque. Il leur dit :

« Je suis venu à vous pour préparer l'arrivée du maître. Il est satisfait de toutes les offrandes humaines que vous avez sacrifiés pour lui. Nous devons maintenant lui trouver un corps pour qu'il traverse le portail et prenne forme dans ce monde. Un corps puissant, le corps de quelqu'un qui connaît les arts mystiques. »

Le leader de la secte qui avait dirigé la cérémonie lui dit :

« Cette cité abrite l'un des 3 sanctuaires de la terre. Il y a toujours eut un gardien attitré qui veille sur chaque sanctuaire. Nous pourrions... »

L'entité l'interrompit d'un geste de la main :

« Oui… faîtes le… faîtes en sorte que cela arrive. »

…………………………

Brooklyn

Le nouvel appartement de Steve Rogers était aussi désœuvré que celui qu'il occupait avant-guerre. Il avait tenté de récupérer l'ancien, qui était malgré tout riche en souvenir pour lui. Mais il appartenait désormais à d'autres gens. Le mobilier de son nouveau lieu de vie était minable. Le rayonnage à livre contenait des bouquins sur la seconde guerre mondiale. Maintenant qu'elle était achevée, Rogers aimait à en lire des rétrospectives. Pas seulement parce qu'il avait été l'un des soldats de cette guerre. Mais aussi parce que ça lui rappelait des souvenirs. Il avait affiché des posters pour la décoration : une affiche de l'expo universelle de New York de 1943, une affiche de l'oncle Sam réclamant au passant qu'il s'engage dans l'US Army, tout en le pointant du doigt. Enfin une affiche promotionnelle de lui-même dans son tout premier déguisement de Captain America. Quand il était encore un élément de propagande faisant des tournées spectacles. L'affiche disait : Cap vous salut ! Au mur il avait aussi affiché des photos encadrées : lui et ses Howlings commandos. Lui et Bucky. Sur son bureau il y avait un classeur rassemblant les coupures de presse de ses anciens exploits. Il y avait également en dossier qu'il avait constitué au cours des mois, recensant plusieurs choses qui étaient survenu et qui avaient attiré son attention :

-Multiples enlèvements. On parlait de kidnapping mais personne n'avait jamais réclamé de rançons. De plus La plupart des victimes étaient des anonymes, des gens modestes, des désœuvrés, voir des clochards. Ce n'était pas pour leur fortune qu'on les avait enlevés.

-Multiples violations de sépultures. Des caveaux vandalisés, des tombes ouvertes, des cryptes mises sans dessus dessous. On dérobait cadavres sur cadavres. On soupçonnait nécrophages et nécrophiles. Personne n'avait prononcé le mots nécromancie.

-Multiples vols dans les bibliothèques de la ville, aussi bien bibliothèques publiques que riches collections privées chez les gens aisés. Dans ces cambriolages nocturnes, on n'avait jamais dérobé de l'argent ou autre choses que ces livres. Que des ouvrages occultes sur le mysticisme et l’ésotérisme.

Et tout ça en un mois. Personne n'avait fait le lien. Steve Rogers si, pour une seule raison. Pendant la seconde guerre mondiale, en affrontant HYDRA, il avait aussi affronté cette secte. Ils avaient bien faillit réussir leur coup. Il pensait que la secte n'avait pas survécu à la guerre, mais visiblement des membres survivants avaient fuit l’Allemagne pour se réfugier en secret à New York. Ils s'étaient fondue dans la grande foule, ils avaient attendus deux ans en secret qu'on les oublient. Et maintenant ils comptaient remettre ça. Ils accumulaient le matériel : sacrifices humains, cadavres et livres occultes. Rogers avait bien songé à avertir la police ou le SHIELD, ou n'importe quel autre autoritée, mais il savait déjà que personne ne le croirait. Lui même avait du mal à croire à l'incroyable, à l'inexplicable. Il avait longuement réfléchit à peser le pour et le contre. Il avait encore en mémoire ce shaman animiste qu'il avait croisé pendant la seconde guerre mondiale en Europe. Il lui avait expliqué à propos de la magie blanche. Il existait des adeptes. Ils gardaient des sanctuaires à travers le monde. Il y en avait un ici à New York.

………………………...

Greenwich Village

Rogers était parvenu jusqu'ici en prenant le métro. Il avait revêtu sa veste de costume marron et sa cravate sombre, vêtements du dimanche avec lesquels il pensait faire bonne impression. Tenue plutôt terne, mais qui convenait à Rogers le discret. Il portait sous le bras son dossier avec les événements étranges. Juste en voyant la façade de la grande maison, il avait comprit aussitôt que ça ne pouvait être que celle-ci. On aurait dit la retraite d'un architecte fou. Rogers sonna à la porte et attendit anxieux. Il n'avait jamais côtoyés des originaux qui prétendaient avoir des affinités avec les arts mystiques et tout cela lui semblait peu convenable. S'il était venu s'entretenir avec ces gens là, c'était par nécessité. Lorsqu'on lui ouvrit la porte, Steve annonça :

« Bonjour, pardonnez moi de vous déranger, mais j'aimerais savoir si c'est bien ici que vit le... »

Rogers regarda de droite à gauche pour vérifier qu'il n'y avait aucun passant pour l'entendre. Il trouvait gênant voir même peu sérieux de prononcer une appellation pareille.

« ...que… que vit… enfin ici que réside le… sorcier suprême ? C'est bien comme ça qu'on dit ? C'est vous ? Ou vous êtes un de ses… adeptes je suppose ? Voilà j'aurais besoin de m'entretenir avec lui. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Obscurantis Order (Dr Strange)   Jeu 2 Mar - 22:05

Docteur Strange, futur maître en arts mystiques, futur Sorcier Suprême de la Terre, futur plus grand sorcier de tous les temps et de cette dimension, accueille Captain America en tablier, les mains recouvertes de farines. Il se montre soulagé en reconnaissant enfin un visage connu, bien que le mot soit bien fort, puisqu'il ne l'a jamais rencontré directement.

