Partagez | .
 

 Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Super-Vilain



☆Paroles Échangées : 104


Marvel Temporus
MessageSujet: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 1:57


Loki Laufeyson
Nom: Laufeyson prénom(s): Loki Surnom(s) God of Mischief, God of Evil, Prince of Evil, the Son of Secrets, the Maker of Mischief, the Sly One, the Lord of all Liars, Sly-God,Shape-Changer, Wizard of Lies, Loki Trick-Skin et bien d'autres âge trop vieux que pour être compté Date de naissance: bien trop lointaine que pour être nommée lieu de naissance: Jotünheimr origines: Jotünheimr statut matrimonial: marié orientation sexuelle: pansexuel étude/métier: Prince d'Asgard, Grand Sorcier pouvoir: Malgré ses origines de géant du froid, Loki conserve des aptitudes plus proches des Asgardiens. Ainsin il possède une force surhumaine lui permettant de soulever jusqu’à 50 tonnes. Son corps est trois fois plus dense que celui d’un midgardien, ce qui le rend réellement plus lourd qu’il n’en a l’air. Sa constitution est aussi largement supérieure à celle d’un humain lambda, lui permetant par exemple de recevoir des balles de haut calibre sans broncher, tomber de grandes hauteurs, résister à des impacts puissantes ou encore de résister à une exposition à des températures extrêmes. Comme n’importe quel Ase, Loki possède un facteur guérisseur qui lui permet de se remettre plus rapidement d’une blessure qu’un midgardien. Ce mécanisme de défense implique aussi son énergie magique qui fait de lui quelqu’un de difficilement abattable. En tant que géant des glaces, Loki possède une endurance hors normes. Mais cessons de parler de ses aptitudes naturelles, parlons un peu de magie. Loki est un grand sorcier, connu de tous pour ses dons. Au fil des siècles, le sorcier a appris à maîtriser un grand nombre d’habilité mystique. Il peut utiliser sa magie pour augmenter ses compétences naturelles comme sa rapidité, sa force ou son endurance. Télékinésiste, il peut influencer le mouvement des objets et des gens par son esprit. D’un point de vue plus offensif, il sait générer des tirs énergétiques d’une force assez impressionnante et générer des boucliers défensifs. Il est capable d’interférer sur les aptitudes des midgardiens qui évoluent autour de lui, mais bien sûr, ce genre de sorts ont un cout assez volumineux pour le jotün. Il maîtrise l’art de la téléportation et du voyage dimensionnel. Sous certaines conditions, il peut faire prendre vie certains objets. Il possède aussi de puissants dons psioniques. Personne ne connait réellement la limite que ce don lui impose mais le dieu s’est déjà exprimé lors de plusieurs exploits tels que celui d’imposer son esprit par télépathie à des distances dépassant celles connues. Il est capable de communiquer par télépathie avec les personnes douées de ce don. Au-delà de tout cela, Loki est connu pour être un changeur de formes très doués. Peu de choses lui résistent. Femme, mouche, oiseau, serpents, Odin, tout le bestiaire y passe et cela ne demande même pas une grande concentration au sorcier. Loki, c'est également un esprit brillant et une capacité à parler les langues des neufs royaumes.groupe: Vilain & Autre Espèce avatar: Tom Hiddleston crédit icon: Kettricken

raconte moi une légende

Dieu, Ase, Jötunn, Extra-terrestre, Trickster, il est bien des termes qui ont défini Loki à travers le temps. Tous, plus ou moins exactes. Mais si le dieu de la Malice a souvent fait parler de lui, tous s’accordent sur le fait que ses origines semblent floues. Et c’est souvent le cas quand elles prennent racines il y a si longtemps que celles de la langue de serpent. Le temps passe, les propos se déforment, les gens racontant l’histoire y rajoutent leur grain de sel. Rapidement, il devient un enfer de savoir qui a tort et qui a raison. Et, dans son for intérieur, Loki est persuadé d’être sur la bonne route, de faire ce qu’il a à faire.

La prise en main de son propre destin a commencé dès les premières étapes de sa vie. Frêle enfant que celui-là. Un gnome parmi les géants. Laufey était honteux de sa propre progéniture, la gardant à l’écart, loin des regards, là où personne ne pourrait le voir ou le trouver. Une prise de risque compte tenu du fait que Jötunheim et Asgard se faisaient une guerre semblant être sans fin. C’est ici que Loki le fourbe, Loki le manipulateur prit pour la première fois sa vie en main et fit quelque chose pour lui-même. Je ne parle pas du Loki pas plus grand qu’un asticot en train de gesticuler dans ses draps, non. Je parle de ce Jötunn blessé qui fait mine de quitter le champ de bataille, s’assurant que le regarde de Bor suive bien sa retraite anticipée.

Bor, roi d’Asgard, était respecté de tous et connu pour être un formidable guerrier. Père d’Odin, il observait avec fierté son fils se battre avec rage et honneur. Jusqu’à ce que son regard ne tombe sur notre fuyard. Fuir un champ de batail est un déshonneur qui se doit d’être payé par le prix du sang. Armant sa hache, le roi des Ases s’est mis en devoir d’achever le lâche. Suivant le sang sur la neige, le couronné finit par trouver le déserteur au fond d’une caverne. Le déserteur ? Non. C’est face à un grand sorcier que le roi se trouvait. Cheveux de jais, regard émeraude, casque à cornes, fière allure. Il était beau et plein d’assurance, Loki. Un mot de pouvoir, une agitation du poignet plus tard, Bor était changé en flocon de neige.

Le Dieu de la Malice disparu juste à temps, laissant Odin, le père de Tous entrer dans la grotte. L’Ase pu assister à la chute des flocons qu’avaient été son père. Il y avait forcément quelqu’un à Asgard capable de briser le sortilège, cependant, le doute étreignit le cœur du prince. Laisser les choses en l’état, c’était s’assurer de monter sur le trône beaucoup plus tôt que prévu. Avide de pouvoir, Odin choisit d’ignorer la voix de son père qui le suppliait de lui rendre forme asgardienne, de faire quelque chose pour lever le sort que le magicien avait lancé sur lui. Et alors qu’il quittait la grotte, laissant derrière lui ce qui avait été Bor, son propre père, se disperser aux quatre vents, le magicien réapparut, un sourire satisfait aux lèvres. Voyager dans le temps n’était pas un don donné à n’importe qui et le dieu de la Malice comptait bien profiter de cela à son avantage. Ses pieds écrasent la neige, observant celui  qui sera son père adoptif s’éloigner. Il y a un temps pour toute chose… Et aujourd’hui était le jour où le Trickster travaillait à sa propre destinée.

