Partagez | .
 

 The creepy guy on the street [Scott Summers & Magda Eisenhardt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


☆Paroles Échangées : 29
☆Localisation : New York


Marvel Temporus
MessageSujet: The creepy guy on the street [Scott Summers & Magda Eisenhardt]   Mer 31 Mai - 22:46

The creepy guy on the street
Cette sensation que l'on vous observe, que l'on vous suit
Scott Summers
&
Magda Eisenhardt
« C’est bon, tu peux y aller. »

Mes journées étaient banales. Un planning toujours parfaitement calé et peu de place pour l’imprévu. Se lever, manger, aller travailler, rentrer, faire à diner tout en discutant avec ma colocataire, manger et dormir. Ma vie pouvait paraitre parfaitement ennuyeuse, j’en avais conscience. On m’en avait d’ailleurs plusieurs fois fait la remarque. Ça vous semblera étrange mais… j’appréciais ma vie tranquille. Mieux valait une vie un peu ennuyeuse qu’une vie de peur et de douleur. Non ?

« Magda ?! m’interpela mon employeur pour attirer mon attention, je m’en occupe. Rentre chez toi ! »

Sur ces paroles, je finis de rincer la tasse que j’avais devant moi avant de passer mes mains derrière mon dos pour détacher mon tablier. J’accrochai le tablier à sa place et retirai l’élastique qui tenait mes cheveux en une queue de cheval. Des gestes devenus mécaniques. Je pris mes affaires, saluai mon supérieur et quittai le petit café pour rentrer chez moi. Je crois que j'aimais assez bien ce boulot de serveuse. Du moins, j'aimais rencontrer du monde toute la journée. Ecouter les tracas de certain, les angoisses d'autres ou encore les joies des chanceux et les blagues des rieurs. Les sourires des étrangers et les attentions des habitués.
Le printemps se faisait sentir ; les soirées se réchauffaient. Comme chaque soir, je suivais minutieusement les trottoirs illuminés par les lampadaires pour rentrer jusqu'à ce petit appartement dans le Bronx. Tout droit pendant environ deux cents mètres, à gauche puis à droite à l'intersection suivante. Un banc, deux bancs, une cabine téléphonique puis à droite. Je connaissais le chemin par coeur ; si bien que je ne m'attardais plus sur aucun minuscule détail que la rue pouvait offrir. Mais ce soir-là… ce soir-là, quelque chose différait.

Le Bronx n’était pas réputé pour être le coin de New York le plus sûr. Gangs, drogues, vols, alcool, bagarres, agressions, meurtres. Les journaux aimaient ces lieux pour leurs unes effrayantes. Le Bronx était loin d’être le quartier qui fait rêver. Depuis quelques mois que j’y vivais, je n’y avais jamais connu de problèmes. L’angoisse de rentrer seule la nuit avait considérablement diminuée depuis mon arrivée. Je ne pouvais pas dire qu'elle n'existait plus, mais elle n'était pas aussi imposante qu'elle avait pu l'être. Ce soir-là, je sentis cette angoisse remonter. Elle était là sans que je ne sache réellement pourquoi. Il n’y avait personne. J’étais seule. Les rues étaient vides. Enfin. Pas si vide que ça. Je jetai un rapide coup d’œil par-dessus mon épaule. Une ombre à la carrure imposante. L’entrée de mon immeuble n’était plus très loin mais, plus j’approchais et plus l’angoisse m’envahissait. La peur. Cette sensation… vous savez, cette sensation que l’on vous observe, que l’on vous suit. Je ne pouvais me détacher de cette désagréable impression.

J'activai le pas. Aller plus vite pour se débarrasser de cette sensation mais surtout pour ce débarrasser de l'ombre qui me suivait et de l'angoisse dérangeante qui l'accompagnait. C'était cette même angoisse qui m'avait hantée étant enfant. Vous savez, cette impression, cette peur qu'il y ait un monstre sous votre lit. Cette peur qu'il vous attrape la jambe et vous entraîne avec lui pour vous dévorer. Le monstre était  derrière moi. Tous les volets étaient fermés. Toujours personne. Cette entrée d'immeuble était si proche et pourtant, elle me semblait inatteignable. J’accélérais encore un peu le rythme. Quatre-vingt mètres. Soixante-dix-huit. Soixante. Cinquante. Quarante-neuf... Ma main s'enfonça dans mon sac pour partir, à tâtons, à la recherche de mes clés. Dix. Où étaient-elles encore passées ? L'immense entrée me faisait enfin face. Je sentis la peur s'effacer. Mais pas assez pour me permettre de chercher calmement ces foutus clés.