"Venez!"

Le Docteur qui porte bien son nom, tire le plus grand soldat d'Amérique à l'intérieur de sa maison dont seule les personnes qui ont réellement besoin de lui peuvent trouver par eux- mêmes, sans se perdre. Il tâche au passage la manche de Rogers sans s'en rendre compte, l'emmenant dans la cuisine qui ressemble à un champ de bataille d'ingrédient. Des substances coulent un peu partout, bien plus en dehors de la table de travail que dessus, étrangement. Le lavabo n'est pas mieux, remplit de vaisselles utilisées à tort et à travers.

"Vous tombez vraiment bien, je vais avoir besoin d'aide! Mes mains ne veulent pas agir comme je le voudrais, un fâcheux accident qui les rend peut précis et maniables..."

Bien sûr, Steven Strange a bel et bien reconnu Steven Rogers, il n'en a juste pas grand chose à faire qu'il soit un héros national ou pas, il a FAIM. Le pauvre homme est venu lui demander de l'aide, mais il se retrouve à devoir rendre service à la place, à un parfait inconnu qui plus est. Quoi de mieux pour introduire la Strangeté du docteur? S'il n'y a que cela, si seulement. Le mage place un autre tablier autour de la taille et du cou du soldat, dont il attend qu'il se mette au travail pour répondre à ses questions.

"Je ne suis le disciple de l'Ancien, le Sorcier Suprême a quitté la résidence pour une durée indéterminée. Pourquoi le héros de cette nation viendrait demander l'aide du maître de cette maison?"

Puis quelque chose frappe l'esprit du mage, et par quelque chose j'entends sa mémoire: que fais Steve Rogers en 1947? Viendrait- il lui aussi du futur? C'est la possibilité la plus probable, il est porté disparu jusqu'en 2012. Strange pense donc avoir affaire à un Captain America de son temps, il voudrait lui poser quelques questions. Mais son esprit tactique lui ordonne de n'en rien faire, d'utiliser cette opportunité pour l'aider, afin d'obtenir plus facilement sa coopération. Un soldat tel que lui serait bien capable de garder des secrets sous le prétexte de protéger les États- Unis. Mais s'il lui est redevable, il sera bien obligé de lui parler. Ou tout du moins, la satisfaction qu'il gagnera à être aidé permettra à Docteur Strange de gagner sa confiance. Il décide donc de rajouter:

"Je... Je remplace le Sorcier Suprême, je suis en charge de ses affaires en attendant son retour. Laissez- moi vous aider, quel est votre problème?"
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 117
☆Age : 29
☆Localisation : Brooklyn


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Obscurantis Order (Dr Strange)   Sam 4 Mar - 8:49

Rogers s'était attendu à tout pour lui ouvrir la porte : un shaman shinto, un taoïste, une sorcière tzigane, mais pas à un cuisinier en effervescence. Il le suivit à la fois intrigué et étonné, il n'eut pas le temps d'aborder le sujet de sa visite que déjà il se retrouvait muni d'un tablier. Aider son hôte pour des tâches de cuisine ne le dérangeait nullement. Après tout Steve restait un de ces individu modeste et ordinaire, qui ne se formalisait pas de participer à ce genre de tâches. Mais il était pourtant indécis au milieu de cette cuisine, le regard ébahi et immobile à côté du seul résident de cette maison étrange visiblement. Il faut dire que cette cuisine de magicien, tenait plus du labo d'un alchimiste fou que d'un gastronome avertit. Oui il y avait bien des étagères contenant des boîtes de conserves, des condiments, des denrées classiques et tout ce qui fallait pour nourrir n'importe qui. Mais à côté… il y avait des étagères avec des bocaux numérotés d'étiquettes, dedans il y avait des glandes de reptiles venimeux. Steve vint lire les étiquettes avec un regard suspect : dans les bocaux il vit ça et là : du talc coloré, de l'écorce d'arbre, de la poudre de serpent, des plantes fongibles, du foie de tétraodontidé et même des membres d'un crapaud de mer géant. Bien entendu, on trouvait dans cette cuisine tout un assortiment de casseroles, de couteaux et autres ustensiles, mais on trouvait aussi des cristallisoirs, des verres gradués et des becs bunsen. On comprend les doutes de Rogers. Il ne savait dire si le résident de cette étrange maison souhaitait son aide pour finir de cuisiner son repas ou pour concocter avec lui une énième expérience sur la pierre philosophale.

En entendant la réponse du majordome de cette maison (Rogers en avait conclut qu'il devait être ça, il annonçait ne pas être le sorcier suprême et en plus il s'activait à des tâches ménagères) Steve repensa à la guerre. Lorsqu'il avait combattu aux côtés des forces anglaises sur le front Ouest, lui et les Howlings commandos avaient reçu l'aide d'un soldat étrange venu des Indes. Un brahmane hindouiste qui avait quitté sa propre communauté magique qu'il nommait « son ashram » afin de combattre en Europe. Ce mystique pouvait léviter dans le ciel et par ses pouvoirs étonnant, les avait aider à mettre en déroute une horde de sbires d'HYDRA. Le soir, autour du feu, l'homme leur avait expliqué être un fakir qui avait étudié une tradition mystique au Népal, celle de l'ancien. Il leur avait conseillé de se rendre là-bas ou dans l'un des 3 sanctuaires de la terre qu'il désignait à New York, Londres et Hong Kong, si jamais à l'avenir ils faisaient face à un problème magique ou mystique qui soit inextricable. C'est pour ça que Rogers s'était attendu à trouver un maître sorcier en train d'enseigner à une foule de disciples. Au lieu de ça, il était tombé sur un cuisinier/domestique qui était le seul résident de l'immense maison. Mais puisque celui-ci prétendait remplacer le Sorcier Suprême en attendant, autant lui avouer le motif de sa venue. Steve vint le rejoindre à son plan de travail dans la cuisine, s'interrogeant sur ce qu'il comptait cuisiner (ou concevoir dans un but alchimique…).