Il n’eut ensuite qu’à observer. L’esprit de Bor continua d’hanter Odin, malgré sa montée sur le trône. Rapidement, le père de toute chose finit par céder à la culpabilité et au remord, passant un pacte avec l’esprit. Ce dernier le laisserait un paix le jour où il adopterait et élèverait comme un fils l’enfant d’un roi déchu. Odin accepta le marché, désireux de laisser les morts là où ils sont. Troublé par le regret et ses nouvelles charges, le jeune roi ne se rendit jamais compte que la voix qui susurrait à son oreille n’était pas celle de son père. Juste une pâle copie. Un psaume que le dieu menteur avait glissé dans son esprit, le manipulant habilement, tissant les ficelles de son propre destin.

Et c’est ainsi que lors de la bataille suivant se déroulant sur Jötunheim, Laufey fut vaincu. Odin lui porta un coup presque fatal, laissant le géant agoniser dans son sang, se noyant lentement. En quittant le monde de glace, il tomba sur l’enfant. Bleu, chétif, de la taille d’un bébé asgardien. Il y vit là sa rédemption, un moyen de faire partir ces voix qui le rendaient fou et nerveux. Il prit l’enfant avec lui, décidant de l’élever comme l’un des siens, comme il élevait déjà Thor, son premier fils. Pendant ce temps, sur le champ de bataille, notre voyageur temporel sécurisait son futur, achevant le géant de glace agonisant. C’est en silence qu’il observa les Ases repartir chez eux, emportant le bébé qu’il avait été avec eux. Son destin était assuré maintenant.

Le voyageur savait ce qu’il faisait. Il savait ce à quoi il abandonnait son lui passé. Mais dans ses yeux, il s’agissait d’un mal pour un bien. Tout à long de sa vie, Loki fera beaucoup de sacrifices… Bien que ces sacrifices soient souvent plus néfastes à autrui qu’à lui-même, ils entretiendront toute sa vie durant la colère et la jalousie qui brûle en lui. Mais tout cela était nécessaire aux yeux de la langue d’argent. C’est donc sans rien faire qu’il laissa cet homme qu’il avait longtemps voulu satisfaire embarquer cette version juvénile de lui-même.

C’est ainsi que commença réellement l’histoire de Loki Laufeyson. Fils adoptif d’Odin. Dans la peur du retour de Bor, il l’éleva comme un fils, lui faisant suivre les mêmes classes que Thor, son fils légitime. « Il n’y a qu’un trône mais vous êtes tous les deux nés pour régner. » Éducation exemplaire, s’il en est, que celle d’un père mettant ses enfants en compétition depuis le plus jeune âge. Les regards trainaient sur l’enfant ramené de Jötunheim, laissant un gout amer dans la gorge de l’enfant malicieux qui ne comprenait pas d’où venaient ce froid et cette distance qui brillait dans les yeux des Ases. Pourquoi était-il regardé de travers alors que son frère recevait tous les éloges ? Si Thor avait été un soleil, Loki aurait été une lune. Tout semblait opposer les deux jeunes Ases. Alors que les années développaient la musculature de l’aîné, le transformant en guerrier, fidèle aux attentes qu’un père Ase pourrait avoir de son fils, Loki grandissait toute en finesse et en élégance. Alors que son frère s’illustrait par sa force et ses faits d’armes, lui, s’illustrait plutôt par son intellect.

Malheureusement pour le dieu malicieux, les Ases ne sont pas connus pour leur subtilité. Ce peuple guerrier fait passer les actes avant les réflexions, leur donnant par la même beaucoup plus d’importance. C’est ainsi que l’aîné de la fratrie s’illustra alors que Loki resta dans son ombre. La sensation d’être une déception pour son père grandit. Il pouvait se montrer tout aussi efficace que son frère mais l’utilisation de la malice et les moyens détournés pour arriver à ses fins ne faisaient pas l’unanimité. Loin de là, même. Rapidement, on lui donna le surnom du prince malicieux, poussant encore et toujours plus à rentrer dans les bottes qu’il ne quittera plus de toute sa vie. Ne trouvant pas grand intérêt dans les cultures de banquets et de grandes fêtes des Ases, le jötunn dû trouver d’autres choses pour occuper son quotidien. Et vu qu’on lui reprochait déjà d’agir de manière détournée pour obtenir un résultat, pourquoi ne pas continuer ?

Et c’est ainsi que ce qui devait juste être une blague, un jeu, prit des proportions incroyables, que tout devint incontrôlable. Une erreur de jeunesse, dira-t-on.

Mais le fait était là. Thor et Sif s’étaient découvert un amour naissant. Ils étaient si beau, si brillants… Si blonds. Le couple passait ses journées entre papillonnement de cils et un échange de passes. Loki les observait en silence. Sif, il ne l’avait jamais beaucoup aimée. Une jeune ase, une pavaneuse. Voulant jouer un tour au couple tellement brillant qu’il en devenait difficile de les regarder, Loki se glissa dans la chambre de Sif de nuit. L’espièglerie tirant ses traits, il rasa la belle. Ces boucles d’ors qui avaient tant fait parler d’elles chutèrent dans le silence de la nuit, glissant dans les draps sans troubler le sommeil de la belle. Une fois son méfait accomplit, il retourna se lover dans les bras de Morphée, plutôt fier d’avoir réussi à se glisser dans la chambre de la jeune femme connue pour être une guerrière aguerrie.

Le lendemain, alors que le dieu malicieux exerçait sa magie, c’est un Thor furieux qui rentra dans la salle remplie de mages et de thaumaturges. Ni une ni deux, c’est avec sa délicatesse exemplaire que le dieu de la foudre épingla son cadet au sol. Et c’est avec un tact inexistant et la voix déformée par la colère, qu’il promit au trickster de lui briser un a un tous les os s’il n’arrangeait pas ce qu’il avait fait à sa belle. Loki pensait faire une farce, rien de plus. Confronté ainsi à la colère et aux menaces de son frère, ce fut dans l’heure qu’il partit vers Nidavellir.

Nidavellir, royaume des nains. Si quelqu’un pouvait forger une nouvelle chevelure à la belle, c’était bien eux. Les fils d’Ivaldi, plus précisément. Cependant, le jeune dieu n’avait rien à donner en échange de leurs services. Tout ce qu’il avait pour lui, c’était sa langue d’argent. C’est ainsi qui les acheta. A coup de flatteries et de promesses. Il leur promis la reconnaissance de Thor et de sa Dame. Il leur promis la faveur des dieux, il leur promis sa propre loyauté. Que de belles paroles quand on sait que la loyauté de Loki ne va qu’à lui-même. Cela étant, il réussit à obtenir des nains la forge d’une nouvelle chevelure pour la belle. Et pour ce faire, ils utilisèrent du fil d’or.