Enfin ! Je les tirais du sac et sélectionnai celle correspondant à la serrure quand...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Super-Héros



☆Paroles Échangées : 30
☆Age : 31
☆Localisation : New-York, mais c'est confus


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: The creepy guy on the street [Scott Summers & Magda Eisenhardt]   Jeu 1 Juin - 3:14



The Creepy guy on the street
Magda Eisenhardt & Scott Summers
La nuit tombait sur New-York. Les lampadaires s’allumaient un à un. Malgré tout, la ville continuait à vivre, fébrile, toujours aussi vivante. Il aurait pu croire être toujours au 21e siècle. Soudainement, une voiture lui rappela la réalité de sa situation. Un soupir de frustration sortit d’entre ses lèvres. Il en ferma solidement le poing.

Dissimulé dans une ruelle, Scott Summers attendait. Quoi ? Qui ? Seul lui le savait. À sa sortie de l’hôpital, les services sociaux lui avaient donné de l’argent et un appartement miteux non loin de sa position actuelle. – autant dire qu’il aurait des intérêts à payer -  Un appartement transformé en QG de recherches vers le futur en fait. Il passait énormément de temps à la bibliothèque et dans les archives de la ville. Malheureusement, Internet n’existait pas encore en 1947.

- Comment ce Logan faisait lui dans cette époque ?

Eut-il un petit sourire sarcastique quant à sa pensée fortuite. Puis, il fallait le dire. Scott Summers ne portait plus les mêmes vêtements qu’à son arrivée en 1947 hormis ses lunettes évidemment. Un pantalon noir plus classique, des chaussures en cuir, une chemise et une veste de cuir brune cousue de 1947. Il avait dépensé près de la moitié de l’argent qu’on lui donna avec les achats de sa nouvelle garde-robe. Certes, cela en valu le coup. Il fallait savoir passer inaperçu.

Il sursauta retenant sa respiration.

Elle était là. C’était bien Magda Eisenhardt soit celle du Bronx. Cela faisait deux jours que Scott la suivait et l’observait. Cette soirée ne faisait pas changement, ses yeux actuellement dirigés vers la silhouette féminine. Elle semblait avoir une vie rangée et très douce. Après la Eisenhardt du Upper West Side puis, celle trouvée dans le Queen et encore une autre de passage dans la ville, Scott Summers perdait espoir. Il ne trouverait jamais la Eisenhardt liée à Erik Lehnsherr. À croire que Scott avait imaginé ce nom au moment où il croyait l’avoir entendu prononcé.

Mais il la suivit. Il ne savait guère comment aborder la jeune femme sans lui faire peur. Oui, il passa 24 heures en prison pour assaut intimidant sur une riche juive du Upper West Side. Il ne ferait donc plus cette erreur.

Scott suivait de loin la jeune femme. Il garda une bonne distance avec celle-ci. Une minute peut-être voir deux et elle se tourna vers une porte. Son appartement songeait-il. Aussitôt, Scott se sentit le devoir d’agir. Sans pour autant courir, il marcha plus vite.

- Mademoiselle !

Surgit-il un peu brusquement il fallait l’avouer derrière Magda. Son esprit se trouvait être obnubilé avec cette idée. Il ne voulait pas la laisser échapper et donc … Donc, son mouvement fut brusque, franc et jusqu’à accrocher le bras de Magda Eisenhardt souhaitant la tourner vers lui sur le coup.

- Mademoiselle ! Êtes-vous Magda Eisenhardt ? J’aimerais … J’aimerais vous poser quelques questions

C’était une question stupide, car à moins d’avoir fait littéralement erreur sur la personne depuis deux jours, c’était bien Magda Eisenhardt. Pourtant, sous le coup de l’émotion, Scott n’a pas pu agir autrement.

Codage par Emi Burton


Have a Nice Day !