« Eh bien à vrai dire, je ne suis pas vraiment « le héros de la nation » comme vous dîtes. Comme la guerre est finie, je n'ai plus besoin du costume. Même si je fais encore partie de l'US Army (plus à titre honorifique qu'autre chose), je serais sans doute démobilisé bientôt et je pourrais revenir à la vie civile. Mais je viens vous voir parce qu'il y a quelque chose qui me dépasse, et si j'en informai les autorités, personne ne me croirait. »

Rogers s'interrompit en apercevant une vitrine dans la cuisine. Elle contenait des couteaux japonais pour découper le poisson en sashimi, sushi et autres expédients, sauf que les crosses des lames étaient gravées de runes ésotériques. Mais c'est qu'il y avait des vitrines partout dans cette maison ! Déjà qu'en arrivant dans le hall, avant d'être entraîné dans la cuisine, il avait aperçut plusieurs vitrines contenant des masques aztèques, ayoubides, yamato et khmers. Sans parler d'une vitrine contenant des parchemins recouverts d'une écriture incompréhensible.

« J'ai besoin de votre Sorcier Suprême pour consulter la bibliothèque de cette maison. Je cherche des choses sur une secte assez ancienne d'après ce que j'en sais. J'ai eut affaire à elle pendant la guerre. Elle se dissimulait parmi les notables du 3ème Reich. Ses membres étaient dans la SS, l'institut du cerveau et d'autres façades d'institutions médicales. Elle travaillait à ses propres objectifs, tout comme HYDRA. Je pensais que cette secte avait disparut à la chute du régime. Mais je pense qu'ils ont fuit Berlin, pour s'installer dans New York. »

Rogers avait scruté le seul membre de cette maison, se demandant bien pourquoi le Sorcier Suprême l'avait chargé de surveiller ses affaires et de gérer la maison sanctuaire en son absence.

« Vous ne pouvez pas contacter votre supérieur ? Ou me dire où il est partit ? Comprenez que je ne connaît rien à son… domaine d’expertise. Et qu'il est la seule personne à pouvoir faire quelque chose. La secte occulte est en train de préparer un sale coup, j'en ai la certitude. Je veux bien vous raconter ce que je sais sur ces gens, ça sera assez long. Mais sans le Sorcier Suprême, nous ne pourrons pas aviser et faire grand-chose. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Obscurantis Order (Dr Strange)   Lun 6 Mar - 23:28

"C'est de l'étrange dont vous voulez me parler, Captain? ça tombe bien, je me nomme Docteur Strange, à votre service. Avec un tel nom, vous vous doutez que c'est mon rayon."

Dis- je avec un certain humour à la réponse de Rogers, qui ne manquait pas d'explications dont je me fiche totalement. Qu'il soit héros de la nation ou pas, mobilisé ou pas, tout ce qui m'intéresse est d'obtenir son aide d'une manière ou d'une autre. Une chose me gêne cependant: le Captain America que les New-Yorkais connaissent n'abandonnerait jamais les citoyens pour devenir un simple civile. Pas après avoir repoussé une invasion extraterrestre, démantelé une organisation secrète maléfique et détruit une intelligence artificielle démoniaque. Quelque chose ne va pas avec ce Rogers, est- il vraiment celui de mon époque? Ce serait étonnant qu'il en soit autrement, son réveil serait bien trop en avance... Je ne sais toujours pas quoi penser, je ne peux que continuer mon petit jeu jusqu'à découvrir par moi- même le fin mot de l'histoire.

Le jeune homme s'interrompt et détourne légèrement le regard vers une vitrine, avant de revenir vers moi. Il avoue vouloir consulter la bibliothèque, afin d'avoir des informations sur une secte ancienne ayant infiltrée les Nazis par le passé. Cet homme fait pas mal d'amalgames, je vais devoir corriger son ignorance avant de pouvoir l'aider. Comme l'Ancien l'avait fait pour moi. Je ne réponds rien, l'écoutant parler, jusqu'à ce qu'il finisse.

"Pour commencer, je n'ai pas de supérieur. Je suis le Docteur Strange et je travaille à mon compte. J'ai un maître qui m'enseigne la magie, mais c'est tout. Ensuite, c'est ce maître qui est le Sorcier Suprême, pas le propriétaire de cette maison."

Rogers ne semble pas prêt de m'aider à me nourrir, il reste planté là, fixant les alentours avec ses yeux de chaton perdu. Je soupire d'exaspération, je ne peux donc compter que sur moi- même. Je sors de la cuisine après avoir lancé mon tablier sur une chaise, remettant le repas à plus tard.

"Asseyez- vous, Captain."

Dis- je en montrant un fauteuil du salon, avant de m'asseoir en face de lui, sur un meilleur fauteuil.

"Le Sorcier Suprême a bien mieux à faire je pense, que de s'occuper d'une simple affaire. Il doit... Protéger le monde, probablement. Le Maître Sorcier protégeant cette maison l'assiste, vous n'aurez donc que moi. Faîtes- vous y."

Je n'ai aucune idée d'où est l'un ou l'autre, et encore moins leurs rôles en tant que sorciers. J'ai inventé cette histoire de sauvetage du monde, en me basant sur la nature héroïque profonde de Rogers, espérant qu'il lâchera l'affaire. Je le trouve déjà assez peu sympathique comme ça pour ne pas qu'il cherche constamment à me rabaisser sous prétexte que je ne porte pas le mot "Suprême "dans mon titre honorifique. N'est- ce pas le docteur qu'on vient voir quand on a des ennuis médicales? Autant, donc, venir voir un docteur magique pour les problèmes magiques.

"Je vais vous aider à trouver ce que vous cherchez, puis à arrêter les criminels en question. Ou vous pouvez passer la porte de sortie et ne plus jamais revenir. C'est votre choix."