La forge étant encore chaude, les fils d’Ivaldi en profitèrent pour forger deux autres présents. Gungnir, la lance toute puissante qui finira par devenir l’arme fidèle d’Odin et Skidbladnir, ce bateau pouvant tenir dans le creux de la main mais étant capable de transporter tout Asgard avec lui. De somptueux présents à la facture fine et délicate. Nuls doutes que les Ases seront ravies par les présents que Loki leur ramènerait alors qu’il était partit les poches vides. Mais cela n’en était pas encore assez pour le jeune dieu. Au vu de la colère de son frère, il savait qu’il allait devoir se racheter. Et pas qu’un peu. C’est ainsi que le jötunn atterrit dans une seconde forge. Celle de Brokk et Eitri, connus pour leur orfèvrerie aussi précise qu’élégante à travers tout Nidavellir.

Il leur présenta Skidbladnir et Gungir, la finesse de leur fabrication. Face aux deux nains, il encensa le travail des fils d’Ivaldi. Et il les mit au défi de faire mieux. Mieux même, il leur paria sa propre tête qu’ils seraient incapable de faire des présents plus somptueux que ceux-là. Elle est belle, la naïveté des erreurs de jeunesses. Loki était prince d’Asgard. Et en plus, il comptait inonder Odin de ses présents. Comment, par les nornes, le père de toute chose pourrait tolérer que l’on prenne sa tête ? Parce que Loki ne pouvait s’illustrer par la force ou la beauté, ses deux frères prenant déjà ses rôles, il devait bien s’illustrer quelque part. C’est ainsi que Loki reçu entre les mains le bracelet d’or Draupnir. Le doute s’installa alors dans son cœur. Le bracelet était somptueux et la forge soufflait toujours. Il profita de la concentration des nains pour se changer en mouche et poquer Brokk pour le distraire de sa tâche qu’était celle de continuellement alimenter le feu à l’aide de son soufflet. Mais le nain tenu bon, permettant la création de Gullinbursti, le sanglier aux poils d’or. Loki eut beau s’acharner à piquer le nain, rien ne put le déconcentrer. Un nouveau chef d’œuvre venait de naître.

Ils entamèrent la création d’un dernier objet. Loki redoubla d’acharnement, s’attaquant maintenant aux paupières du nain, le piquant jusqu’au sang. Brokk du arrêter la soufflerie l’espace de quelques instant, essuyant le sang coulant dans ses yeux. Cela ne suffit cependant pas à malformer l’objet qui sortit des fourneaux. Mjölnir. Son seul défaut fut d’avoir un manche trop court, le rendant difficilement maniable.

C’est donc accompagné de Brokk que le dieu de la malice retourna à Asgard pour y offrir ses présents. Elle était grande, la salle où tous l’attendait. Ils étaient tordus de curiosités, les visages présents dans la salle. Comment est-ce que Loki le fourbe, la langue d’argent avait-il pu réussir à obtenir réparation pour la chevelure d’or coupée ? Lors du voyage, le jeune prince était tombé sous le charme. Il était tombé sous le charme du marteau imbrisable. Il était tordu, mal formé, tellement parfait. Il voyait en ce marteau le reflet de ce qu’il était lui-même. Un être que l’on aurait voulu impeccable, aussi brillant que son frère, aussi parfait que le grand Thor. Et le jeune prince l’avait décidé, ce marteau serait pour lui.

Il présenta alors les présents aux dieux. Il offrit Gungir, la lance qui ne manquerait jamais sa cible à Odin. Il offrit Gullinbursti et Skidbladnir à Frey. Il offrit à Sif sa chevelure d’or, la liant à son crâne dénudé de par sa magie. Et il s’arrêta là, gardant jalousement Mjölnir sous sa cape. Le marteau imparfait, le marteau incompris. Son marteau. C’était cependant sans compter sur Brokk qui fit savoir aux dieux qu’un présent était manquant, forçant Loki à sortir Mjölnir aux yeux de tous.

Et cela ne manqua pas. Odin décréta que ce fut là le présent le plus somptueux qui fut donné ce jour-là. Cela signa ce qui aurait dû être la fin. Brokk rit, déclarant à tous que la tête de Loki était sienne maintenant. Les regards amusés se tournèrent vers le dieu de la Malice qui ne savait trop sur quel pied danser. Tous connaissaient la langue d’argent du jeune dieu et tous s’amusaient de le voir dans cette mauvaise passe. Odin ne fit rien pour aider son fils adoptif, attendant de voir comment ce dernier s’en sortirait de lui-même.

Seul face à son erreur, le dieu décréta qu’il n’avait promis que sa tête. Par conséquent, son cou devait rester intact. Odin ne put qu’approuver les mots du manipulateur, laissant Brokk fulminer sur place. Le nain en appela à Thor, demandant réparation, comptant sur la colère qu’il devinait dans le dieu par rapport à l’acte de son frère. C’est ainsi que Thor le puissant, Thor le fort, Thor le bon immobilisa son frère au sol, laissant Brokk coudre les lèvres de son frère pour qu’il ne puisse plus proférer de mensonge. Mjölnir reviendra en plus à Thor, finissant de clôturer l’humiliation du prince malicieux.

Plus tard, le dieu humilié tenta de se défaire des fils barrant ses lèvres. Ses mains tremblantes de rage et de douleur n’aidant pas dans le processus. Son regard se voila de larmes et il se jura à lui-même que plus jamais il ne pleurerait par leurs fautes. Plus une seule larme de sa part ne leur sera offert. Il décida donc de ne pas tenir paroles auprès des fils d’Ivaldi. Il aurait dû vanter leur travail au dieu en guise de payement. Mais Mjölnir ayant totalement volé la vedette de leurs présents, il n’y en avait que pour Eitri et Brokk. Travail sans payement n’est pas honnête. Les nains décrétèrent donc que pour le prix de rien, ils auraient forgés des brins de rien. La chevelure de la belle Sif quitta alors sa couleur d’or chatoyante, se parant d’un ébène profond.

Cet événement fut déclencheur. Ce qui n’avait jusqu’alors été que de la jalousie déploya ses ailes et prit son envol. La colère de Loki grandissait en lui, le consumait. On dit de lui qu’il est le dieu du feu, ce n’est probablement pour rien. Cette haine le consume à la manière d’un énorme brasero. Il brûle, Loki. Et c’est ce jour-là que la flemme alluma le brasier. Brasier qui se consumera toute sa vie durant, créant situation à problème sur situation à problème.