HATE ME ? LOVE ME ?
Comment cela s’est-il produit ? Comment en suis-je arrivé là ? Qui en est responsable ? Je t’en bien à le découvrir. Puis, je reprendrais ma place qui me reviens de droit dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


☆Paroles Échangées : 29
☆Localisation : New York


Marvel Temporus
MessageSujet: Re: The creepy guy on the street [Scott Summers & Magda Eisenhardt]   Jeu 8 Juin - 0:01

The creepy guy on the street
Le Bronx. Le Bronx, les gangs, la violence, la drogue.
Scott Summers
&
Magda Eisenhardt
Enfin ! Je les tirais du sac et sélectionnai celle correspondant à la serrure quand on m’attrapa le bras. « Mademoiselle » avait-on crié.  Je sursautai. La peur ressentie dans cette rue avait été réelle mais je n’avais pas voulu me laisser me convaincre qu’il pouvait m’arriver quelque chose. Certes, des bobines de films avaient défilées dans ma tête, imaginant les pires scénarios. Et pourtant. Et pourtant, en atteignant cette porte, tout c’était envolé ; comme si cette porte d’immeuble était l’endroit le plus sûr de la rue à cette heure-ci de la nuit. Cette ombre m’attrapa le bras et me força à lui faire face. Je ne pus réprimander cette grimace de peur qui se dessina sur mon visage.  

Un homme. Vêtu de noir. Du moins, vêtu de couleurs foncées. Il faisait bien trop sombre pour que je réussisse à percevoir les couleurs exactes. Des vêtements foncés, un boulon de cuir foncé. Mais surtout, des lunettes qui cachaient ses yeux et durcissait encore plus son visage. Pétrifiée par la peur, envahie par mes multiples scénarios revenant au galop, je ne pouvais me décrocher de ce que l’on pourrait appeler un détail dans cette situation. Des lunettes de soleil aux verres rougeâtres. Des lunettes de soleil en pleine nuit… des lunettes de soleil. Vous le savez : tout passe par les yeux. Chaque émotion. La peur, la colère, la tristesse, la joie, le dégout, la surprise. Ces simples lunettes renforçaient mes angoisses. J’étais face à l’ignorance. Il était totalement impossible de lire dans les pensées de quelqu’un mais les yeux pouvaient parfois en dire long. « Mademoiselle ! Êtes-vous Magda Eisenhardt ? J’aimerais … J’aimerais vous poser quelques questions » Si je ne pouvais pas m’appuyer sur ses yeux, je devais prendre appuie sur sa voix. Il semblait… je ne sais pas… je dirais, peut-être, impatient…

« Non, commençais-je à répondre, prise d’un réflexe idiot, enfin, oui. C’est bien mon nom. »

Puis, ce qui aurait immédiatement dû interpeller s’imposa à moi. Magda Eisenhardt. Comment ? J’étais à New York depuis presque une année entière mais je connaissais encore relativement peu de monde dans cette nouvelle vie, dans ce nouveau pays, ce nouveau continent. Une pensée stupide me traversa l’esprit et libéra une forte dose d’adrénaline dans mon système. Max. Cette pensée était folle. Purement folle et insensée. Si folle et si insensée que je m’en débarrassai. Ni la voix, ni les cheveux, ni la taille, ni la mâchoire, ni même les lèvres ou la carrure n’étaient les siens. Et quand bien même, il était en Europe. Hors de portée. Mais ma question subsistait.  

« Qui êtes-vous ? Comment connaissez-vous mon nom ? »

Des dizaines de questions avaient envahi ma pensée. Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ? Comment connaissez-vous mon nom ? Nous sommes-nous déjà rencontrés ? Des questions, plein de questions influencées par l’angoisse et par la peur montantes. Je ne trouvais aucune raison apparente à cette interpellation tardive. Mais… je suspecte l’adrénaline responsable de mon manque de réflexion…

Les questions ne cessaient de s’entrechoquer dans mon crâne. J’étais incapable de me concentrer face à tant de stress. Mais soudain. Soudain, l’évidence surgissait. Le Bronx. Le Bronx, les gangs, la violence, la drogue. Les trafics que drogues. C’était la seule solution apparente à mes yeux. Un trafiquant dans l’urgence de vendre la marchandise. Je reculais alors de quelques dizaines de centimètres tout en dégageant mon bras, sans quitter l’homme aux lunettes rougeâtres de mes yeux.

« Je… je ne consomme pas de… je veux dire, je n’ai pas besoin de drogues. Je ne vous en achèterai pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé





Marvel Temporus
MessageSujet: Re: The creepy guy on the street [Scott Summers & Magda Eisenhardt]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The creepy guy on the street [Scott Summers & Magda Eisenhardt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Scott Summers, aka Cyclope
» TNA 4 janvier. Scott Hall, X-Pac, Nasty Boys... et Hogan!
» Eleksyonaval March 20th: Street Gangs Vs Suite Gangs - Le même chose!
» Scott Gomez à Montréal
» Les frères Scott

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Temporus :: New-York City :: Bronx :: Quartier résidentiels-