L'amabilité m'a totalement quitté, j'étais déjà bien bas quand j'ai rejoint Kamar-taj, maintenant que je suis perdu dans le temps, mon humeur est bien plus exécrable. J'ai l'impression qu'on s'acharne sur moi, la vie elle- même me rejette. Je tends les mains pour les ramener vers moi, rapprochant par l'esprit le fauteuil du Captain. Puis, je pose mon pouce sur son front.

"Remémorez- vous vos souvenirs de cette secte, absolument tous les détails que votre esprit en a gardé; Je vais faire une petite recherche google psychique dans votre esprit qui va automatiquement trouver le livre le plus complet sur votre sujet. Attention, ça risque de donner le tournis."

Puis, je récite une phrase en latin pour enclencher le sort, une lumière jaune illumine mon pouce. Lumière qui projette des fils vers la bibliothèque, fils qui parcourent les étagères en faisant une sorte de scan de chaque livre. Du bruit se fait entendre dans une pièce à côté, avant qu'un livre relié à un fil de lumière n'en sorte en se dirigeant rapidement vers nous. L'objet s'arrête entre nous deux, avant de se poser délicatement sur la table basse.

"Bien. Ce que vous cherchez est là- dedans. N'hésitez pas à me résumer les informations importantes, Captain."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 117
☆Age : 29
☆Localisation : Brooklyn


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Obscurantis Order (Dr Strange)   Mar 7 Mar - 10:36




Obscurantis Order
Dr Strange • Steve Rogers
En entendant le nom de son interlocuteur, Steve se demanda s'il était sérieux ou se moquait de lui. En revanche lui, il le connaissait de vue car il l'avait appelé Captain. Il n'avait donc pas besoin de se présenter. Steve se demandait quand même si l'autre était vraiment docteur. Il avait plus l'accoutrement d'un charlatan que d'un vrai médecin. Sans doutes qu'il s'agissait d'un de ces ahuris excentriques, qui avait obtenu un diplôme par correspondance en herboristerie ou médecine taoïste. Nul doute qu'il s'était autoproclamé « Docteur » suite à ça. Le fâcheux lui expliqua en détail sa position et sa situation, au sein de cette hiérarchie que Steve ne connaissait pas. Il allait devoir faire une croix sur le Sorcier Suprême et s'en remettre à cet espèce de désobligeant. Rogers suivit son hôte dans le salon et s'assit sur le fauteuil lorsqu'il l'y invita avec suffisance. Rogers était trop intrigué par la décoration pour se formaliser de l'arrogance du prétendu docteur. La maison tenait décidément plus d'un magasin d'antiquité, que d'un centre spirituel magique. Observez ces tapis persans de Chiraz et d'Ispahan partout sur le sol. Matez ces bonzes bouddhistes et ces statues Khmer alignés contre les murs, de la même façon qu'un aristocrate anglais aurait aligné des armures de chevaliers du moyen-âge. Visez ces miniatures Yamato et ces colifichets Incas dans les vitrines. Appelons ça ésotérisme élégant. Il avait du falloir des années et des années pour accumuler autant d'artefacts et d'objets anciens. Mais Rogers soupçonnait que ce n'était pas ce quidam propre sur lui qui avait réunit tous ces objets au cours des ans. Sa famille peut-être ? Avait-il hérité de la maison ?

"Je vais vous aider à trouver ce que vous cherchez, puis à arrêter les criminels en question. Ou vous pouvez passer la porte de sortie et ne plus jamais revenir. C'est votre choix."

Rogers fronça les sourcils. L'individu brillait peut-être par son mysticisme, mais pas par son tact. Il commença à se demander si ceux de sa confrérie magique, ne l'avaient pas sciemment mit tout seul pour veiller sur cette maison, afin de se débarrasser de lui et de son manque de cordialité criant.

« Très bien, abrégeons, je ne voudrais pas abuser de votre temps. »

Et c'est alors que son hôte fit rapprocher le fauteuil et Captain assis dedans vers lui même, par la seule volonté d'un geste télékinésique. Steve en resta abasourdit. Il n'avait jamais cru à l'inexplicable, pour lui il existait, mais était surtout dû à la science dévoyé, comme ce qu'avait fait Hydra. Le mystique posa un pouce sur son front en lui demandant de passer ses souvenirs en revue à propos de cette secte. Pendant un bref instant Rogers essaya de se demander comment l'étrange individu avait obtenu ses pouvoirs : chirurgie du cerveau ? Nouveau procédé électrique ou chimique conçut par un inventeur fou ? Après tous les savants d'Hydra avaient bien tenté une telle chose autrefois. Cap repensa à la secte comme il le lui avait demandé. C'est avec effarement qu'il vit le procédé lumineux émaner des mains du magicien, pour s'en aller obtenir un livre qui vint atterrir devant eux. Rogers le prit et consulta la toute première page.

« Euh… je ne pense pas être en mesure de démêler ce qui est écrit. Ça a beau être en anglais, c'est écrit dans un langage alambiqué et assez obscur. Si vous me permettez je vais vous détailler ce que je sais à propos de cette secte. Vous comprendrez mieux. »

Et Rogers lui expliqua. Il se remémora ses souvenirs. Il parla pendant plusieurs minutes.

…………………………

Cette secte, c'était Obscurantis Order. Ils étaient présent dans l'ombre du Reich. De même qu'ils avaient du faire face aux hordes de soldat d'Hydra, Captain et ses Howlings Commando avaient du faire face aux « sorciers » aux pouvoirs mentaux extralucides d'Obscurantis Order sur le front. Le problème de cette secte, c'était qu'ils se dissimulaient dans le nouvel ordre hitlérien : institut du cerveau à Berlin, hiérarchie SS, centre de recherche sur l'eugénisme et plan de germanisation des terres Slaves. Bien que 10 fois moins nombreux qu'Hydra, ils étaient partout. L'OSS, les services secrets américains, ancêtres de la CIA, et le MI-6, les services secrets britanniques avaient prit la menace au sérieux. Ils avaient enquêtés. Vers la fin de la guerre, on avait réussit à établir le passé d'Obscurantis Order.