Mais ce n’est pas la seule fois où Loki se mordit les doigts d’être intervenus dans certaines affaires… La prochaine fois mènera sans doute à un événement n’étant pas censé être dramatique… La naissance de ses trois premiers enfants. Pour ne pas s’éterniser sur des détails, allons au plus simple. Angrboda était une jötunn aux cheveux de feu et au regard de mort. Puissante sorcière, son gout pour le chaos aurait pu en faire une bonne amie pour le dieu de la Malice… Si seulement elle n’avait pas essayé de se jouer de lui, et y était parvenue.

Désireuse de fragiliser les alliances et de diviser pour mieux régner, la géante des glaces s’était lancée dans l’initiative d’installer la guerre entre Vanes et Ases. On passera le détail de ses machinations. Ce qu’il faut en retenir, c’est la mort de la géante. Toujours hargneux d’avoir été dupé par Angrboda, Loki mangea son cœur brulé, prenant ce qu’il pouvait comme trophée. Les jours s’écoulèrent ensuite comme si de rien n’était mais le dieu de la Malice regretta un long moment son geste. Son ventre grossit et, bientôt, il mit trois enfants au monde. Des enfants ? Oui et non. Aux yeux de Loki, ils resteront à jamais sa progéniture, ceux qu’il a porté de nombreux mois, ceux qu’il se doit de protéger.

Cependant, ce serait trop simple si les choses se passaient ainsi. Les Ases n’accueillirent pas aussi bien la progéniture du dieu de la Malice que ce dernier. Enfants de la géante qui a manqué briser l’équilibre entre deux royaumes, monstruosités, ils avaient déjà de quoi inquiétés. Mais la prophétie de Ragnarok tombant sur les trois nouveau-nés était de trop. Ils seraient à la source même du Ragnarok, ils en seraient les déclencheurs.

Odin du donc prendre des décisions. Hel fut exilée sur Niflheim, le monde des morts dont elle devint la gardienne. Jörmungandr fut jeté dans les océans midgardiens par le père de toute chose, destiné à y nager toute sa vie durant sans jamais en faire surface. Quant à Fenrir… Fenrir resta à Asgard. Il fut enchainé et lorsque sa taille commença à devenir trop imposante, on lui transperça la gueule d’une épée aux propriétés magiques. Un Ase y perdit une main.

Ainsi fut le sort des premiers enfants du prince maudit. Et ce ne fut que les premiers. Au milieu de nombreuses péripéties au côté ou non de son frère, la vie se fait son chemin. Et des péripéties, il en a vécu, le dieu de la Malice. Sous la forme du faucon de Frigg, Loki s’est moqué d’un serviteur de Geirröd qui avait pour tâche de l’attraper. Il en a ris, de se serviteur qui grimpait jusqu’à lui alors qu’en un battement d’aile, il se serait envolé bien loin de la demeure du géant. Au moment de s’envoler, le trickster eu cependant le déplaisir de constater que ses pattes étaient restées collées. Geirröd l’enferma dans l’un de ses coffres pendant trois mois… Trois long moi où Loki du mentir quant à sa nature. Le géant avait senti que cet oiseau était un peu plus qu’un faucon. Et quand le jötunn avoua enfin son identité, ce ne fut que pour être menacé de mort. Pour sauver sa vie, il devait attirer Thor, son frère, sur les terres du géant et sans Mjölnir. L’histoire se termine bien. Thor victorieux, massacrant sans merci Geirröd ainsi que ses deux filles. Loki, lui, faisait moins bonne figure.

Ou alors, il y eut aussi la fois où Thor se réveilla pour constater la disparition de Mjölnir… Une grande histoire. Peut-être celle-là mériterait que l’on s’attarde un peu plus à son sujet tant l’épopée a le don de donner le sourire.

Voyant l’air perdu et tempétueux de son frère ainé, le dieu malicieux s’envola directement, prenant la forme d’un oiseau. Il le voyait déjà dans le fond du regard de son frère, les soupçons allaient se poser sur lui. Encore une fois, le jötun allait devoir réparer les erreurs des autres pour prouver son innocence. Car il est bien là, le problème. Aussi jouissif cela soit-il de bénéficier de la réputation du Shape-Changer, c’est un honneur qui vient avec un fardeau. Celui de se faire accuser de tous les maux. Être connu pour sa langue d’argent est un plaisir, mais un plaisir qui induit certaines conséquences. Et c’est ainsi que Loki s’envola pour aller fouiller le monde des géants à la recherche du marteau perdu de son frère.

Après de longue recherche, il se posa sur un arbre pour se reposer un peu et nettoyer ses plumes. Et c’est là qu’il vit Þrymr pour la première fois. Intrigué par l’allure du géant, Loki descendit de son arbre et reprit forme ase pour conversé avec le géant. Celui-ci lui fit part d’une déplaisante nouvelle. Le torse bombé, visiblement fier de son acte, il affirma être en possession de Mjölnir, de l’avoir dérobé au dieu du tonnerre. Il acceptera de le lui retourner à la seule condition de se voir offrir la main de Freyja en échange. Mécontent de l’annonce du géant, Loki reprit sa forme d’oiseau et s’envola pour Asgard pour porter la nouvelle.

Et on ne peut pas dire qu’elle fut bien accueillie, la nouvelle. Freyja était furieuse. Loki l’avait-il seulement déjà vu dans une telle rage ? Il ne serait le dire. Bien sûr, l’ase refusa de se donner au géant. Il fallut trouver d’autres solutions. Les regards se tournèrent vers le dieu de la malice et du mensonge, attendant de lui qu’il trouve une solution à ce problème. Cependant, ce n’est pas sa voix qui s’élève dans la grande salle dorée du palais d’Asgard. C’est celle d’Heimdall. Un large sourire monte sur les lèvres du manipulateur à l’annonce de la solution que le gardien du Bifrost leur a trouvé. Très certainement que cela allait être amusant. Peut-être même pourra-t-il en parler à son frère si fier de sa virilité des années durant pour le taquiner.

C’est ainsi qu’ils arrivèrent tous deux, après plusieurs jours de voyage. Loki avait revêtu une apparence de femme, jouant les servantes pour son frère qui, lui, avait été travesti dans le but de duper le géant en se faisant passer pour Freyja. Il lui en a lancé, des regards en coin, au dieu de la foudre. Le malaise évident de Thor dans son accoutrement féminin amusait beaucoup le trickster qui ne manqua pas de le taquiner plusieurs fois lors de leur route sur ce sujet. Son frère se montrant cependant à fleur de peau sur le sujet, il réfréna cependant ses pulsions taquines et se concentra sur ce qu’ils étaient venu faire chez Þrymr.

Et c’est un banquet festoyant qui accueillit les deux jeunes ases. Le géant était tombé dans le subterfuge. Il ne restait plus qu’à célébrer et à récupérer le marteau volé. Au court du repas, Loki du cependant rattraper plusieurs fois l’attitude de son frère. En effet, cette dernière suscita l’interrogation du géant qui trouva que, pour une femme de son rang, Freyja mangeait et buvait beaucoup plus que ce à quoi il ne s’attendait. Inventant le mensonge des huit jours de voyage et de la fatigue que ce dernier a engendré tant la belle était pressée de le voir la prendre pour femme. Comprenez la belle blonde musculeuse, elle a jeuné tout ce temps pour ne point s’embarrassé de la perte de temps qu’un repas pourrait lui apporter. Et quand il lui demande pourquoi son regard à l’air aussi enragé, Loki lui réponds avec tout le miel dont il est capable que la belle était tellement pressée qu’elle n’a pas dormi non plus.

Ce n’est que lorsque Þrymr ordonne que l’on apporte le marteau pour qu’il puisse consacrer sa fiancées que les choses perdent de leur intérêt burlesque. La cérémonie se met en place. Thor rejoint son futur époux dans sa robe finement tissée, destinée de toute évidence au mariage. Loki assiste à la scène en silence. Il voit Thor récupérer son marteau, le prenant des mains du géant. Sa main déchire le haut de sa si saillante robe et son torse velu se dévoile au géant dupé. A partir de ce moment, ce ne fut qu’une question de minutes avant que Þrymr et toute sa famille ne se retrouve massacré avec le tact et la délicatesse que l’on connait au dieu du tonnerre.

Mais ceci ne sont que deux histoires parmi tant d’autres et le malin en a vécu bien plus, des aventures. Il serait cependant impossible de narrer toutes ces histoires que le temps a transformées en légende. Propos déformés portés par les années qu’elles sont, ces épopées épiques. Nous pouvons cependant nous intéresser aux plus importantes d’entre elles. Et celle que je vais vous raconter maintenant va amener Loki à porter un quatrième enfant.

Tout avait commencé lors d’une journée banale à Asgard. Loki étant à peu près le seul sorcier d’Asgard, il avait entreprit de compulser son savoir sous forme écrites. Les Ases sont un peuple guerrier et bien souvent, le fourbe a dû faire face aux moqueries pour son apparence filiforme et pour ses dons de thaumaturges. Ce savoir qu’il avait acquérit, il ne voulait pas le voir perdu. Il était le meilleur sorcier d’Asgard et cela, les prochaines générations se devaient d’en avoir conscience et connaissance. Assit sur les marches de l’entrée du palais, profitant de la brise matinale pour rédiger ses connaissances, il fut en première ligne pour voir le maître-bâtisseur arriver, son fier étalon à ses côtés. L’animal semblait fort et bien nourrit. De toute évidence, l’homme prenait soin de sa bête.

Du coin de l’œil, le sorcier observa l’inconnu demander audience à Odin. Un sourire vola sur le visage du dieu Malicieux. Il rangea son ouvrage dans un pli de sa cape et prit l’apparence d’un oiseau, allant se poser sur l’une des fenêtres de la salle du trône. Le malicieux n’était pas dupe. Il savait bien qu’Odin était conscient de sa présence, que ses yeux, Hugin et Munin, l’observaient. Il ne s’en formalisa cependant pas, attendant de voir l’arrivée de l’étrange personnage, curieux de connaître la raison de sa venue. Loki piétinait sur place lorsque l’homme entra enfin. Sa curiosité était grande et demandait à être assouvie. C’est là que le maître-bâtisseur se présenta. Il déclare alors être capable de construire une forteresse pour Asgard en seulement trois semestres. Le malin posa ses yeux sur l’inconnu, intrigué par une telle déclaration. Le but ? Protéger la citée des géants, cela semblait évident. Ce qui étonna encore plus l’assistance, vu la demande de payement que leur fit le maître-bâtisseur.

En effet, le bougre ne voulait ni plus ni moins que la déesse Freyja, le Soleil et la Lune. Bien sûr, la condition était qu’il réussisse son exploit. Les sourires s’étirèrent sur les visages. Une forteresse pour Asgard ? En moins de trois semestres ? L’exploit semblait impensable. Ne refusant jamais un travail gratuit, Odin accepta le marché du voyageur. Personne ne le pensait capable de réaliser cet exploit. Mais du haut de sa fenêtre, Loki observait le nouveau venu avec une pointe de scepticisme. Son père adoptif venait-il de tomber encore une fois dans un joli piège lancé à l’encontre de la main de la déesse ? Le fourbe se fit la promesse de garder la progression du maître bâtisseur à l’œil.

Et quelle ne fut pas sa surprise, au dieu malicieux, que de voir la vitesse à laquelle l’homme abattait son travail. Tous furent surprit de voir à quel point Svadilfari semblait être le point fort de l’homme. Son cheval était fort et puissant, capable de transporter de grandes charges de matériel sans que jamais la fatigue ne semble l’accabler. La construction avançait beaucoup plus vite que tous ne l’avaient espéré, ce qui commençait à poser problème. C’est là que Loki se fit convoqué par Odin.

Espérant recevoir un peu de crédit de la part de son père adoptif, notant que c’était lui et non Thor que l’on avait appelé pour résoudre cet épineux problème, le jötunn se vit rapidement déçu. Pire que déçu, son honneur se fit piétiné par le père de tous. Lui qui pensait faire un pas en dehors de l’ombre de son frère ainé, voilà qu’on lui ordonnait… cela. Odin ne lui laissait même pas le choix. Le conseil avait parlé et Loki n’avait qu’à s’incliner face à leur décision. Oh, il bouillait de l’intérieur, le dieu du feu. Le brasier semblant s’être apaisé lors des épopées vécues depuis l’exil de ses enfants s’était rallumé.

C’est donc de mauvaise grâce que le changeur de forme revêtu l’apparence d’une jument en rut. Il allait sur le chantier, se tenant à distance jusqu’à ce que Svadilfari ne le repère. Séduit par la croupe de la jument, l’étalon abandonna son maître à ses affaires, arrêtant la construction le temps de courir après la belle qui faisait fusionner ses sens. Leur course dura plus de trois jours. Trois jours où Loki dû puiser dans ses ressources pour ne pas que l’étalon ne le rattrape.