1876. Munich. Un astronome férue de spiritualité et d'occultisme nommé Reiner  Lohman fonde une société secrète. Il est persuadé avoir trouvé un arrière-monde au-delà du cosmos. Il se proclame grand assesseur et réunit ses adeptes à la nuit tombée dans les bois de Bavière. Ils pratiquent des sacrifices humains. Ils réunissent des livres occultes révélant un savoir dangereux et interdit. Ils parviennent à invoquer l'esprit d'une chose ancienne et au-delà de toute compréhension. Ils jurent loyauté à l'entité si elle leur procure son pouvoir. Ils ouvrent ainsi un portail vers un autre monde. Reiner Lohman le gourou qui a juré allégeance à la chose, parcours une contrée metaphysique et onirique. C'est un endroit terrible. Il parcours les marécages noires et les eau saumâtres sous un soleil pourpre. Il avance à travers la désolation perverti et en revient avec les yeux nimbés de violet. Il revient dans notre monde et explique à ses fidèles qu'il a bien voyagé à travers les étoiles mortes, dans un endroit au-delà du temps et de l'espace, de toute compréhension. Malheureusement pour Reiner, sa secte va trop loin dans les enlèvements et les sacrifices humains. Ses adeptes sont tous pourchassés et incarcérés les uns après les autres dans des asiles psychiatriques. Lui même sait qu'il doit disparaître avant qu'on ne découvre qu'il est le gourou. Il donne alors des instructions pour l'entretien de ses biens après sa mort. Puis grâce à une incantation il place son corps dans une profonde torpeur. A l'abri, dans le caveau familial, sous les fondations de sa maison. Dans cet état surnaturel de sommeil, il reste indéfiniment dans le monde de sa divinité. Son corps ne vieillissant pas et n'ayant pas besoin d'être nourri. La police enquête sur la disparition de Lohman, il semble s'être volatilisé. Même si son domaine est entretenu selon les instructions qu'il a laissé derrière lui. Il est officiellement déclaré mort en 1890. Obscurantis Order tombe dans l'oublie. Puis sa divinité décèle quelque chose qui arrive. Elle dit à Reiner : il est temps, ton heure est arrivé. Tu va pouvoir préparer mon avènement sur terre. Reiner Lohman se réveille de son sommeil sans fin dans la nuit du 30 janvier 1933, alors qu'Hitler vient d'être nommé chancelier. Le gourou recréé sa secte. Il se fait une place dans le Reich pour lui et ses adeptes. Ils attendant la guerre. La mort va frapper, l'époque et la puissance idéale pour invoquer le maître et le faire entrer dans notre monde. Ils sont sur le point d'y parvenir en 1945. Captain America et les Howling Commando les mettent en déroute, une semaine plus tard, Cap disparaît dans l'Atlantique Nord après avoir vaincu Crâne Rouge et l'avoir empêché de réduire en cendre toute la côte Est des USA. On croit Obscurantis Order disparut avec la chute du régime nazi. Le survivants ont juste fuit. Reiner Lohman aussi. Steve pense qu'ils se sont réfugiés dans le seul endroit où personne n'ira jamais les chercher : New York, au cœur même de l'ennemi américain qui les as entravé 2 ans plus tôt. Ironie de la revanche. New York sera la première à y passer lorsque leur dieu arrivera.

Les services secrets américains et britanniques avaient découverts ceci en 1945: d'autres sectes à travers le monde pratiquaient des sacrifices humains, avec des rituels similaires. Leurs membres se retrouvaient parfois avec des yeux nimbés de pourpre et de violet. Au coeur de l'Amazonie on adorait la chose sous la forme d'une langue sanglante. Les indigènes au Kenya lui vouent un culte sous la forme d'une tête et l'appellent le seigneur de la mort. Dans les plaines de Sibérie, les Ingouches l'adorent sous la forme de la lune noire. Les shamans d'Indonésie en ont fait le sang rampant. Les radicaux taoïstes de Mongolie en ont fait le seigneur des ténèbres, etc. Obscurantis Order en Europe en avait fait le seigneur du chaos. Toutes ces sectes à  travers le monde ignoraient en fait qu'elles adoraient un même et unique dieu mais sous une forme différente, elles ignoraient qu'elles vénéraient sous différents noms son royaume, le même lieu dans un autre monde. Mais elles n'en travaillaient toutes pas moins en secret à l'avènement de leur dieu sur terre.


…………………………

« Voilà vous savez tout. Je pense qu'Obscurantis Order est toujours là tapit quelque part, que Reiner Lohman leur sorcier se dissimule dans New York. Je croit que si on arrive à savoir quel est le dieu maléfique que toutes ces sectes adorent sans le savoir à travers le monde, et quel est l'espèce d'endroit où il est sensé résider, ça sera déjà un début pour savoir ce que nous concocte Obscurantis Order. Et votre foutu livre que vous avez amené grâce à votre pouvoir ne fait que parler sur sa première page d'un certain « Dormammu » et d'une certaine « Dimension Noire » as votre avis, c'est dangereux ? Ça veut dire quoi ? Vous ne pensez pas qu'on aurait besoin du Sorcier Suprême ? »
Fiche codée par NyxBanana


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Obscurantis Order (Dr Strange)   Mer 8 Mar - 9:43

Dormammu... Pourquoi ce nom me dit quelque chose? Je devrais m'en rappeller, je n'oublie jamais rien avec ma mémoire photographique. Une seule explication est possible: je l'ai refoulé. Or, un seul événement aurait pu m'amener à un tel oubli... Ma visite de la dimension obscure, ce doit etre la fameuse dimension noire du Captain. Mes poils se hérissent sur ma nuque, le sentiment que je ressens en ce moment n'est autre que la peur. Je me suis déjà retrouvé face au maitre de cet endroit désolé, Dormammu. Je ne veux plus y retourner. Cependant, c'est surement le seul endroit où je peux trouver la réponse à la question: comment rentrer à mon epoque? Je reste silencieux un moment après les questions de mon invité, perdu dans mes combats internes, mais je finis par revenir sur Terre.