Mais si Loki savait se montrer endurant, il avait sous-estimé l’acharnement de l’étalon. Notre protagoniste finit donc par se faire rattraper. La suite appartient à l’histoire et n’a pas lieu de se faire narrer. Loki fut fécondé par l’étalon. Parallèlement, le maître-bâtisseur dévoilait sa véritable identité, quant à savoir celle d’un géant. Thor fut celui qui fracassa son crâne de son marteau. Mais le mal était déjà fait pour Loki. Loki qui donnait naissance à un cheval à huit pattes nommé Sleipnir. Et si cet enfant-là ne lui fut pas retiré, il n’en fut pas moins destitué au rang de monture d’Odin.

Et des histoires, il y en a bien d’autre à raconter, concernant les épopées du dieu malicieux. Chacune d’entre elles étant ponctué de plus ou moins de malheur à destination du forgeur de mensonge. Il y eut cette fois où, pour sauver sa vie, Loki du offrir Idunn et ses pommes à un géant changé en aigle. Une histoire fascinante qui se conclu avec le dieu malicieux changé en faucon, Idunn changée en noix entre ses griffes et le tout poursuivit par un aigle tandis qu’Asgard entier commençait à vieillir en l’absence de la déesse et de ses pommes sacrées. Le géant fut brûlé dès que les ases eurent aperçu le retour précipité de Loki, une noix entre ses serres.

Il y eu cette fois où Loki eut connaissance du prix que Freyja eut payé pour se voir offrir un somptueux collier par les nains. Celui de la chair et du sexe. Freyja était maîtresse d’Odin mais cela ne l’avait pas empêché de payer ainsi son dû aux nains. Loki avait rapporté l’affaire au père de toute chose et ce dernier l’avait chargé de récupérer le collier de la jeune femme. Ce que Loki fit pendant son sommeil. De cette série d’évènements a découlé une guerre entre les deux royaumes.

Au milieu de toutes ces histoires, il y eut un coup de foudre. Sigyn. La déesse était belle et Loki s’est rapidement vu éprit de la dame. Il la désirait, il la voulait comme femme. Il fit la cour à la fille de Freyja mais celle-ci se montra plutôt fermée au charme du malicieux. De fait, la belle était déjà promise à un ase du nom de Theoric. Qu’à cela ne tienne, Loki savait ce qu’il voulait. Et ce qu’il voulait, c’était la main de Sigyn. Il lui tendit donc un piège, éliminant Theoric, prenant son apparence dans les jours précédant le mariage. Et si sa dame avait noté des changements dans le caractère de son promis, elle mit cela sur le compte des nombreux combats dont il venait de sortir.

Le jour du mariage arriva enfin. Frigga les unis l’un à l’autre. Une fois l’union scellée, Loki révéla sa véritable apparence, ce qui jeta un froid sur les personnes présentes pour célébrer l’union. Loki et Sigyn étaient maintenant unis par le mariage. Odin voulu rompre leur tout nouveau lien mais ce fut la dame qui refusa, reconnaissant le mariage avant de reconnaître ses propres sentiments mitigés envers le malicieux. Au fil du temps, Sygin se montra de plus en plus aimante et dévouée à son époux. Époux qui ne le lui rendit pas comme il l’aurait dut. Si le feu de la passion avait dévoré le dieu, … Une flamme reste une flamme. Et quand il n’y a plus rien à consommer, elle s’éteint. Sigyn reste sa femme et par conséquent il la traita avec les égards nécessaires mais rapidement, l’épouse en vint à plus aimer son mari que l’inverse.

De cette union naquit deux fils. Vali et Nari. Deux fils que le couple décida d’élever en tant qu’égaux, loin de toute compétition. Cette décision tenait vraiment à cœur au malicieux qui ne souhaitait pas voir ses fils s’entre déchirer comme lui et Thor pouvaient le faire.

Là où sa vie prit un nouveau tournant décisif, ce fut lors de la mort de Baldr. Une bien longue histoire dont notre malicieux n’est, je le crains, pas le protagoniste. Baldr, le plus beau fils d’Odin avait rêvé sa mort prochaine. Frigg avait alors fait jurer à chaque élément de ne jamais faire de mal à son fils. Ou, tout du moins, elle fut en charge d’envoyer des guerriers allé faire jurer les éléments. Loki devait faire jurer le gui de ne jamais blessé le beau. Cependant, la jalousie de voir l’un de ses frères devenir intouchable lui brulait les tripes, lui rongeait les entrailles. Il choisit donc de ne pas honorer la demande de Frigg. Mieux que cela, il allait s’assurer qu’elle ait mit tout cela en place pour rien.

Lors de la célébration de l’événement, tous jetèrent haches, épées et autres joyeusetés au visage de Baldr qui s’en sortit sans la moindre égratignure. Faisant mine de prendre part aux festivités, Loki glisse un javelot en gui dans les mains de Höd, le frère aveugle de Baldr. Tous ricanent dans leur barbe tout en encourageant l’aveugle. Höd lança son arme. En retrait par rapport à la foule, Loki dirigea le trait qui vint se planter en plein dans le cœur de son frère. Stupeur générale. Tous s’attendaient à voir la pointe rebondir du torse finement ouvragé du dieu. Baldr s’effondre, mort. Tous les regards retombent sur Höd… Le pauvre Höd qui n’avait rien demandé. Le pauvre Höd que la vieillesse avait déjà déformé, Idunn ayant déclaré que jamais plus il ne gouttera à un fruit de son arbre après qu’il ait tenté de la violer. Höd fut punit pour son malheureux geste par la mort.

Mais Baldr était mort, et cela, Hermód ne put le laisser passer. L’ase se porta volontaire pour voyager à travers les monde pour aller rechercher Baldr là où il reposait actuellement ; au sein du royaume de Hel. Hel, l’enfant de Loki devenu gardienne du monde des morts. Sa parenté avec le malicieux ne l’empêcha cependant pas d’accepter la demande d’Hermód mais sous la condition que toute chose en ce monde pleure le défunt Baldr. Les ases se dépêchèrent donc d’envoyer messages et missives à travers les royaumes, demandant à tous de pleurer la mort de Baldr le brave, Baldr le doré, Baldr l’adoré. Et toute chose pleura. Toute chose ? Non. Sous la forme d’une géante du nom de Thokk, Loki refuse de pleurer son frère, l’empêchant de revenir du monde des morts.

Odin dû intervenir, usant de sa magie et de sa puissance pour ramener Baldr le brave à la vie. Traumatisé par son voyage dans le monde des morts, le dieu revint avec des idéologies pacifistes et sans la moindre once de violence, refusant de prendre les armes à nouveau.