"L'adjectif qui qualifie cette dimension ne laisse aucun doute à sa dangerosité."

Je me lève, l'air troublé et perdu contenu par un masque d'indifférence feinte. J'essaie de ne pas trembler des bras en m'appuyant sur les accoudoirs pour me relever, c'est un effort qui n'a rien à voir avec mes mains en mauvais état. J'ai la nausée, je ne veux pas rester là... Je ne veux pas continuer. Je veux juste partir de cette maison sans me retourner, oublier la magie, les dimensions parallèles et cette époque. Mais une chose énigmatique en moi me pousse à refreiner ma terreur, je lutte inexplicablement pour rester et me battre.

"Le Sorcier Suprême pourrait facilement s'en occuper, c'est vrai."

Sa remarque est juste, je voudrais oublier mon plan pour réellement faire appelle à l'Ancien. Ma voix ne tremble pas, alors que mes entrailles se resserrent et que j'accumule intérieurement tous les signes de la défaillance. J'ai acquis l'habitude de faire illusion par l'apparence, à force de donner des discours devant d'innombrables confrères. Il m'est même arrivé de faire des conférences complément bourrés. Personne n'a jamais rien remarqué.

"Mais peut-on vraiment attendre qu'il revienne, au risque que les victimes se multiplient?"

Je suis sincère cette fois, je vis ici depuis quelques semaines, faisant des allers-retours entre Kamar-taj et le Sanctuaire, et il n'y a aucun signe d'un quelconque autre magicien, encore moins de l'Ancien. Rien ne dit que les choses vont changer.

"Je ne suis pas aussi compétent que mon maître, mais je peux vous promettre de mettre toutes mes habiletés à votre service, pour arrêter cette secte malfaisante."

J'ai dit des paroles similaires la première fois que j'ai opéré une personne considérée par mes confrères et la médecine de l'époque comme inopérable, contre leurs avis bien évidemment. C'était avant que je ne sélectionne mes cas en fonction de l'intérêt pour ma carrière, avant que mon succès face à l'impossible ne façonne ma notoriété que je finis pas bien plus apprécier que de sauver des vies au sens le plus large (aider un handicapé à utiliser ses membres à nouveau lui rend la vie après avoir été brisée, à mon sens.). Avant que je ne devienne l'égocentrique que je suis.

"Une chose est sûre Captain, les adeptes ne seront capables de rien tant que les Sanctuaires seront debout. Or, je ne compte pas laisser qui que ce soit detr..."

Soudain, ma cape me propulse à travers la pièce, passant la porte de la bibliothèque au moment où une roquette traverse un mur en l'explosant. Je roule par terre, puis me relève pour revenir dans la salle de séjour. Elle est encore en état, seule une petite zone du côté de l'explosion est détruite.

"Captain! Vous allez bien?"

Des bombones de gaz sont lancées par l'ouverture forcée, gaz qui se répend. Dans quelques secondes, une escouade d'adeptes va entrer, armée jusqu'aux dents. Cette technologie qu'ils utilisent a été volée à Howard Stark, comme beaucoup d'autres, et mise sur le marché noir il y a peu.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 117
☆Age : 29
☆Localisation : Brooklyn


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Obscurantis Order (Dr Strange)   Mer 8 Mar - 18:21




Obscurantis Order
Dr Strange • Steve Rogers
Rogers était partagé en écoutant les déclarations du sois-disant Docteur (Steve soupçonnait fortement que c'était bien un diplôme bidon obtenu par correspondance qui lui avait valu ce titre). D'un côté il avait espéré trouver une aide de plusieurs personnes versées dans le mysticisme. Il ne voulait pas se contenter uniquement de ce sinistre individu pour faire face au reliquat d'Obscurantis Order dans New York. Mais d'un autre côté, les paroles poignantes de Strange, qui lui promettait son aide, quelque soit ses modestes limites pour apporter son concours, l'interpellaient. Après tout Rogers lui même avait débuté ainsi. L'individu isolé qui voulait s'engager pour s'impliquer. C'était une autre époque, mais avec ce souvenir de lui-même, il ne sous-estimait pas l'aide proposé par une seule et unique personne. Pour la première fois de leur rencontre, Steve offrit un sourire au mystique et le considéra autrement que comme un emmerdeur nonchalant. Strange ajouta quelque chose, estimant que la secte occulte ne pouvait frapper si les sanctuaires (ce concept échappait à Steve et il se demandait de quoi il parlait) n'étaient pas détruits. Il ne put finir sa phrase. Un projectile traversa la pièce avec puissance pour s'écraser dans le mur avec une explosion assourdissante. Le souffle de l'impact souleva Rogers de son fauteuil. Il se retrouva propulsé à travers le salon. Ses réflexes affûtés, dus au sérum de super-soldat du professeur Erskine lui firent discerner les éclats de verre des vitres qui volaient à travers la pièce au dessus de sa personne. Il s'écrasa avec fracas contre le mur dans un choc sourd et retomba lourdement sur le plancher. Rogers se releva hagard mais indemne, là où d'autres auraient déjà été assommé ou blessé. L'effet régénérescent du sérum d'Erskine faisait déjà son effet. Il tituba et croisa Strange venu s'enquérir de son sort. La fumée qui envahit la maison. Là dehors des cris qui retentissent. Steve ne pu s'empêcher de penser : c'est 1944 qui recommence. Impacts de tirs, Rogers retrouva ses bons vieux réflexes et ses bonnes vieilles sensations d'un champ de bataille. Il attrapa Strange et plongea à terre avec lui après avoir renversé une table en chêne d'un coup de pied, pour leur servir de couverture.