Une raison derrière l’acte de Loki ? Une prophétie qu’on lui a faite. Il est celui qui doit amener le Ragnarok. C’est inéluctable et il ne pourra échapper à son destin. La mort de Baldr était sa tâche, son fardeau. Car tel sera son rôle dans le futur. Cependant, le dieu malicieux n’avait pas prévu que de son acte résulterait son exile d’Asgard, Hel ayant vendu la supercherie de son père lors du périple que Loki et de Thor en Helheim qui allait permettre à Odin de ramener leur frère disparu.

Loki fut donc exilé. Et cet exil ne sembla pas durer si longtemps aux yeux du dieu. Le malicieux était fatigué. Fatigué et las de se battre contre tout ceci, d’essayer de contrôler un destin qui semblait vouloir irrémédiablement lui échapper. Au diable Odin, au diable Thor, au diable Frigg, au diable Sigyn. Qu’est-ce qu’Asgard lui avait amené, si ce n’est de la frustration, de la jalousie et de la colère ? Il y a eu des bons moments… Trop peu au gout du dieu du Chaos qui avait fui la citée dorée avec la conviction que si les Ases parvenaient à le retrouver, ce serait probablement pour le mettre à mort. Après tout, il avait ouvertement comploté à tuer son frère… Et y était parvenu.
Alors le jötunn avait trouvé refuge dans les montagnes où il vivait de chasse et de pêche. Avant longtemps, ses somptueuses tenues asgardiennes furent changés en filet de pêche –le premier de sa génération- et les lames de ses dagues furent émoussé par le travail du bois et des carcasses à désosser et vider. De prince d’Asgard, Loki était devenu un vagabond vivant du monde qui l’entoure. Elle était bien loin, la splendeur passée du dieu du chaos. Il s’installa en bordure de rivière, où il construisit une cabane à quatre portes. Quatre portes pour pouvoir fuir dans n’importe quelle direction, peu importe d’où l’ennemi arrivera.

Loki était en train de réparer son filet de pêche quand il les entendit arriver. Pour ne pas laisser de trace, il le jeta au feu avant de fuir vers la rivière. Si les Ases étaient là, c’était qu’ils le cherchaient. Et ils ne lui voulaient probablement pas du bien. Se changeant en saumon, il se glissa dans la rivière qui bordait sa demeure. Et il pensait y être en paix, loin de toute atteinte. Mais c’était sans compter sur l’un des expéditionnaires ayant trouvé les restes de son filet de pêche. L’outil fut recréé et alors que le malicieux se pensait loin de toute prise, il fut pris à son propre piège et trainé hors de l’eau.

Forcé de reprendre humaine, il sentait la fin approcher. On lia ses mains d’une corde magique. La magie était grossière, comme toutes les magies asgardienne. Mais suffisante pour contenir la magie de Loki, pour l’empêcher de s’en servir pour s’échapper. Mais le dieu ne comptait pas fuir. La fatigue était plus forte. Ainsi, il traina les pieds jusqu’à une grotte où on le conduisit. Ils voulaient prendre sa tête ? Eh bien, qu’ils y aillent et qu’ils ne s’en privent pas. Secrètement, le dieu espérait que cela le délivre de cette mauvaise blague qu’avait semblé être sa vie. Peut-être aurait-il tenté de brisé le sortilège qui maintenait sa magie étouffée s’il avait su ce qui l’attendait réellement dans cette grotte. Peut-être les choses auraient-elles pu être bien différentes.

Et son erreur de jugement, le malicieux la comprit bien assez vite, quand on amena face à lui ses deux fils. Nari et Vali. A la vue de ses enfants, Loki se décomposa, comprenant qu’ils étaient là pour servir d’exemple, de punition pour ses actes. Cependant Loki n’était pas du genre à supplier. Mais cela n’empêcha pas le désespoir de s’abattre sur ses épaules quand il vit son ainé se changer en loup sous ses yeux. Cela n’avait rien d’une transformation magique, comme il pouvait lui-même les opérer. Non. Les os craquèrent, les muscles se déformèrent. C’était le genre de transformation définitive. Le dieu de la malice se débâtit, sa magie s’heurta à ses liens violement, puissamment. Peut-être que s’il avait commencé plus tôt à se débattre, il aurait pu briser le sort. Peut-être.

C’est le visage déformé par la colère et la peur qu’il hurla à Nari de fuir, de quitter la caverne sans se retourner. Sa gorge se déchira sous ses cris, sous les mises en garde qu’il lançait à tout va à son fils, espérant le voir sortir de là la vie sauf. Mais Nari, au même titre que Vali n’était qu’un enfant. Et il était tétanisé, la peur le secouait comme une feuille alors qu’il observait la créature qu’était devenu son frère. Le loup musculeux observa l’assemblée en grondant. Loki fut tiré à l’écart alors qu’il continuait de crier à son fils de fuir, comprenant que Vali était déjà perdu, que son esprit était devenu celui d’une bête, qu’il ne pouvait plus rien faire pour lui.

C’est ainsi que Loki assista à la mort de son cadet, massacré par son propre enfant changé en loup. A un moment les cris se turent. Loki se laissa tomber à genoux, vaincu par l’horreur de l’acte auquel il venait d’assister. Massacrer… Ils avaient fait se massacrer ses fils. Des enfants. Des enfants qui n’avaient rien demandés à personnes. Et ses brutes d’Ases les ont fait s’entretuer sous les yeux de leur père, insensible au gargarisme de l’enfant se noyant dans son propre sang, insensible à la vue de se père se débattant pour aller sauver son fils. Ils lui avaient tout prit.

C’est pour ça que Loki se contenta de fixer le sol alors qu’on le transporta, qu’on le mit nu et qu’on l’attacha à un rocher avec quelque chose de chaud et de… visqueux. Le menteur essaya de se débattre quand il comprit qu’on était en train de l’attaquer avec les tripes que l’on venait d’extraire du vendre de son fils. Encore chaudes, encore couvertes de sang et de fluides. Les boyaux furent changé en acier pour s’assurer que le malicieux ne s’en échappe plus et on plaça un serpent sur l’arbre juste au-dessus du rocher, forçant sa gueule à rester ouverte, déversant son poison sur le visage du dieu maudit.

C’est ainsi qu’on le laissa, qu’Odin se détourna de lui. La mâchoire serrée, le jötunn accusait le choc de l’acide rongeant son visage, le rendant lentement aveugle. Sigyn, sa femme, accepta de rester à ses côtés pour recueillir le venin et lui éviter des souffrances inutiles. Mais la coupole nécessitait parfois d’être vidé. C’est en ces moments que le corps du dieu déchu se tordait de douleur, mettant ses liens à l’épreuve. Le venin rongea lentement au fil du temps ses yeux, le rendant aveugle. Les légendes midgardiennes racontent qu’alors que la douleur prenait le dieu du chaos, ses spasmes de douleurs faisaient trembler la terre, amenant séisme et désolations sur son passage.