« Vous avez un contentieux avec le voisinage ou c'est bien ce que je pense ? »

Et Cap se remémora les dangers auxquels il avait du faire face lorsqu'il avait affronté les sorciers d'Obscurantis Order pendant la guerre. Lorsqu'ils utilisaient des armes à feu ça allait. Après tout c'était sa partie, il était un soldat. Mais lorsqu'ils se risquaient à utiliser le savoir interdit de leur culte, les choses tournaient quasiment au cauchemar. Ils étaient capable d'inscrire un pentacle sur le sol qui faisait office de cercle nauséeux. Toute personne qui entrait dedans se retrouvait prit de nausées et de terribles douleurs. Certains des cultistes déments d'Obscurantis Order étaient assez fou pour invoquer des horreurs et des créatures de la Dimension Noire. La mocheté fondait du ciel ou surgissait du sol par une faille qui s'ouvrait en dévastant le mobilier. Mais finalement peu d'adeptes s'y risquaient, car les bestioles, quel que soit leur forme, s'attaquaient aussi bien à leurs ennemis… qu'à leurs invocateurs. Les plus doués des fanatiques de Dormammu, étaient capable d'infliger à leurs cibles d'horribles hallucinations. Quand à Reiner Lohman en personne, la rumeur disait que le gourou maîtrisait l'hypnotisme et la déflagration mentale à un niveau inédit. Mais Steve n'avait jamais été témoin de ça. Les rares fois où il avait croisé le leader de la secte sur le front, celui-ci l'avait dédaigné et envoyé ses sbires contre lui. Les tirs de fusil arrosèrent le salon, faisant exploser vitrines sur vitrines. Une étagère de livres se renversa avec son contenu. Un lustre s'écrasa au sol. Steve pesta intérieurement. Il n'avait pas son uniforme de combat et surtout il n'avait pas son fameux bouclier. La seule force de ses poings et sa résistance physique ne suffirait pas à contenir l'assaut. Il observa tous les nombreux objets antiques et artefacts du décor démoli. L'idée fit aussitôt son chemin. Il demanda à Strange :

« Dîtes, je sais que vous allez trouver ça bizarre, mais… vous n'auriez pas un bouclier qui traîne dans toute votre collection ? »
Fiche codée par NyxBanana


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Obscurantis Order (Dr Strange)   Mer 8 Mar - 19:36

"J'ai bien des ennemis, mais aucun de cette époque ni d'assez stupide pour utiliser un lance- roquette en plein jour, devant tout le monde..."

Je ne me suis pas rendu compte avoir lancé cette réplique, ne me doutant pas que Rogers n'y comprendrait probablement rien. Les tirs fusent bientôt, ma cape s'enroule et se place devant moi pour faire bouclier aux balles. Je ne peux m'empêcher de fermer les yeux en levant le bras, comme si c'est utile.

"Captain! Vous êtes le soldat, faîtes quelque chose!"

Sa réponse me fait sourire légèrement, j'oubliais qu'il a ce genre d'arme fétiche pour se battre habituellement. Le fameux bouclier du Captain America, qui participe à sa notoriété depuis le début du siècle, à savoir l'époque où je me trouve.

"Si ce n'est que ça, j''ai quelque chose qui devrait vous plaire, Captain!"

Ma cape n'est pas seulement vivante, protectrice et capable de me faire voler. Elle est aussi un lien direct entre moi et cette demeure magique, notamment les artefacts qui s'y trouvent. On peut dire qu'il est le documentaliste de cet endroit. Je plonge ma main à l'intérieur du vêtement pour en ressortir un gantelet stylisé que je lance au héros. Dès qu'il revêtira la relique, des éléments s'étendront à son bras, jusqu'à l'épaule, pour protéger protéger cette partie du corps. L'armure complète ne lui servirait à rien. Un bouclier se formera ensuite au- dessus de son poignet, un bouclier rond. Celui- ci a quelques particularités: grandir pour pouvoir protéger plus d'une personne à la fois sur commande, repousser les projectiles peu importe sa taille, tant qu'il touche une partie au moins du métal, et enfin, revenir vers l'envoyeur. J'ai étudié chaque objet de ce lieu pour n'avoir aucune surprise, surtout les mauvaises. Je suis assez fier de mon initiative, pour le coup motivé toutefois par la simple curiosité et la prudence.

Je profite que Rogers tienne occupé les assaillants pour quitter le Sanctuaire par une fenêtre et me retrouver dehors, juste devant la façade. Des mages de la secte sont devant la maison, préparant un sort assez puissant pour détruire la demeure d'un coup. Je comprends maintenant pourquoi ils ont envoyés les soldats à moi: ils savaient que je sentirais le coup venir et viendrais les arrêter. Ils ne s'attendaient pas à ce que je sois accompagné du plus fort soldat du pays, si ce n'est du monde actuel. Je peux m'occuper d'eux sans me préoccuper du reste, grâce à Rogers. Je déverrouille l'oeil d'Agamotto pour pouvoir puiser la puissance de la pierre magique brillante. Je pose mon bras droit tendu sur ma main gauche, paume droite tournée vers les criminels. Je deviens alors le vecteur de l'énergie du temple d'Agamotto qui quitte mon corps par la paume de ma main droite sous forme d'un rayon vert destructeur. Rayon qui touche le sort en l'explosant, les mages sont envoyés dans le décor par le souffle de la déflagration.