La délivrance vint sous un visage familier, ou plutôt une voix familière, compte tenu de l’état de la vision du dieu esseulé. Celle de Thor, son frère. Thor qui n’avait pas pris part à la petite sauterie qu’on lui avait préparée, Thor qui avait été tenu dans l’ignorance par Odin. Le tonnerre gronda, amenant un sourire nostalgique sur les lèvres du dieu qui virait lentement vers la folie. La voix de Thor suivit, ainsi que son pas que Loki devina furieux au son qu’il pouvait en capter. Thor tua le serpent et Sigyn s’éloigna. Il demanda une seconde fois à Loki qui était responsable, qui l’avait enchainé là, lui laissant l’éternité pour souffrir, attaché avec les boyaux de son enfant. Thor brisa le lien en acier, répétant une nouvelle fois sa question.

Tremblant de colère et de faiblesse, le trickster se laissa tomber au sol. Ses mains passèrent sur son visage. Son esprit filait. Il voulait se venger, il devait se venger. Asgard devait payer pour ce qu’on lui avait fait, pour ce qu’on avait fait à ses fils. Il voulait hurler le nom d’Odin à son frère, lui balancer la vérité aussi crument qu’il l’avait vécu. Mais Thor restait un mouton. Les mains cherchant à chasser la sensation encore présente des tripes chaudes et gluantes de son enfant barrant son torse, l’esprit de Loki cherchait la meilleure stratégie pour atteindre Asgard, pour venger ses enfants, pour se venger lui. Thor choisirait toujours Odin par rapport à lui. Il devait la jouer plus subtilement. Alors il ne dit rien. Se contenant de se faire ramasser par son frère. Loki n’était plus que l’ombre de lui-même mais son esprit, lui, fonctionnait mieux que jamais. Dans l’obscurité de ses yeux aveuglés, déjà, les prémices d’un plan s’installaient.

Et cela lui prit longtemps, avant qu’il ne puisse mettre les choses en place. Du temps et de nombreuses tentatives. Il échoua à installer une guerre ouverte entre Jotünheimr et Asgard. Il tenta de faire bannir Thor plusieurs fois mais cet asticot arrogant s’acharna à revenir. Pour sauver sa peau, il s’attaqua à Midgard, créant le chaos derrière lui. Si on doit bien laisser quelque chose à la Langue d’Argent, c’est qu’il était doué pour se sortir des situations désespérées, pour se faufiler tel un serpent vers une sortie de secours. Il arriva même à ses fins, tuant Odin et prenant son apparence pour s’installer sur le trône, s’étant fait passer pour mort.

Des aventures, Loki en a vécu plus qu’il n’en aurait peut-être voulu. Des bonnes comme des mauvaises. C’est peut-être le calme de sa nouvelle vie en tant qu’Odin qui le poussa à redescendre sur Midgard sous l’apparence d’une femme. C’est peut-être le manque d’action dans sa vie qui le poussa à passer le portail temporel qu’il avait pourtant reconnu comme tel. Voyager dans le temps, arranger le passé. Cela lui paraissait être une douce promesse.

on fait tomber le rideau

Prénom/pseudo: SweetPotato âge: 23 ans pays/région Belgique fréquence de connexion autant que possibleComment as-tu connus le forum ?: à son ouverture Dernier mot: KNEEL !
cobain.


I REMEMBER A SHADOW LIVING
IN THE SHADE OF YOUR GREATNESS


Dernière édition par Loki Laufeyson le Mar 7 Mar - 23:02, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 134


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 1:58

Bienvenue (ou pas) pous


OKAY BARTON
DON'T DIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Vilain



☆Paroles Échangées : 104


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 2:25

Merci (ou pas) ♥


I REMEMBER A SHADOW LIVING
IN THE SHADE OF YOUR GREATNESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 99


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 6:11

Bienvenue parmi nous luv


Super-Speed. Google it.
Run boy run ! This world is not made for you. They're trying to catch you. Running is a victory. The sun will be guiding you. They're trying to stop you. Break out from society. Tomorrow is another day. And you won't have to hide away. You'll be a man, boy ! But for now it's time to run, it's time to run !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 489
☆Age : 25
☆Localisation : NYC


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 9:02

Bienvenue, bon courage pour ta fiche c2



THE FUTURE LOOKS GOOD
He said that you are, you are the future.He said that you are, you are the future. And the future looks good. The future looks good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 372
☆Age : 29
☆Localisation : New York


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 9:56

Bienvenue :loki:

t'as connu le fofo à son ouverture? ça veut dire que c'est un double-compte? Mais de quiiiii???? lang2



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Vilain



☆Paroles Échangées : 104


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 10:55

Merci vous 3. sisi

Tu me tente avec le DC et après tu viens demander de qui il s'agit ? Pas bien ça, Dum Dum dr Cruelle langue de serpent que tu es... sisi


I REMEMBER A SHADOW LIVING
IN THE SHADE OF YOUR GREATNESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 1192
☆Age : 33


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 11:12

Salut petit bouc sexy ♥️ Ben tu connais le principe hein sisi Bonne chance pour ta fiche :loki:



⊳ music theme

I will love you till the end of time. Promise you'll remember that your mine...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Autres Espèces



☆Paroles Échangées : 197
☆Localisation : Midgard


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 11:14

Je ne suis que joie totale et immense brille ohoh luv
Rebienvenue !!



© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Autres Espèces



☆Paroles Échangées : 34
☆Age : 30
☆Localisation : Asgard ou Midgard


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   Lun 6 Mar - 11:37

Re bienvenue Loki !

Bon courage pour ta fiche et je crois qu'il y a une erreur de codage avec ta bannière vu qu'elle dépasse sur les messages des autres ;)


I’ll be the one, if you want me to... I’m still learning to love... I’m sorry that I couldn’t get to you... And anywhere, I would’ve followed you. Say Something !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Loki | No. Mischief is a small thing, a toy I've well used and discarded. This isn't mischief. This is mayhem. Just watch.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Loki Laufeyson → Kneel before you die.
» Précipitation...(PV Loki Kiraj)
» hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.
» Si l'amour est un rêve, alors laissez moi dormir... [Loki ♥ ]
» loki manis,un marine plutôt METAL[En attente de validation]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Temporus :: First Class :: Votre identité secrète :: Présentations terminées-