Je m'affaiblis d'un coup, une faim de loup me tiraille le ventre, alors que ma tête me fait un mal de chien. J'en ai trop fait. Le plus important: j'ai arrêté les sorciers, ils ne bougeront plus pour un moment. Comment s'en sort mon nouveau coéquipier? Je reviens à l'intérieur pour le constater de mes propres yeux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 117
☆Age : 29
☆Localisation : Brooklyn


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Obscurantis Order (Dr Strange)   Dim 19 Mar - 14:17




Obscurantis Order
Dr Strange • Steve Rogers
Rogers fut complètement ébahi en apercevant la cape de Strange faire son office. Ce foutu vêtement rouge criard faisait rempart contre les balles ! Il se crut le jouet d'une hallucination. Il avait déjà vu son hôte faire preuve de télékinésie un peu plus tôt dans leur conversation avec le fauteuil. Mais là ça dépassait l'entendement. Si même les fringues du Docteur étaient magiques, il ne savait plus quoi faire. Steve suivit du regard la… chose, enfin la cape, après que le sorcier lui eut ordonné d'aller lui chercher le bouclier demandé. Steve s'interrogea, si l'artefact qu'on allait lui ramener était aussi magique et avait une volonté propre comme la cape du magicien ! Il se retrouva doté d'un espèce de gant médiéval qui faisait apparaître un bouclier antique. Pas du goût de Rogers, mais peu importe, on ne choisissait pas toujours ses armes dans le feu du combat. Il laissa Strange derrière lui, sautant par dessus la table pour foncer sur l'ennemi dans une mêlée furieuse. Les balles de ses assaillants ricochèrent sur le bouclier. Cap abrité derrière lui pensa : pas mal, mais ça ne vaut pas le mien, surtout pour les couleurs. Le bouclier de la collection de Strange était de couleur acier terne. Rien à voir avec le rouge, blanc, bleu américain de son propre bouclier en vibranium. Soudain le bouclier se modifia, comme s'il avait perçu les pensées de Rogers, il afficha une nouvelle parure. En moins d'une seconde le bouclier adopta les couleurs de la bannière de l'Oncle Sam. Et cerise sur la gâteau, en son centre, au lieu de l'étoile blanche habituelle de Cap, apparut un aigle tenant dans ses cerfs du laurier. Le même symbole que sur le tapis du bureau ovale de la Maison Blanche. Avec une telle apparence, même les sbires d'Obscurantis Order cessèrent de tirer et observèrent décontenancé le bouclier occasionnel de Captain America. Pour la première (et peut-être dernière fois) de sa vie, Rogers pensa : la magie a du bon.

Ses ennemis reprirent leurs tirs, Rogers slaloma à travers le salon au milieu des tirs, esquivant les impacts ou les encaissants avec son bouclier. Les projectiles défoncèrent les meubles, firent s'écrouler des tableaux, explosèrent des vitrines, brisèrent des vases chinois, déchirèrent tapis et rideaux, réduisirent en miettes des lattes en bois sur le plancher et provoquèrent des chutes d'étagères. Le salon de Strange n'était plus que débris, choses brisées et carnage. Rogers atteignit ses rivaux. Il s'engagea dans un pugilat confus avec eux. S'ensuivirent crochets du gauche brutal, coup de bouclier précis, hatémis, direct violent et uppercut bien sentis que Rogers distribua avec vigueur alors que Strange au dehors s'occupait des mages. Captain America les envoya tous au tapis, les laissant assommés et perclus de coups. Soudain le temps sembla s'arrêter et fit marche arrière. Rogers se retrouva stupéfait à produire les mêmes gestes mais à l'envers. Ses adversaires se retrouvèrent à nouveau debout. Les meubles, les lustres, les vases et les vitrines reprirent leurs places intact, sans aucun dégâts, dans une sorte de marche arrière inattendus. Cap se retrouva à la case départ, exactement comme les criminels d'Obscurantis Order qui se regardèrent stupéfaits. Ils n'avaient plus de nez cassés, de côtes endoloris ou d'oeils au beurre noir. Toutes les blessures que Captain America leur avaient infligés étaient guéris. Ils en étaient encore à se demander ce qui s'étaient passés, offrant un bref répit à Steve, lorsque Strange fut de retour pour voir comment s'en sortait Rogers. A cause de ce retour en arrière imprévisible, c'est comme si rien ne s'était passé depuis que le sorcier avait quitté la pièce pour s'en aller affronter les mages dehors. Cap était au même endroit. Les sbires étaient au même endroit. Tous dans la même position. Rogers fronça les sourcils et fusilla le sorcier du regard. Il lui demanda suspicieux :

« Dîtes-moi Docteur, par le plus grand des hasards, vous n'auriez pas activé un artefact ou une autre de vos babioles qui a un certain effet sur le temps ? Non parce que pendant que vous étiez ailleurs à faire je ne sais quoi. Il semble qu'il y ait eut un… effet secondaire ici, si vous voyez ce que je veux dire. »

Les sbires recommencèrent à tirer. Cap soupira en s'abritant derrière son bouclier du moment :

« Et c'est repartit. Bon j'y retourne, mais ne me donnez pas de coup de main. Surtout pas… J'ai eut mon lot de bizarreries pour la journée. »

Et il fonça à nouveau sous les tirs. A nouveau le mobilier explosa, le plancher fut éventré, les vases et les vitrines se décomposèrent en charpie, etc. A nouveau Cap bondit au milieu d'eux, mais cette fois, les sbires connaissant la suite douloureuse pour eux, s'étaient empressés de décamper. Ils avaient invoqué un sort. Une faille violette et brumeuse apparut. Une bestiole en sortit en sautant. Elle s'écrasa sur le sol en laissant une marque baveuse. La chose avait une paire de dents digne d'un fauve. Elle avait des griffes partout, elle gronda, les murs en tremblèrent. Rogers recula alors que son ombre le recouvrait. Il lança :

« Euh… Docteur ? Je retire ce que j'ai dis. »
Fiche codée par NyxBanana


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Obscurantis Order (Dr Strange)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Obscurantis Order (Dr Strange)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Abortion rights activist Dr. Morgentaler named to the Order of Canada
» 07. Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde
» You met me at a very strange time of my life. |-| w/ Harley Teller
» STRANGE/ COMICS/ BD SUPER-HEROS EN GENERAL
» * Strange Scotland •• Time OF Maraudeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Temporus :: Archives :: Archives :: RPS finis-